Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un conte de Noël
Théâtre Gérard Philippe  (Saint-Denis)  septembre 2020

Comédie dramatique d’après le film éponyme d’Arnaud Desplechin, adaptation par le Collectif In Vitro, mise en scène de Julie Deliquet, avec Julie André, Stephen Butel, Eric Charon, Solène Cizeron( en alternance Elise Martin), Olivier Faliez, Jean-Christophe Laurier, Agnès Ramy, Marie-Christine Orry, Thomas Rortais, David Seigneur, Hélène Viviès et Jean-Marie Winling.

Reprise du spectacle joué l'année dernière à l'Odéon, "Un conte de Noël" est sur le papier une adaptation théâtrale du film tourné en 2007 par Arnaud Desplechin.

Cinéaste clivant, petit-fils génial de la Nouvelle Vague pour quelques-uns, réalisateur intellectuel aux choix esthétiques maniérés pour d'autres, Desplechin ne cache pas son goût pour le théâtre, auquel il consacre son seul film en langue anglaise, "Esther Kahn" (2000). Disciple de Jean Renoir, on pourrait dire qu' "Un Conte de Noël" est sa "Règle du jeu" à lui.

Il est indéniable que ce « Conte de Noël » était marqué, comme le chef-d'oeuvre de Renoir, du début à la fin par la théâtralité et que Julie Deliquet n'a pas eu à bouleverser l'histoire pour la transposer sur scène.

Mieux, en étant obligée de s'en tenir à un décor représentant la maison des Vuillard où se déroule en trois ou quatre jours les fêtes de Noël, Julie Deliquet a pu se défaire des afféteries du film, de ses digressions et même de certaines scènes un peu gênantes comme celles concernant les "arabes" de Roubaix.

Elle a même gommé cette dimension en confiant le rôle de Spatafora, le seul ami qui participe à leur Noël, à David Seigneur alors que dans le film, il était joué par Samir Guesmi et qu'on faisait allusion à ses petits trafics.

Paradoxalement, en théâtralisant complètement le film de Desplechin, Julie Deliquet lui donne de l'air, permet à ceux qui ne l'aimaient pas ou qui le trouvaient inutilement compliqué avec sa dizaine de personnages de s'y intéresser... et d'en comprendre les tenants et les aboutissants.

Peut-être aussi que la présence de Catherine Deneuve comme épouse de Jean-Paul Roussillon ajoutait une note d'irréalité. On sait que la star s'est toujours refusée à monter sur les planches et l'associer à un monument du théâtre français laissait perplexe.

Ici, Junon, la mère, est interprétée par Marie-Christine Ory et son mari, Abel, par Jean-Marc Windling. Il n'y a pas de différence d'âge ni de statut. Les deux acteurs construisent un couple aimant crédible, confronté à la déflagration qu'est la maladie et ses conséquences familiales puisque Junon nécessite une greffe et doit trouver un proche compatible avec elle.

C'est cela qui va précipiter toute la famille dans un chaos total, où toutes les rancoeurs rances vont sortir enfin, comme si c'était a condition première nécessaire pour que la mère guérisse.

Très marquée par Tchekhov - on se souvient de son "Vania" - Julie Deliquet commence son "conte de Noël" par une longue scène d’exposition que n'aurait pas renié l'auteur de la "Mouette". Comme pour son "Vania", elle a choisi la bi-frontalité, et le public se sent très proche de cette bataille familiale.

Elle multiplie les morceaux de bravoure au gré des épisodes où sont impliqués successivement tous les personnages. De ce repas très roboratif, elle aurait pu extraire quelques plats pour ne garder que les scènes les plus fortes. Mais, on sent chez elle un plaisir encore juvénile pour "tout" mettre en scène.

Evidemment, le clou du film est "le" conte de Noël", car, chaque année, la famille joue au sens propre un texte. On aura droit à un extrait saignant du Titus de Shakespeare.

Toujours en mouvement, le travail de Julie Deliquet demande des acteurs d'une grande disponibilité et d'une attention de chaque instant. Elle est servie par douze acteurs qui forment vraiment une troupe.

Qu'il s'agisse des trois enfants du couple (Julie André, Stephen Butel et Eric Charon), de leur neveu (Jean-Christophe Laurier), de leurs petits-enfants (Solène Cizeron, Thomas Rortrais), des compagnes ou compagnons de leurs enfants (Olivier Faliez, Hélène Viviès, Agnès Ramy), tous sont à l'unisson.

A l'heure où règne le seul en scène, on est heureux de retrouver une "vraie" pièce dans l'adaptation cinématographique d'un film touffu et parfois complaisant. Julie Deliquet a mis la barre très haut pour réussi son pari : fournir un divertissement d'une grande qualité formelle qui, pendant deux heures et vingt-minutes, ne cesse de convaincre.

Une vraie réussite.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 avril 2024 : En avril, de la culture tu suivras le fil

Un peu de soleil, des oiseaux qui chantent, le calme avant la tempête olympique. En attendant, cultivons-nous plutôt que de sauter dans la Seine. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch
"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard
et toujours :
"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Cach

Au théâtre

les nouveautés :
"Tant que nos coeurs flamboient" au Théâtre Essaïon
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
zt toujours :
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
et toujours :
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=