Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mano de Obra
David Zonana  août 2020

Réalisé par David Zonana. Mexique. Drame. 1h23 (Sortie 19 août 2020). Avec Luis Alberti, Horacio Celestino, Hugo Mendoza et Jonathan Sanchez.

Plus qu'un énième film de dénonciation de la condition prolétarienne en Amérique du Sud, "Mano de Obra", deuxième film du mexicain David Zonana, qui avait réussi un très bon premier film ("Les filles d'Avril"), est une fable particulièrement réussie.

Il y a quelques semaines, "Trois étés" de la Brésilienne Sandra Kogut, racontait comment les domestiques d'un milliardaire se retrouvaient seuls à gérer sa grande demeure quand celui-ci était rattrapé par un scandale financier et mise en examen.

Le film cachait la dimension "lutte des classes" et préférait dénoncer les turpitudes des puissants sur le ton de la comédie et faisait de leurs employés de maison les témoins pas dupes de leurs manèges.

Dans "Mano de Obra" de David Zonana, tout commence dramatiquement et brutalement par la chute mortelle d'un maçon qui construisait avec des compagnons une très belle résidence à un accapareur quelconque. Cet accident du travail, qui n'est pas reconnu comme tel, et met sur la paille sans la moindre indemnité la femme enceinte du défunt, révolte Francisco, le jeune héros du film et cousin de la victime.

Cette découverte des procédés scandaleux qui exonéraient de toute responsabilité toute la chaîne allant du contremaître au maître d'oeuvre jusqu'au propriétaire, le conduit avec ses amis ouvriers à investir la propriété qu'ils étaient en train d'installer et à y instaurer une espèce de communauté fondée sur la solidarité de tous.

Dans cette "Belle équipe" à la mexicaine, on va ainsi suivre étape par étape, les hauts et les bas de cette utopie "spontanée", pas du tout née de l'imaginaire d'un philosophe, mais de la colère de quelques jeunes hommes qui prouvent ici que leurs destins valaient mieux que misère et pauvreté.

David Zonana, par ailleurs scénariste, ne s'est pas contenté de raconter une histoire, il lui a donné la forme d'une parabole, dont on se doute très vite, hélas, qu'elle sera une fois de plus la démonstration désespérante que l'union ne fait pas forcément la force des pauvres, surtout quand les lois du pays sont dictées par les riches.

On aurait aimé que pour une fois, l'utopie imaginée par les ouvriers réussisse et s'achève au son de la musique des mariachis et en fiesta pleine de tacos.

Mais, malheureusement, les fables sont plus cruelles que les simples scénarios et celle écrite par David Zonana est particulièrement sombre. Quelque part, il a réussi au pays de Pancho Villa et d'Emiliano Zapata, la même démonstration que George Orwell dans "La Ferme des animaux".

Maîtrisé, jamais cynique, en froide colère contre l'éternelle victoire programmée des gros malins sur le petit peuple, "Mano de Obra" de David Zonana confirme qu'on est en présence d'un cinéaste de trente ans qui n'en restera pas là.

On soulignera son excellente direction d'acteurs. Avec en tête d'affiche, le remarquable Luis Alberti, entraînant dans son sillage des dizaines d'acteurs, qui ne font pas simplement de la figuration et ont tous quelque chose à jouer et à défendre.

Implacable et orignal, "Mano de Obra" de David Zonana mérite vraiment d'être supporté.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=