Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mano de Obra
David Zonana  août 2020

Réalisé par David Zonana. Mexique. Drame. 1h23 (Sortie 19 août 2020). Avec Luis Alberti, Horacio Celestino, Hugo Mendoza et Jonathan Sanchez.

Plus qu'un énième film de dénonciation de la condition prolétarienne en Amérique du Sud, "Mano de Obra", deuxième film du mexicain David Zonana, qui avait réussi un très bon premier film ("Les filles d'Avril"), est une fable particulièrement réussie.

Il y a quelques semaines, "Trois étés" de la Brésilienne Sandra Kogut, racontait comment les domestiques d'un milliardaire se retrouvaient seuls à gérer sa grande demeure quand celui-ci était rattrapé par un scandale financier et mise en examen.

Le film cachait la dimension "lutte des classes" et préférait dénoncer les turpitudes des puissants sur le ton de la comédie et faisait de leurs employés de maison les témoins pas dupes de leurs manèges.

Dans "Mano de Obra" de David Zonana, tout commence dramatiquement et brutalement par la chute mortelle d'un maçon qui construisait avec des compagnons une très belle résidence à un accapareur quelconque. Cet accident du travail, qui n'est pas reconnu comme tel, et met sur la paille sans la moindre indemnité la femme enceinte du défunt, révolte Francisco, le jeune héros du film et cousin de la victime.

Cette découverte des procédés scandaleux qui exonéraient de toute responsabilité toute la chaîne allant du contremaître au maître d'oeuvre jusqu'au propriétaire, le conduit avec ses amis ouvriers à investir la propriété qu'ils étaient en train d'installer et à y instaurer une espèce de communauté fondée sur la solidarité de tous.

Dans cette "Belle équipe" à la mexicaine, on va ainsi suivre étape par étape, les hauts et les bas de cette utopie "spontanée", pas du tout née de l'imaginaire d'un philosophe, mais de la colère de quelques jeunes hommes qui prouvent ici que leurs destins valaient mieux que misère et pauvreté.

David Zonana, par ailleurs scénariste, ne s'est pas contenté de raconter une histoire, il lui a donné la forme d'une parabole, dont on se doute très vite, hélas, qu'elle sera une fois de plus la démonstration désespérante que l'union ne fait pas forcément la force des pauvres, surtout quand les lois du pays sont dictées par les riches.

On aurait aimé que pour une fois, l'utopie imaginée par les ouvriers réussisse et s'achève au son de la musique des mariachis et en fiesta pleine de tacos.

Mais, malheureusement, les fables sont plus cruelles que les simples scénarios et celle écrite par David Zonana est particulièrement sombre. Quelque part, il a réussi au pays de Pancho Villa et d'Emiliano Zapata, la même démonstration que George Orwell dans "La Ferme des animaux".

Maîtrisé, jamais cynique, en froide colère contre l'éternelle victoire programmée des gros malins sur le petit peuple, "Mano de Obra" de David Zonana confirme qu'on est en présence d'un cinéaste de trente ans qui n'en restera pas là.

On soulignera son excellente direction d'acteurs. Avec en tête d'affiche, le remarquable Luis Alberti, entraînant dans son sillage des dizaines d'acteurs, qui ne font pas simplement de la figuration et ont tous quelque chose à jouer et à défendre.

Implacable et orignal, "Mano de Obra" de David Zonana mérite vraiment d'être supporté.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=