Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La faiblesse du maillon
Eric Halphen  (Editions Rivages)  juin 2020

Voilà un ouvrage que j’avais envie de lire car j’ignorais qu’Eric Halphen écrivait des polars. Tout le monde a déjà entendu parler d’Eric Halphen au moins une fois dans sa vie, certains hommes politiques plus qu’une fois. Il a été juge d’instruction pendant une quinzaine d’années, en charge de plusieurs affaires politico-financières. Il a instruit notamment celle des HLM de la ville de Paris, faisant tomber des hommes politiques connus. Il relata d’ailleurs cette expérience dans un ouvrage qui rencontra un grand succès, Sept ans de solitude. Il a aussi écrit des romans noirs, publiés chez Rivages dans lesquels apparaissent le juge Barth et le commandant de police Bizek. Eric Halphen est aussi le co-fondateur de l’association Anticor et il siège actuellement à la cour d’appel de Paris.

C’est donc sans aucune appréhension et avec une grande attente que je me suis lancé dans son dernier ouvrage, La faiblesse du maillon, curieux de voir comment un homme de droit et de justice pouvait se servir de ses multiples expériences pour écrire un polar.

Evidemment, c’est un polar politique que nous propose l’auteur, milieu qu’il connaît bien puisqu’il a longtemps enquêté sur ses dérives. Dans l’histoire qu’il nous raconte, la France est en pleine période électorale, en campagne pour l’élection qui intéresse le plus les français, les présidentielles. Surnommé "le boss" par ceux qui travaillent à ses côtés, un jeune candidat connaît une ascension foudroyante.

Parmi sa garde rapprochée se trouve un trentenaire ambitieux, un certain Gustave Oerelmans. Un jour, ce dernier reçoit sur son portable un message insidieusement menaçant sans qu’il ne puisse savoir de qui il vient. Il demande alors à sa compagne, la commissaire de police Olivia Guimard, d’enquêter sur ce message dans la plus grande discrétion pour ne pas alerter "le boss". Olivia travaille à la répression du trafic de stupéfiants.

Le problème est qu’Olivia va se retrouver prise dans un traquenard, commettre un acte irréparable qui aura des conséquences sur ceux qui l’entourent : des flics, des hommes politiques et son concubin avec des incidences sur son couple. Pour tenter de faire face à tout ça, deux hommes s’arrachent pour conserver la tête froide : le juge Jonas Barth et Mark Bizek, promu commissaire à l’IGPN, la fameuse police des polices.

Parmi les bonnes idées de l’ouvrage, il y a celle d’avoir introduit un personnage féminin dans ce monde "de brutes" qu’est la police (dans un monde très masculin je voulais dire). Olivia est un personnage fort du roman que l’on découvre perturbée dès le début du roman pour des raisons personnelles et professionnelles.

Par contre, l’histoire du jeune qui connaît une ascension foudroyante ne m’a pas séduit plus que cela, me faisant trop penser à qui vous savez, trouvant du coup la ficelle un peu grosse. C’est dommage car l’intrigue est par contre bien construite, un peu complexe à certains moments de l’ouvrage car elle fait s’entrecroiser différentes affaires (ce qui est souvent le cas dans la réalité), l’ensemble montrant bien que l’auteur maîtrise parfaitement les ficelles des milieux politiques et leurs magouilles qui y sont associées. La fin n’est pas transcendante, elle n’est pas convenue non plus mais ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Le bilan de cette lecture est donc mitigé, ce n’est pas un mauvais livre, loin de là mais ce n’est pas non plus mon polar préféré de l’année. J’ai vu ce que le juge Halphen écrivait, avec ses qualités et ses défauts et je pense que je lirai de nouveau un futur ouvrage pour me faire un avis un peu plus objectif. En attendant, je vous laisse le soin et le choix de lire cet ouvrage sur lequel je suis (un peu) passé à côté. Cela arrive...

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=