Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Guendalina
Alberto Lattuada  juillet 2020 - 1ère sortie 1957

Réalisé par Alberto Lattuada. Italie/France. Comédie dramatique. 1h40 (Sortie 29 juillet 2020 - 1ère sortie 1957). Avec Jacqueline Sassard, Raf Vallone, Sylva Koscina et Raf Mattioli.

Au milieu des années cinquante, le cinéma italien s'est presque définitivement éloigné du néo-réalisme et l'on sent que la reconstruction est là, avec ses riches qui ne se cachent plus et ses jeunes gens en quête de liberté et particulièrement de liberté sexuelle.

Alberto Lattuada est typique de ces réalisateurs qui ont bâti le cinéma italien d'après-guerre et qui, désormais, va s'intéresser aux émois adolescents et surtout post-adolescent

Avec "Guendalina", puis "Les Adolescentes", il s'installe en cinéaste avide de portraits de jeunes filles au moment où elles vont faire le grand saut qui les fera femmes.

Dans le premier film cité, favorisé par un sujet de Valerio Zurlini, il met le cap sur Guendalina, dix-sept ans, fille unique à forte personnalité qui hésite encore à céder aux jeunes gens qu'elle attire, d'autant qu'elle assiste aux derniers feux de l'amour, entre un père séducteur volage et une mère qui ne supporte plus ses infidélités.

"Guendalina" d'Alberto Lattuada vaut d'abord par un quatuor d'acteurs formidaRaf Vallone sont vraiment de "jeunes" parents (dans la réalité, Sylva Koscina et Jacqueline Sassard ont sept ans d'écart) et apparaissent déjà comme de vieux routiers du cinéma transalpin face à deux "ados" prometteurs.

Jacqueline Sassard, pour son deuxième film, gagne ses galons de vedette. Elle occupe le terrain avec aplomb et sensualité et réussit à ne pas rendre odieuse son personnage de fille de famille qui se permet tout.

Au contraire, peu à peu, elle s'implique dans sa relation avec Raf Mattioli, fils d'un artiste décédé, très loin du train de vie de cette fille de milliardaire.

Dans le rôle du jeune premier happé par l'énergie de sa partenaire, il parvient à ne pas être fade. Au contraire, il prend une certaine assurance, peut-être à tort. Raf Mattioli, malheureusement, disparaîtra trois ans plus tard, atteint d'une maladie incurable, faisant rétrospectivement basculer "Guendalina" d'Alberto Lattuada du mélo à la tragédie.

Ce qui frappe le plus dans ce film où l'auteur atteint à la fois sa maturité cinématographique et sa maturité d'homme, c'est que tout baigne dans une érotomanie sous-jacente.

Raf Vallone, élégant, sourire ravageur, ne peut pas voir une jolie femme sans se transformer immédiatement en chasseur, pendant que sa fille apprend les mimiques qui séduisent les lycéens qu'on voit, par ailleurs, découvrir l'amour tarifé. Quant à la mère, victime délaissée, on la sent ambivalente. N'est-elle pas sur le point de prendre bientôt des amants pour rendre la pareille à son époux ?

Quand on connaît la carrière future de Lattuada, on sait qu'il ne va pas se priver d'aller tutoyer les limites du permis. Dans son film suivant, "Les adolescentes", tout commencera par une Catherine Spaak en nuisette, allongée sur son lit, dont on suivra le réveil faussement innocent pendant quatre longues minutes.

Dans "Guendalina", on est finalement pas très loin de l'intrigue de "Bonjour Tristesse". Il suffirait, pour ça, et c'est sans doute ce qui se passerait, si on poursuivait le film après le mot "fin", que le père et la fille sortent ensemble vers une quête commune du plaisir.

Reste que "Guendalina" d'Alberto Lattuada n'est pas un film que l'on a vu souvent et qu'il mérite autant d'être découvert que redécouvert.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 3 juillet 2022 : Rythme d'été

Moins d'émissions mais toujours des chroniques tout au long de l'été sur le site évidemment, avec des spectacles, des nouvelles du Festival Off d'Avignon, des expos en région et peut être quelques concerts de temps en temps : restez connectés !

Du côté de la musique :

"Violetta y el jazz" de Emiliano Gonzalez Toro
"Leoni Leoni" de Leoni Leoni
"Circus envy" un nouveau mix à écouter en ligne signé Listen In Bed
"L'album du centenaire 1922-2022" de Odette Gartenlaub
"Folklore chapter 1" de Pilani Bubu
"Mami Wata" de Reuben's Daughters
et toujours :
"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Malade imaginaire" au Théâtre Le Lucernaire

"Boule de Suif" au Théâtre Le Lucernaire
"Novecento Pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
"B+B=BB" à La Folie Théâtre
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Hexagone" au Théâtre Essaion
les autres spectacles déjà l'affiche
et les spectacles à l'affiche du Festival Off d'Avignon

Expositions :

"ORLAN - Les femmes qui pleurent sont en colère" au Musée Picasso Paris
"Manifeste ORALN - Corps et sculptures" aux Abattoirs à Toulouse
dernière ligne droite pour "Love Brings Love" au Palais Galliera
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Esprit sacré" de Chema García Ibarra
"The Sadness" de Rob Jabbaz
en streaming gratuit avec :
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Séjour dans les monts Fuchun" de Gu Xiaogang
"Rapsody" de Constance Meyer
"Sashinka" de Kristina Wagenbauer
"Corps of Tobi" d'Alexa Bakony

Lecture avec :

"Cao Bang 1950" de Ivan Cadeau
"La fille sur le coffre à bagages" de John O'Hara
et toujours :
"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=