Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bananas(and the kings)
Théâtre de la Reine Blanche  (Paris)  septembre 2020

Spectacle conçu et mis en scène par Julie Timmerman, avec Anne Cressent, Mathieu Desfemmes, Jean-Baptiste Verquin et Julie Timmerman.

Après "Un Démocrate", où elle a fait connaître à beaucoup la figure controversée d'Edward Bernays, neveu de Freud et publicitaire américain, père spirituel de la propagande moderne avec son maître ouvrage "Propaganda ou Comment manipuler l'opinion en démocratie", Julie Timmerman poursuit dans "Bananas (and kings)" sa redécouverte salvatrice des mauvais côtés du camp occidental.

Cette fois-ci, là voilà au Guatemala dans les années cinquante pour une affaire que seuls les lecteurs assidus du Monde Diplomatique connaissent encore : celle du coup d'état perpétré conte Jacobo Arbenz Guzman, premier président de la République, élu au suffrage universel dans un pays connu pour ses juntes militaires.

Et son éviction, dans laquelle entre parenthèses Mister Bernays tint son rôle en faisant croire à ses compatriotes yankees qu'Arbenz était un communiste farouche, sentait la banane américaine.

Ils sont quatre sur scène, deux femmes (Anne Cressent et Julie Timmerman) et deux hommes (Jean-Baptiste Verquin et Mathieu Desfemmes) pour jouer une bonne quarantaine de personnages, du président Arbenz (interprété par l'auteure elle-même) à Churchill, un cigare à la main et pas à son avantage.

Rythmée, entre revue de cabaret et bande dessinée, la pièce de Julie Timmerman dénonce les méfaits de l'United Fruit Company, compagnie étasunienne, qui, pendant des dizaines d'années fit la pluie et le beau temps chez les producteurs de banane d'Amérique du Sud, empêchant ceux-ci d'être dirigés par des gouvernements démocratiques qui oseraient demander un meilleur partage des profits bananiers.

En racontant l'histoire tragique de la chute du président guatémaltèque qui avait voulu réduire le rôle de l'United Fruit dans son pays, Julie Timmerman ouvre le grande livre noir des multinationales qui, aujourd'hui encore, tiennent dans leurs mains le sort de pays entiers.

Elle réussit le tour de force d'être claire dans son propos sans sombrer dans un didactisme qui pourrait rebuter tous ceux qui aiment les "marques" sans savoir le dégât qu'elles causent, notamment dans les pays les plus pauvres où elles ont délocalisé leurs productions pour profiter d'une main à si bas coût qu'on n'est pas loin d'une nouvelle forme d'esclavagisme.

En presque deux heures qui s'écoulent vite, le temps de ranimer la belle figure de Jacobo Arbenz, qui préfigure celle du Chilien Allende, Julie Timmerman dit beaucoup de choses et tout cela sans oublier qu'elle est sur scène et qu'elle fait aussi œuvre théâtrale.

Paradoxalement aussi légère aussi que profonde, sa forme est parfaite pour expliquer les méfaits du capitalisme et la mise en coupe d'un continent par le pays qui le domine.
Aujourd'hui, l'United Fruit poursuit ses basses œuvres, mais sous le nom moins évocateur et un peu plus local de "Chiquita Brands".

Heureusement, grâce à Julie Timmerman, on va désormais se rappeler que derrière ce délicieux fruit jaune, pas très bio d'ailleurs, il y a les larmes et le sang de ceux qui de temps à autre, comme Arbenz, cherchèrent à combattre son injuste hégémonie.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=