Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Jardin des Finzi Contini
Vittorio de Sica  juillet 2020 - 1ère sortie 1970

Réalisé par Vittorio de Sica. Italie/Allemagne. Drame. 1h34 (Sortie 22 juillet 2020 - 1ère sortie 1970). Avec Dominique Sanda, Lino Capolicchio, Helmut Berger, Fabio Testi Romolo Valli, Camillo Cesarei, Inna Alexeievna et Katina Morisani.

Avant "La Vie est belle" de Roberto Begnini, dans sa première partie, celle qui décrit la "vie rêvée" des Juifs italiens s'illusionnant sur Mussolini, longtemps vanté comme leur protecteur, pas beaucoup de films italiens avait traité l'évolution du régime fasciste devenant de plus en plus antisémite à mesure qu'il déclinait et devait "obéir" à l'Allemagne nazie.

En adaptant, sans forcément lui être très fidèle, "Le Jardin des Finzi Contini", le roman de Giorgio Bassano, Vittorio de Sica est donc quasiment le premier à aborder le virage mussolinien qui conduit le Duce à participer à la politique raciale d'Hitler.

A l'inverse de Begnini, qui racontait l'histoire d'un petit coiffeur, comme Charlot dans le "Dictateur", De Sica situe son film à Ferrare dans la très haute bourgeoisie juive, dans une famille quasiment aristocratique qui vit déjà assez naturellement en vase-clos.

Les mesures vexatoires prises par le régime qui fuit en avant, comme l'interdiction pour les Finzi Contini d'appartenir au tennis-club de Ferrare, ne les touchent pas vraiment puisqu'ils organisent pour eux et leurs amis des tournois à l'intérieur de leur immense propriété. Pareillement, quand ils ne peuvent plus étudier, ils se contentent de leur propre bibliothèque, plus fournie que son homologue universitaire.

C'est donc dans un monde ouaté que les Finzi Contini vivent dans le déni, surtout la jeune génération, Micol (Dominique Sanda), belle et intelligente, et Alberto (Helmut Berger), son frère souffreteux.

On est à la fois quelque part parmi "les jeunes filles en fleur" de Proust et un univers confiné proche des "Enfants terribles" de Cocteau, alors qu'à l'extérieur le tonnerre gronde, que le danger se rapproche sans qu'on est l'impression qu'ils le perçoivent.

Pire encore, on peut aussi penser qu'ils le perçoivent et qu'ils sont totalement tétanisés comme s'ils ne pouvaient pas quitter leur royaume où ils ont l'illusion d'être protégés. Sans doute, même, préfèrent-ils être contraints par la violence aveugle d'y renoncer, que de s'enfuir préventivement. De toute façon, en partir c'est mourir.

"Le Jardin des Finzi Contini" de Vittorio de Sica est un classique un peu fragile, qui hésite entre le réalisme et l'esthétisme. On imagine ce qu'aurait pu en faire un Visconti.

Mais le film est à l'image des œuvres de la dernière partie de la vie de De Sica. Il filme une histoire, s'attache surtout aux personnages et ne parvient pas à retrouver la grâce chrétienne qui faisait la force de son cinéma néo-réaliste.

La musique composée par son fils, Manuel de Sica, reflète assez le côté compassionnel du film. Mais, peut-être ce que réussit le mieux à restituer "Le Jardin des Finzi Contini" de Vittorio de Sica, c'est le charme suranné d'une époque en déliquescence.

Une grande mélancolie parcourt cette œuvre qui cherche jusqu'au bout à combattre sa noirceur finale.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=