Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La folle et inconvenante histoire des femmes
Théâtre Le Funambule-Montmartre  (Paris)  septembre 2020

Seul en scène écrit par Laura Léoni, interprété par Diane Prost dans une mise en scène de Laetitia Gonzalbes.

Qui de mieux que des femmes pour parler… des femmes. "La folle et inconvenante histoire des femmes" est née en effet de la rencontre fructueuse de trois artistes de talents.

Diane Prost, comédienne formée au Cours Florent et à l’initiative du projet, bientôt rejointe par Laura Léoni, auteure engagée et occasionnellement chroniqueuse culturelle pour L’Humanité, puis par Laetitia Gonzalbes, metteuse en scène remarquée de la Compagnie Kabuki ("Je m'appelle Erik Satie comme tout le monde" et "Anna Karénine" qui abordait déjà les thèmes de la liberté féminine et l'homosexualité).

Tout est parti d’un constat implacable : des femmes dans l’Histoire, il n’est jamais, ou presque pa, question. Réceptacles de la fertilité des hommes, elles sont objets de plaisir ou objets tout court, esclaves, monnaie d’échange, vierges adulées, matrones respectées, putes, courtisanes, mères, sœurs, épouses mais rarement parties prenantes des grands évènements fondateurs et passés à la postérité.

"La folle et inconvenante histoire des femmes" donne donc justement la parole à ces femmes, anonymes ou plus connues, réelles ou fictives, hétérosexuelles ou homosexuelles, pour raconter un autre versant moins populaire et moins brillant de notre passé, pour mieux comprendre notre présent.

Dans un seul en scène loufoque, dynamisant et militant Diane Prost prête ainsi sa voix et sa flamboyance à une myriade de personnages féminins. Au programme ? Rien de moins que toute l’histoire de la condition féminine du Néolithique à nos jours.

De Paypal, la femme des cavernes symbole de paix et monnaie d’échange, à Clamydia pute et néanmoins femme libre de Athènes, ou encore Hildegarde dame du Moyen âge et qui brûlera en enfer pour avoir osé penser mais pourra prendre le voile pour profiter sans ombrage de l’amour de ses sœurs (jugé inconséquent puisque à but non reproductif) c’est toute une galerie de portraits bien sentis et sans sentimentalisme qui se succèdent sans temps mort, sans oublier les Jeanne d’Arc, Olympe de Gouges, Georges Sand ou Colette.

S’il y est question sans pudibonderie de sexualité, mais également du code civil et de droit de vote, les grands auteurs ne sont pas oubliés, tel Aristote qui décréta "une faiblesse ontologique et une défectuosité naturelle" de la femme ("Comme quoi on peut dire n’importe quelle connerie avec une toge et ce sera appelé de la philosophie" rétorque Laura Léoni par le biais de Diane Prost) ou encore Rousseau qui énonçait que "La femme est faite pour céder à l'homme et pour supporter même son injustice".

Laetitia Gonzalbes signe une mise en scène fluide et maligne imaginée autour d’un simple vêtement (un pyjama de soie crème) qui devient tour à tour toge, habit d’homme, ou robe de courtisane et d’un écran de fond de scène où se dévoilent les créations vidéo de l’artiste Suki, synchronisées avec la performance de Diane Frost.

Simple dessin évocateur d’une époque ou petite animation donnant la réplique à la comédienne, ces scénettes animées s’imbriquent habillement à la narration la rendant vivante et moderne, évitant ainsi le piège du soliloque poussif.

Mais comment cette pièce pourrait-elle l’être, poussive, lorsque la plume de Laura Léonie se montre aussi volontiers insolente et ostensiblement sulfureuse ? Et si le propos, volontairement militant envers la cause homosexuelle, manque parfois de nuance, c’est toujours au service du ton et dans une volonté d’être percutant sans victimisation ni larmoyance, et donc d’interpeler un spectateur hilare ou agacé, mais rarement indifférent.

Un grand bravo à Diane Prost, pétulante, sensible, mordante et aussi convaincante en nonne qu’en catin et qui mène à tambour battant cette odyssée féministe.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=