Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Quelle joie de vivre
René Clément  août 2020 - 1ère sortie 1961

Réalisé par René Clément. France/Italie. Comédie. 1h58 (Sortie version restaurée 5 août 2020 - 1ère sortie 1961). Avec Alain Delon, Barbara Lass, Gino Cervi, Paolo Stoppa, Carlo Pisacane, Rina Morelli et Ugo Tognazzi.

Alain Delon l'appelait son maître. Longtemps sous-estimé par les critiques pro-Nouvelle Vague, sans qu'il soit vraiment leur cible privilégié puisqu'ils avaient apprécié "Plein Soleil" un film contemporain des leurs, René Clément retrouve au fil du temps la place qu'il mérite.

L'auteur prolifique et touche-à-tout de "Jeux interdits", de "Paris brûle-t-il", de "La Maison sous les arbres" ou du "Passager de la pluie" a fait quelques incursions en Italie.

Après "Au-delà des grilles" avec Jean Gabin et Isa Miranda, qui lui valut un de ses deux oscars du film étranger à Hollywood, il a réalisé "Quelle joie de vivre", une comédie grinçante qui mérite d'être revue.

On y trouve d'abord un jeune Delon à son meilleur qui peut remercier Clément de lui avoir donné le rôle de cet orphelin rejoignant une famille d'anarchistes pour les beaux de la fille de la maison. Constamment souriant et plein de ressources, il est sûr qu'il n'aurait pas été "Rocco" ni "Tadzio" chez Visconti s'il n'était pas passé par là.

On est juste avant le triomphe de Mussolini, et la situation dans l'Italie de l'après-guerre est confuse. Delon, à peine sorti du service militaire, se trouve, comme un Lacombe Lucien, jouer à a balle de ping pong entre les noirs truculents de l'Anarchie et les inquiétantes bruns bottés qui préparent leur coup d'état. Il ne mettra pas longtemps à choisir les rêveurs, partisans des bombes mais pas vraiment prêts à les lancer à l'aveugle ni doués pour le faire.

Dans "Quelle joie de vivre" de René Clément, Delon a pour partenaire la magnifique comédienne polonaise Barbara Lass, alors encore la première madame Polanski. Le couple qu'il forme est d'une fraîcheur rare pour une comédie.

Ils sont accompagnés par Gino Cervi, aussi à l'aise en imprimeur anarchiste qu'en maire communiste. On aura aussi l'occasion de découvrir dans le rôle du grand-père indigne et retiré dans son grenier l'inénarrable Carlo Pisacane, qu'on avait déjà vu dans "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Une fois encore, la comédie italienne montre toute sa palette. "Quelle joie de vivre" de René Clément est une œuvre divertissante avec de gros moyens que son réalisateur utilise avec astuce pour créer une ambiance d'insouciance cachant la chape de plomb qui va s'abattre bientôt sur l'Italie de 1920-1921.

Une fois encore, on dira que dans sa carrière extraordinaire, Delon a eu des choix italiens judicieux. De "Quelle joie de vivre" au "Professeur", ses personnages n'étaient pas des stéréotypes.

Il y gagnait, même dans le tragique, une bonne humeur, une assurance solaire que jamais les metteurs en scène français ne surent lui donner. Il y a gagner vraiment ses galons d'acteur.

"Quelle joie de vivre" de René Clément sera pour beaucoup une vraie découverte. C'est sans doute le film de l'été à voir en priorité.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=