Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Littoral
Théâtre de la Colline  (Paris)  juillet 2020

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Wajdi Mouawad, avec Emmanuel Besnault, Maxence Bod, Théodora Breux, Hayet Darwich, Gilles David, Lucie Digout, Jade Fortineau, Pascal Humbert, Julie Julien, Maxime Le Gac-Olanié, Patrick Le Mauff, Hatice Özer, Lisa Perrio, Charles Segard-Noirclère, Darya Sheizaf, Paul Toucang et Yuriy Zavalnyouk.

On avait quitté Wajdi Mouawad avec "Mort prématurée d'un chanteur populaire dans la force de l'âge" coécrit avec Arthur H. On le retrouve après avec "Littoral" un texte qui date de la fin du siècle dernier, d'il y a 23 ans.

On connaît désormais très bien les ressorts de l'écriture de Wajdi Mouawad, cette manière unique d'enrober son récit entre parole et musique, conte et réalité, passé et modernité.

Il y a deux sortes d'écrivains, ceux qui brodent toujours sur le même thème et ceux qui changent constamment de thèmes. Pas la peine d'une longue analyse pour comprendre que Wajdi Mouawad appartient à la première catégorie. Si l'on se souvient d'un texte récent, "Notre innocence", on sent une parenté proche entre les deux pièces. Il s'agit à chaque fois de jeunes gens confrontés à la mort, une mort "pesante" et pas une abstraction.

Dans "Notre innocence", des étudiants essayaient de comprendre pourquoi l'un des leurs s'était défenestré. Dans "Littoral", Nour (Hatice Ozer) est accompagnée du cadavre de son père (Patrick Le Mauff), un cadavre qui marche et qui pue. Elle n'est pas seul : s'agrègent peu à peu des personnages féminins, orphelines ayant connu peu ou jamais leurs parents, qui viennent avec elle l'aider à trouver l'endroit idéal pour l'enterrer.

A la fois, individus et membres d'un choeur, elles s'interrogent sur leur destin dans un pays constamment en guerre et, comme à l'accoutumée chez Wajdi Mouawad, cette recherche commune rappelle la "conférence des oiseaux" et se conclue par la même évidence : c'est chercher qui compte, pas trouver. L'important c'est le chemin fait ensembe, pas le but qu'on atteint.

Face à la mort bien vivace, Nour dispose d'un atout : le rêve. Il se matérialise sous la forme de Bérangère, "chevaleresse de la Table Ronde" (Jade Fortineau), prête à la défendre contre tous les dangers qui la guettent dans sa quête et seule capable de parler à la mort.

"Littoral" se présente avec deux distributions. Celle dont on parle ici est la "version féminine". A l'exception des deux musiciens (Charles Segard-Noirclère et Pascal Humbert) du père et de Massi (Emmanuel Besnault, présent dans les deux castings), tous les rôles sont tenus par des femmes. La version jouée en alternance, elle, est entièrement masculine, Gilles David remplaçant Patrick Le Mauff). Difficile à dire, ce que cela implique de différence.

Dans la version féminine, les compagnons-compagnes de Nour (Julie Julien, Hayet Darwich, Darya Sheizaf, Théodora Breux) évoquent chacune leur histoire, elle le font sans fragilité, avec une ardeur au combat qui doit être la même du côté masculin. Toutes bonnes comédiennes, elles assurent de longs monologues avec conviction mais au risque du déséquilibre.

Car la parole de Wajdi Mouawad doit être comprise comme un flux d'où jaillit le meilleur et parfois le moins bon. Hier comme aujourd'hui, il ne cherche pas à calibrer, à éliminer les scories. C'est un fleuve qui crache tous ses alluvions, le sens peut être évident ou symbolique, porteur d'émotions vives ou de poésie contemplative.

Bref, et la musique joue à fond son rôle pour y participer, il veut que ses mots envoûtent l'âme autant qu'ils décrivent le monde. Si l'on n'est pas allergique à cette forme, synonyme de longue durée, on sera hypnotisé par ce spectacle vraiment vivant.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=