Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sabbat
Théâtre 13/Seine  (Paris)  septembre 2020

Création collective de théâtre dansé sous la direction de Noémie de Lattre à la mise en scène et Martine Harmel à la chorégraphie, avec Fatima Aïbout, Christine Anglio, Nassima Benchicou, Jihane Benlahcen, Noémie Caillault, Stéphanie Caillol, Sandra Colombo, Hélène Degy, Marie Delmarès, Chantal Dervieux, Peggy Dias, Elisabeth Drulhe, Isabelle Florido, Fanny Fourquez, Martine Harmel, Tadrina Hocking, Noémie de Lattre, Judith Margolin, Élodie Milo, Inès Pech, Léa Pheulpin, Eve Reinquin, Emmanuelle Rivière et Giorgia Sinicorni.

La claque plutôt que le discours. Le collectif versus l’individuel. Le nu contre les chaînes. Le brouhaha constructif plutôt que les tergiversations feutrées sans fin.

Il y a un peu de tout ça dans cette première version du spectacle "Sabbat", présentée au Théâtre 13 ce vendredi 18 septembre dans le cadre des "Sorties de résidence" (représentations gratuites, l’après-midi, permettant de se faire une idée du "work-in-progress" d’oeuvres à venir).

Noémie De Lattre et sa complice Martine Harmel ont livré, avec une vingtaine de comédiennes, un avant-goût en quelques scènes et tableaux de cette création plurielle, "sous la direction de" plutôt que "écrite par", où chacune des participantes a été force de proposition.

Soit 22 femmes - ce jour-là il n’y en avait que 17, agendas respectifs oblige - aux âges et physiques différents, réparties sur un plateau à cases. Des cases comme des étiquettes ou des clichés (la bimbo, la femme voilée, la femme-enfant, etc.), images d’Epinal dont il va falloir s’extraire avec force. Et des costumes comme autant d’entraves, dont il va falloir se débarrasser.

Chacune d’entre elles va évoluer d’abord individuellement au sein de l’espace ainsi délimité. Impression d’une armée en marche mais prise de parole éclatée, chaque comédienne évoluant dans son petit univers clos. La mise en scène parvient à focaliser notre attention, tour à tour, sur chacune de ces femmes, sans jamais perdre de vue l’effet de masse.

Le texte est d’abord un agrégat de statistiques et lieux communs journalistiques (sur les inégalités, le viol, la maternité). Puis des cris se font entendre, des encouragements réciproques : prise de parole de plus en plus décomplexée à mesure qu’elles se libèrent, chacune à sa façon, des entraves du costume et des clichés. Peu à peu, la troupe d’individualités se change en groupe, voire en meute.

Les tableaux suivants osent la nudité comme une revendication - ou non : belles interventions de ces femmes, minoritaires, qui trouvent que le refus de la nudité, fût-elle à visée politique, est aussi une forme de liberté. Les corps se mêlent de plus en plus, le groupe se resserre.

Les individualités ainsi agrégées sont autant de facettes d’une même galaxie : le féminin, qui ne s’oppose pas nommément au masculin mais à une oppression plus générale, systémique. Le proverbial "sexe faible" qui, en groupe, lutterait d’autant mieux contre la force patriarcale. La force herculéenne (et non moins plébéienne) à mettre en branle pour vaincre ensemble.

Dans sa note d’intention, élargissant son propos de la femme à d’autres minorités "non conformes" ("les Noir.e.s, les juifs et les juives, les personnes LGBTQI, les personnes porteuses de handicap ou toute autre forme de différence, les pas sages, les pas minces, les marginales et les marginaux... LES AUTRES"), Noémie De Lattre - qui fait également, en solo, dans le one-woman show comico-politique - évoque un peu Coluche (l’appel à la présidentielle), beaucoup Virginie Despentes (notamment sa préface à l’essai punko-féministe "King-Kong Théorie").

De fait, ce spectacle (du moins ce que nous en avons déjà vu) a plus à voir avec l’agit-prop seventies ou, plus proche de nous, le coup d’éclat à la Femen, qu’un colloque à réflexion structurée. C’est la force de cette proposition, plus visuelle et sonore que théorique. Les comédiennes ne ménagent pas leur peine et donnent l’impression d’un épanouissement progressif. C’est contagieux, roboratif. Vivifiant. Et l’on se sent plus que jamais solidaire de "la cause " en sortant.

Si l’on devrait émettre un bémol, cependant : manquent à ce panorama des féminités les "intersectionnelles" qui font aujourd’hui couler beaucoup d’encre. Ces fameuses féministes "racisées", "indigènes", qui donnent du fil à retordre aux mouvements politiques se renvoyant la patate chaude entre réaction et "islamo-gauchisme", sans savoir où les ranger.

Il y a bien dans la troupe une femme voilée, une ou deux tignasses crépues… mais c’est à peu près tout. Trop peu de négritude, de canons non-occidentaux. Aucune difformité non plus. Noémie De Lattre, en tant qu’actrice et partie prenante au groupe, a beau maltraiter sa chair dans un costume aux multiples lacets (pas "bondage", mais presque), elle finit par crever l’armure et exhiber une poitrine… belle, généreuse, admirable.

Hormis une comédienne maghrébine aux formes plantureuses (l’ex-femme voilée justement), pas de physique "hors norme". Peu de flasque, presque rien qui tombe. Réserve de principe, qui n’atténue en rien la vigueur et la fraîcheur de ce bout de spectacle dévoilé. Mais qui montre que la "convergence des luttes" a, dans le féminisme comme dans tous les mouvements politico-sociétaux, toujours du mal à se faire.

(NB : Le spectacle sera programmé, à partir du 21 octobre 2020 jusqu'à fin mars 2021, tous les mercredis au Consulat, lieu éphémère artistique).

 

Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=