Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bananas(and the kings)
Théâtre de la Reine Blanche  (Paris)  septembre 2020

Spectacle conçu et mis en scène par Julie Timmerman, avec Anne Cressent, Mathieu Desfemmes, Jean-Baptiste Verquin et Julie Timmerman.

Après "Un Démocrate", où elle a fait connaître à beaucoup la figure controversée d'Edward Bernays, neveu de Freud et publicitaire américain, père spirituel de la propagande moderne avec son maître ouvrage "Propaganda ou Comment manipuler l'opinion en démocratie", Julie Timmerman poursuit dans "Bananas (and kings)" sa redécouverte salvatrice des mauvais côtés du camp occidental.

Cette fois-ci, là voilà au Guatemala dans les années cinquante pour une affaire que seuls les lecteurs assidus du Monde Diplomatique connaissent encore : celle du coup d'état perpétré conte Jacobo Arbenz Guzman, premier président de la République, élu au suffrage universel dans un pays connu pour ses juntes militaires.

Et son éviction, dans laquelle entre parenthèses Mister Bernays tint son rôle en faisant croire à ses compatriotes yankees qu'Arbenz était un communiste farouche, sentait la banane américaine.

Ils sont quatre sur scène, deux femmes (Anne Cressent et Julie Timmerman) et deux hommes (Jean-Baptiste Verquin et Mathieu Desfemmes) pour jouer une bonne quarantaine de personnages, du président Arbenz (interprété par l'auteure elle-même) à Churchill, un cigare à la main et pas à son avantage.

Rythmée, entre revue de cabaret et bande dessinée, la pièce de Julie Timmerman dénonce les méfaits de l'United Fruit Company, compagnie étasunienne, qui, pendant des dizaines d'années fit la pluie et le beau temps chez les producteurs de banane d'Amérique du Sud, empêchant ceux-ci d'être dirigés par des gouvernements démocratiques qui oseraient demander un meilleur partage des profits bananiers.

En racontant l'histoire tragique de la chute du président guatémaltèque qui avait voulu réduire le rôle de l'United Fruit dans son pays, Julie Timmerman ouvre le grande livre noir des multinationales qui, aujourd'hui encore, tiennent dans leurs mains le sort de pays entiers.

Elle réussit le tour de force d'être claire dans son propos sans sombrer dans un didactisme qui pourrait rebuter tous ceux qui aiment les "marques" sans savoir le dégât qu'elles causent, notamment dans les pays les plus pauvres où elles ont délocalisé leurs productions pour profiter d'une main à si bas coût qu'on n'est pas loin d'une nouvelle forme d'esclavagisme.

En presque deux heures qui s'écoulent vite, le temps de ranimer la belle figure de Jacobo Arbenz, qui préfigure celle du Chilien Allende, Julie Timmerman dit beaucoup de choses et tout cela sans oublier qu'elle est sur scène et qu'elle fait aussi œuvre théâtrale.

Paradoxalement aussi légère aussi que profonde, sa forme est parfaite pour expliquer les méfaits du capitalisme et la mise en coupe d'un continent par le pays qui le domine.
Aujourd'hui, l'United Fruit poursuit ses basses œuvres, mais sous le nom moins évocateur et un peu plus local de "Chiquita Brands".

Heureusement, grâce à Julie Timmerman, on va désormais se rappeler que derrière ce délicieux fruit jaune, pas très bio d'ailleurs, il y a les larmes et le sang de ceux qui de temps à autre, comme Arbenz, cherchèrent à combattre son injuste hégémonie.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=