Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 35 ème édition du Festival Humour et Eau Salée
Du 1er au 7 août 2020  Saint-Georges de Didonne (Charente Maritime)

Il s'en est fallu de peu que cette 35ème édition du Festival Humour et Eau Salée qui se déroule à Saint-Georges de Didonne en Charente Maritime, organisé par l'Association CRÉA, soit annulée  comme la plupart des grands événements de l'été.

Mais c'était sans compter la pugnacité et l'enthousiasme de Denis Lecat, le directeur pour la troisième année, qui s'est battu avec toute son équipe pour que ce moment d'échange et de propositions artistiques rafraîchissantes soit maintenu.

Charge donc à lui et aux bénévoles présents d'assurer la sécurité de tous. Et on peut dire que pour cela, rien n'a été laissé au hasard : rappel des gestes barrières à l'entrée des lieux (pour la plupart en extérieur), gel à disposition, masque et rappel oral des consignes avant chaque spectacle pour que ce moment festif soit aussi un moyen de lutter activement contre le virus.

Un dispositif impressionnant qui aura été accueilli avec bienveillance et compréhension par les nombreux spectateurs présents. Car le public aura été au rendez-vous de cette semaine. Un public qu'on sentait curieux de redécouvrir des spectacles et soucieux que tout se passe bien, tellement il avait été privé depuis de nombreux mois de son oxygène : les artistes et leurs imaginaires.

Plus d'une vingtaine de spectacles étaient à l'affiche sur le thème "Musique et bricolage (et Covid 19) mais pas forcément ensemble" avec quelques belles pépites.

"Mobylette"
Spectacle musical de la Compagnie Le Plus petit espace possible

Chemises bariolées, pantalons courts et baskets multicolores, Elise Chatelain, Séverine Fel et Lise Garnier, les trois comédiennes-musiciennes jaillissent d'un décor ahurissant proposant avec humour une fantaisie ludique et colorée.

Spécialistes en bruitage, elles font vivre un poulailler entier à l'aide de divers objets, tuyaux ou instruments de musique. Avec une énergie spectaculaire, elles surprennent le public en sortant de leurs manches mille trouvailles géniales et poétiques.

Entre concert jazz, rock balkanique et fanfare, la Compagnie Le Plus petit espace possible offre une récréative plongée au pays des sonorités. Charmeuses de serpent, convoyeuses de pingouins, elle célèbrent avec "Mobylette" le triomphe de l'imagination pour un spectacle fantastique et survitaminé.

"Mon Grand oncle"
Déambulation propsoée par le Groupe Déjà

Il arrive d'un pas maladroit, aidé de sa canne. Il est heureux que nous soyons au rendez vous. 28 ans qu'il n'a pas revu les lieux de son enfance. Veste verte, cravate marron et moustache blanche, l'homme nous enjoint de le suivre.

Il doit rendre une dernière visite à la demeure de son grand oncle Germain Langlois, décédé récemment sans amis ni famille, dont le notaire lui a donné une enveloppe contenant la clé de son petit appartement où se trouve son testament.

Après avoir cheminé le long d'un café et avoir fait le tour d'un bâtiment, la petite quinzaine de spectateurs se retrouve dans un décor d'animaux empaillés, de chaussures et de cartes de montagne. Car Germain Langlois avait deux passions : les Pyrénées et les chaussures.

Avec "Les montagnards" en fond sonore diffusé par un petit magnétophone, Philippe Langlois raconte la vie de son grand oncle et lit le testament en compagnie des personnes présentes.

Un parcours-jeu de piste à énigmes sur lequel nous entraîne Sébastian Lazennec et un secret que les visiteurs (passant pour les amis de  son petit neveu) découvriront au terme de la visite dans ce petit appartement.

"Mon Grand oncle", une déambulation faite de silences et de réminiscences qui touche chacun tant elle mélange drôlerie et tragique.

"Delinus 03"
Balade en bus par la Compagnie Delinus

La ligne 3, c'est celle qu'emprunte le plus petit minibus du monde. Avec un dispositif spécial incluant les gestes barrières, les deux comédiens de la compagnie néerlandaise installent avec le public une complicité instantanée et surprennent dans ce périple surréaliste, loufoque et tendre.

"Fanfare d'occasion" de la Compagnie Le plus petit espace possible

Déboulant d'on ne sait où, ils sont quatre, tous de blanc vêtus. Trois musiciens et une danseuse -maîtresse de cérémonie. Sur un tempo lent, ils prennent possession de cette petite place et surprennent les habitués du café.

Se fondant au décor, ils escaladent le mobilier urbain, s'en servent même pour faire de la musique comme ce collecteur de verre qui produit une sonorité intéressante ou ces panneaux indicateurs.

La danseuse guide la déambulation et précède l'attroupement qui grossit de minute en minute, créant une bien étrange cérémonie où elle évolue et glisse, escalade le décor, s'insinue au milieu des gens, se love contre un arbre, un banc ou se couche contre terre.

Les notes lentes de trombone, de tuba et de saxophone orchestrent cette parade déjantée et jusqu'à la fin mystérieuse... Un bien joli moment de poésie.

"Concert hydrophonique"
Spectacle musical de la Compagnie Les Cubiténistes

La Compagnie Les Cubiténistes propose un spectacle unique : un chapiteau bigarré abritant 45 machines hydrophoniques qui, à l'aide de 70 capteurs, de l'eau, des câbles et des tuyaux, produisent une musique étonnante mixée en direct par Marie Demicheli.

Alain Harivel, tel le capitaine d'un bateau dont il porte la casquette avec sa marinière, initie le public aux mystères de ce singulière installation. Machines à bulle, clepsydres, machine à gouttes ou à dépression se complètent pour produire un concert qui ne ressemble à rien de connu.

Les mettant en route les unes après les autres, il fait entendre les nuances sonores et organise peu à peu ces sonorités étranges et venues de loin créant un moment méditatif et saisissant.

Au cours de notre passage, nous aurons également pu assister à une répétition de l'irrésistible Frédéric Fromet dont le dernier spectacle "Frédéric Fromet chante l'amour" contient de nombreuses chansons écrites pendant le confinement. On y retrouve son humour satirique et sa fine plume qui dézingue, sans jamais se prendre au sérieux, l'actualité et les anomalies du monde.

Nous aurons revu également la caustique Constance et son "Pot pourri" aux textes acides et au talent d'interprétation exceptionnel. Ainsi que le génial Paul Staïcu qui avec "Une Vie de pianiste" enchante un stade tout entier et fait partager sa passion avec un enthousiasme émouvant.

Sans oublier les rues fleuries par les couleurs ou les mots de la Compagnie Gijs Van Bon qui avec Skryf ou Blom, fait écrire ou dessiner le long des bords de mer. De la poésie brute. Ou encore "La Controverse" de l'atelier oratoire animé par Julien Barret qui aura permis à des amateurs de s'essayer à l'écriture et à la scène.

Donc, de l'éclectisme pour tous les goûts et tous les publics


 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=