Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une Barque sur l'océan
Arnold de Parscau  août 2020

Réalisé par Arnold de Parscau. France. Drame. 1h35 (Sortie 26 août 2020). Avec Hari Santika, Dorcas Coppin, Elisza Cahaya, Jean-Pol Brissart et Colette Sodoyez.

L'année dernière, on a pu voir une très belle version de "Martin Eden", adaptée et mise en scène par Pietro Marcello. Cette fois-ci, "Une Barque sur l'océan" d'Arnold de Parscau s'inspire de Jack London de manière plus diffuse en contant comment un jeune Balinais pauvre, introduit par hasard chez des expatriés français, découvre le piano et devient, pour son plus grand malheur, un très grand compositeur de musique de films.

Ici, à la différence de Martin Eden, Eka (Hari Santika) n'appartient pas à la même civilisation que Margaux (Dorcas Coppin). A la barrière de classe s'ajoute la barrière de race. De plus, les deux personnages doivent communiquer dans une langue tierce.

Avant toute chose, Arnold de Parscau réussit un film très dépaysant, constamment beau et cette beauté des plans dans une Indonésie qui donne des envies touristiques, il ne les doit qu'à lui-même puisqu'il cumule, chose rarissime aujourd'hui, la réalisation et la photo.

Si l'on regarde le film trompé justement par sa beauté formelle, on risque de ne le voir qu'en surface, trouver non pas qu'il part d'un grand récit littéraire mais qu'il accumule les clichés.

Le jeune domestique balinais est amoureux de la belle française pianiste et veut apprendre cet instrument pour qu'elle le remarque. Dès lors, redoublant d'efforts, sur un clavier électronique récupéré, il va devenir un vrai musicien, compositeur de sa propre musique de surcroît.

Franchissant une à une les étapes, attendant très longtemps que sa musique finisse par intéresser un producteur, il finira riche, célèbre et ayant l'illusion d'avoir traversé le plafond de verre qui le sépare de Margaux et de sa famille.

Pourtant, il se rendra compte que s'il n'avait pas été autodidacte, qu'il ait commencé la musique plutôt avec une Nadia Boulanger qu'une jeune femme qui n'ira pas plus loin que l'interprétation, il aurait peut-être pu composer autre chose que de la musique pour des films sans intérêt.

Lui aussi totalement étranger au milieu du cinéma, Hari Santaka, pour son premier rôle, est impeccable. On croit instantanément à tout ce qu'il ressent : amour pour Margaux, vocation musicale, capacité prodigieuse d'assimiler et de dominer la matière, tristesse abyssale quand il s'aperçoit que son destin hors du commun ne lui garantit en rien d'être aimé et ne suffit pas à satisfaire l'artiste qu'il est devenu.

"Une barque sur l'océan" d'Arnold de Parscau se contemple. Il imprègnera longtemps les spectateurs qui aiment les beaux récits qui puisent leur originalité dans quelque chose qui paraît battu et rebattu, alors qu'il n'en ait rien.

A-t-on vu souvent dans un film français un héros d'origine "indigène" ? Quelqu'un qui est à cent coudées au-dessus d'un français moyen et doté d'un vrai physique ?

Usant de stéréotypes, Arnold de Parscau sait les retourner astucieusement sans que cela nuise à un film inspiré dans lequel Bali n'est pas la ville des cartes postales attendues.

On est ailleurs dans un voyage initiatique au bout du monde pour le prix d'un ticket de cinéma. Qu'espérer de plus ?

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=