Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Onéguine
Théâtre Gérard Philippe  (Saint-Denis)  septembre 2020

Comédie dramatique d’après le roman d'Alexandre Pouchkine, mise en scène de Jean Bellorini, avec Clément Durand, Gérôme Ferchaud, Antoine Raffalli, Matthieu Tune et Mélodie-Amy Wallet.

De cette adaptation délicate du roman en vers de Pouchkine, il restera de toute façon un sentiment de fragilité volontaire et le plaisir d'entendre raconter la belle histoire romantique que sont les aventures d'Eugène Onéguine à Saint-Petersboug.

Mais pour en profiter pleinement, il faudra accepter un dispositif qui, à chaque fois, peut cliver les spectateurs. Certains, dont l'auteur de ces lignes, se demandent si on n'est pas dans le paradoxe de la lessive défini par Coluche : une nouvelle lessive est si puissante qu'elle permet de laver des draps qu'on a précédemment noués. Elle fait le même travail que l'ancienne lessive avec laquelle on ne faisait pas de nœuds aux draps pour les laver.

Ici, c'est pareil : on est équipé constamment d'un casque pour entendre des acteurs chuchoter. S'ils parlaient normalement, on n'aurait pas besoin de supporter la chaleur d'un casque sur les oreilles, en sus du masque sur le visage obligatoire actuellement.

En faisant l'expérience d'enlever le casque très rapidement, on s'apercevra qu'on peut tout comprendre en tendant l'oreille et que les voix naturelles des comédiens sont aussi agréables que celles filtrées par le casque.

Reste que le spectateur peut être obéissant et suivre à la lettre, les ordres du comédien qui fait office de "maître du jeu". Il profitera peut-être davantage que son homologue "rebelle" de tout le dispositif puisqu'en sus des voix il bénéficiera d'une ambiance musicale particulièrement adaptée à l'atmosphère créée par le metteur en scène à commencer par une scène bi-frontal où l'on est au plus près d'acteurs souvent dans la pénombre de candélabres. Comme on le sait, Tchaïkovski a écrit un opéra sur le roman de Pouchkine, et c'est de cette musique que se sont inspirés Sébastien Trouvé et Jérémie Poirier-Quinot pour ponctuer le travail de Jean Bellorini.

Ecrit en vers octosyllabiques, "Onéguine" est adapté ici par le grand traducteur franco-russe, André Markowicz. Il a gardé pour qu'ils soient dits sur scène les deux tiers des vers du roman, se concentrant sur les "amours" du jeune héros avec Olga et Tatiana et sur son duel avec Lenski. Markowicz a réussi le tour de force d'une traduction rimée. On imagine son énorme travail pour y parvenir.

Certes, on pourra trouver qu'il s'agit là d'une prouesse un peu vaine, poussant Pouchkine vers le "slam" ou le vers de mirliton. On ne pourra lui enlever qu'il s'agit d'une grande prouesse. Prouesse également pour les comédiens qui doivent chuchoter en peu de temps un texte long que les vers en français rendent curieusement moins tragique et romantique que si les vers avaient été transformés en phrases qui ne rimaient pas.

Bellorini et Markowicz revendiquent tous leurs parti-pris et il faudra choisir son camp, dès le casque posé sur ses oreilles : soit l'on accepte cette promenade singulière dans l'oeuvre de Pouchkine, dont on ressortira avec la connaissance d'un grand texte de la littérature russe, soit si refuser en lui reprochant de n'être que le bel écrin d'une modernité inutile.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=