Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Grand Cahier
La Manufacture des Abbesses  (Paris)  septembre 2020

Monologue dramatique d'après le roman éponyme d'Agota Kristof conçu et interprété par Valentin Rossier.

Voilà un spectacle qu'on n'oublie pas et qui redonne instantanément goût au théâtre en ces temps difficiles.

Chemise sombre, pantalon sombre, dans un cercle de lumière créé par Davide Cornill, devant un micro qui restera constamment sur son pied, Valentin Rossier pourrait être un chanteur à la Léo Ferré, scandant immobile ses imprécations lyriques.

La comparaison est rendue possible aussi parce qu'il actionne une pédale pour moduler en baissant ou augmentant de volume la musique électronique que lui a écrit David Scrufari et qui, avec ses relents d'impressions fantastiques, correspond parfaitement au récit d'épouvante néo-réaliste d'Agota Kristof.

Ainsi Valentin Rossier est un homme-orchestre qui joue de sa voix et de son pied pour créer une atmosphère bien particulière. En adaptant la première partie d'un triptyque consacré à deux jumeaux qui vont s'efforcer d'apprendre à survivre dans un monde en guerre et dans un pays où règne une dictature de fer, il a en main une partition exceptionnelle, mais qui contient tellement d'éléments insoutenables qu'il faut savoir la conduire avec une délicatesse qui contredit son contenu d'une noirceur absolue.

Par petites touches, car les phrases sont courtes, il ajoute de l'horreur à l'horreur, de la cruauté gratuite à la banalité du mal.

La voix de Valentin Rossier est chaude, presque douce, et il n'a pas besoin de beaucoup d'effets pour la pousser vers des phases d'authentique terreur. Elle sait distiller les informations et s'arrêter nette quand l'épreuve suivante a été exposée en quelques mots secs et effrayants. Surtout pas le temps de souffler dans ce récit tout en violence verbale et en images suffocantes suggérées.

Tout ici est question de rythme dans cette accumulation de malheurs qui ne s'octroie aucun répit. Peu à peu, les jumeaux sont seuls face à eux-mêmes. Ce qu'ils endurent leur garantit la peau dure. Dans cet univers vicieux où aimer est interdit, il faut pressentir le coup d'après, savoir l'esquiver et rester sur ses gardes.

Roman d'apprentissage et manuel de survie, "Le Grand Cahier" d'Agota Kristof est un texte d'une force rare, une merveille de langue française composée par quelqu'un qui, vingt ans plus tôt, n'en connaissait pas un mot.

Valentin Rossier ressuscite une écrivaine hongroise d'expression française et en tire 75 minutes de pure émotion. Manquer ce boxeur de mots qui saoulent des coups d'Agota Kristof un spectateur qui ne peut que les encaisser dans leur sauvagerie primale, c'est passer à côté d'un vrai moment de théâtre total.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=