Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gangrène, une histoire d'amour
L.-J. Wagner  (Editions Souffles littéraires)  juin 2020

Sous-titré "une histoire d’amour", Gangrène ne laisse planer aucun mystère sur son sujet. Quoique… Quel est donc le lien entre l’amour et la gangrène, tue l’amour par excellence ? Son auteur, L.-J. Wagner, s’autoproclame "réfractaire à tout ce qui est fleur bleue et dégoulinant de bons sentiments".

"Jusqu’ici, je n’avais rien attrapé de grave. Tout au plus une angine d’une semaine baptisée Thibaud ou une grippe d’un mois, tenace, qui s’appelait Slimane. Le reste du temps, seulement des éternuements fugaces et violents, et ce petit rhume des foins, Romain, qui revenait me chatouiller quelques jours à chaque printemps".

Le cynisme en bandoulière et une lucidité désabusée en étendard, Chloé raconte qu’elle ne s’attache jamais aux hommes qu’elle rencontre. Non merci. Pas de ça chez elle. Elle ne rentre pas dans les cases sociales et affiche fièrement son désamour du sentimental. Elle ne se laisse pas berner par les mamours et ne souffre pas, jamais. Observant son entourage tomber dans les mêmes panneaux de l’attachement déçu et des larmoiements inéluctables.

Quand je commençais à me poser de sérieuses questions sur l’issue de Chloé, croisant les doigts pour que le roman ne ressemble pas aux feux de l’amour à la plage et bien bam. Elle rencontre Colin. THE cliché of romantique comédy. Et forcément, violons et tralalis, elle succombe à ce dont elle avait juré ne jamais goûter : la romance kitch, cette gangrène qui nécrose tous ses préjugés et lime ses principes de non attachement.

Alors bon… Perso je ne suis pas fan de ces loving storys, il ne m’est jamais divertissant de constater que même des cas dits "désespérés" finissent par rencontrer leur âme sœur, alors que mon cas n’est pas brillant… Jalousie persuadée que l’amour a été créé pour vendre des chocolats en février. Alors oui, j’ai failli lâcher Gangrène d’un méprisant "pfff, tous les mêmes".

Mais L.-J. Wagner a une plume, un sacré talent d’écriture, une manière de poser les mots en une onctueuse prose, faisant de la lecture un massage cérébral tout à fait agréable. Et les pages défilent sans qu’on n’y prenne garde. Je ne me suis pas vue dévorer le passage Bridget Jaune, et c’est bel et bien stupéfaite que j’ai atterri au beau milieu du Beyrouth cardiaque de Chloé.

Un retournement de situation osé pour un carnage sentimental. Loin de moi l’idée de vous spoiler la suite, sachez toutefois que Chloé est le dindon de la farce, et qu’elle n’apprécie pas tellement d’avoir le cœur piétiné par Colin, instrument de cet entourage qu’elle prétendait être ses amis. Miséricorde ! Diantre, pas de ça chez eux, nulle compassion, nulle clémence, Chloé file à l’autre bout du monde cuver son chagrin, sa honte et ruminer sa vengeance. Sera-t-elle à la hauteur du préjudice ?

Un auteur audacieux pour une aventure acerbe, entre cynisme et amoralité, une plume intense à la fluidité d’un sorbet glacé dans nos chaleurs estivales. Une romance atypique dans un siècle où les principes du seizième siècle ont la peau dure. Corrosif. Ames sensibles s’abstenir.

 

En savoir plus :
Le site officiel de L.-J. Wagner
Le Facebook de L.-J. Wagner


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=