Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fin de combat
Karl Ove Knausgaard  (Editions Denoël)  août 2020

Voilà, c’est fini. L’immense œuvre littéraire entreprise par l’auteur Norvégien Karl Ove Knausgaard prend fin avec son dernier tome intitulé Fin de combat qui vient de sortir chez Denoël. Le cycle autobiographique culte Mon combat s’achève donc après avoir été vendu à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde et traduit dans 22 langues. Son autobiographie, divisée en six volumes a fait accéder l’auteur à une reconnaissance mondiale parfaitement méritée.

Il nous aura donc fallu attendre un peu plus d’un an pour pouvoir accéder à ce dernier tome après l’excellent Comme il pleut sur la ville.

Dans ce sixième volume qui clôt magistralement ce cycle autobiographique, Karl Ove Knausgaard examine la vie, la mort, l’amour et les conséquences de son œuvre sur sa vie personnelle. Karl Ove Knausgaard est alors âgé de 40 ans, il partage son quotidien entre l’écriture et l’éducation de ses trois enfants en bas âge. Il vit à l’époque à Malmö dans un appartement avec une vie réglée comme du papier à musique.

Sa vie prend une autre tournure lorsque son oncle prend contact avec lui pour s’opposer à la publication du premier volume de Mon combat. Knausgaard se retrouve alors plongé dans une grande angoisse qui va déséquilibrer profondément ses relations avec sa femme.

Comme dans les ouvrages précédents, sa vie que l’auteur nous raconte est aussi l’occasion pour lui de nous révéler de nombreuses réflexions sur de nombreux sujets. C’est évidemment cela qui a permis à l’auteur de rencontrer le succès avec son autobiographie. C’est aussi ses nombreuses digressions qui lui ont permis d’atteindre autant de pages pour son autobiographie.

Ici, l’auteur nous propose une réflexion bouleversante sur les rapports de l’auteur à son père, pierre angulaire de sa démarche d’écriture. Le début de son œuvre débutait avec le récit intime et touchant de la mort de son père. C’est d’ailleurs à propos des écrits sur son père qu’il voit son oncle tenter de s’opposer à la publication du livre.

L’auteur nous propose aussi une réflexion particulièrement intéressante sur certains évènements marquants du 20ème siècle comme le nazisme qu’il met en parallèle de façon audacieuse avec sa propre existence. Il profite d’une longue digression pour nous offrir une sorte d’essai consacré à Hitler en nous expliquant la façon dont il est perçu.

Ce n’est évidemment pas une surprise de le voir nous parler d’Hitler car l’on savait déjà que le titre de son œuvre Mon combat faisait référence au livre écrit par Hitler pendant son passage en prison. On sait que l’auteur norvégien est un (brillant) provocateur et que ses écrits ont aussi souvent créé la polémique, notamment lors de la publication du premier tome qui brossait un portrait peu reluisant de son père (entre violence et alcoolisme) et traitait de son agonie. Avec ce dernier tome, la polémique est réapparue avec ses écrits sur Hitler. Le Norvégien devait s’y attendre.

Alors voilà, Fin de combat, excellent ouvrage dans la lignée des cinq précédents, vient donc clôturer l’énorme entreprise littéraire du norvégien qui nous aura raconté toute sa vie et son quotidien. Une vie au final banale et plutôt ordinaire qui nous aura passionné pendant de nombreuses années pour une raison assez simple. Quand l’auteur norvégien nous parle de sa vie, il nous parle en même temps de celle des autres. Ce qu’il nous raconte dans ses longues digressions du monde et de nos sociétés nous parlent aussi évidemment. Son œuvre a incontestablement une dimension sociologique, peut-être même politique et idéologique. Mon combat est au final une œuvre autobiographique incroyable que je suis ravi d’avoir lue.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Comme il pleut sur la ville" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Karl Ove Knausgård


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=