Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Littoral
Théâtre de la Colline  (Paris)  juillet 2020

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Wajdi Mouawad, avec Emmanuel Besnault, Maxence Bod, Théodora Breux, Hayet Darwich, Gilles David, Lucie Digout, Jade Fortineau, Pascal Humbert, Julie Julien, Maxime Le Gac-Olanié, Patrick Le Mauff, Hatice Özer, Lisa Perrio, Charles Segard-Noirclère, Darya Sheizaf, Paul Toucang et Yuriy Zavalnyouk.

On avait quitté Wajdi Mouawad avec "Mort prématurée d'un chanteur populaire dans la force de l'âge" coécrit avec Arthur H. On le retrouve après avec "Littoral" un texte qui date de la fin du siècle dernier, d'il y a 23 ans.

On connaît désormais très bien les ressorts de l'écriture de Wajdi Mouawad, cette manière unique d'enrober son récit entre parole et musique, conte et réalité, passé et modernité.

Il y a deux sortes d'écrivains, ceux qui brodent toujours sur le même thème et ceux qui changent constamment de thèmes. Pas la peine d'une longue analyse pour comprendre que Wajdi Mouawad appartient à la première catégorie. Si l'on se souvient d'un texte récent, "Notre innocence", on sent une parenté proche entre les deux pièces. Il s'agit à chaque fois de jeunes gens confrontés à la mort, une mort "pesante" et pas une abstraction.

Dans "Notre innocence", des étudiants essayaient de comprendre pourquoi l'un des leurs s'était défenestré. Dans "Littoral", Nour (Hatice Ozer) est accompagnée du cadavre de son père (Patrick Le Mauff), un cadavre qui marche et qui pue. Elle n'est pas seul : s'agrègent peu à peu des personnages féminins, orphelines ayant connu peu ou jamais leurs parents, qui viennent avec elle l'aider à trouver l'endroit idéal pour l'enterrer.

A la fois, individus et membres d'un choeur, elles s'interrogent sur leur destin dans un pays constamment en guerre et, comme à l'accoutumée chez Wajdi Mouawad, cette recherche commune rappelle la "conférence des oiseaux" et se conclue par la même évidence : c'est chercher qui compte, pas trouver. L'important c'est le chemin fait ensembe, pas le but qu'on atteint.

Face à la mort bien vivace, Nour dispose d'un atout : le rêve. Il se matérialise sous la forme de Bérangère, "chevaleresse de la Table Ronde" (Jade Fortineau), prête à la défendre contre tous les dangers qui la guettent dans sa quête et seule capable de parler à la mort.

"Littoral" se présente avec deux distributions. Celle dont on parle ici est la "version féminine". A l'exception des deux musiciens (Charles Segard-Noirclère et Pascal Humbert) du père et de Massi (Emmanuel Besnault, présent dans les deux castings), tous les rôles sont tenus par des femmes. La version jouée en alternance, elle, est entièrement masculine, Gilles David remplaçant Patrick Le Mauff). Difficile à dire, ce que cela implique de différence.

Dans la version féminine, les compagnons-compagnes de Nour (Julie Julien, Hayet Darwich, Darya Sheizaf, Théodora Breux) évoquent chacune leur histoire, elle le font sans fragilité, avec une ardeur au combat qui doit être la même du côté masculin. Toutes bonnes comédiennes, elles assurent de longs monologues avec conviction mais au risque du déséquilibre.

Car la parole de Wajdi Mouawad doit être comprise comme un flux d'où jaillit le meilleur et parfois le moins bon. Hier comme aujourd'hui, il ne cherche pas à calibrer, à éliminer les scories. C'est un fleuve qui crache tous ses alluvions, le sens peut être évident ou symbolique, porteur d'émotions vives ou de poésie contemplative.

Bref, et la musique joue à fond son rôle pour y participer, il veut que ses mots envoûtent l'âme autant qu'ils décrivent le monde. Si l'on n'est pas allergique à cette forme, synonyme de longue durée, on sera hypnotisé par ce spectacle vraiment vivant.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=