Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Crise de nerfs
Théâtre de l'Atelier  (Paris)  septembre 2020

Textes de Anton Tchekov interpréts par Jacques Weber, Manon Combes et Loïc Morbihan dans une mise en scène de Peter Stein.

Si l'on va régulièrement au théâtre, on a certainement déjà vu les "3 farces" de Tchekhov qui, cette fois sont dans les mains expertes de Peter Stein et de Jacques Weber.

Tellement expertes qu'elles ont savamment ordonnées le spectacle. D'abord, "Le Chant du Cygne" qui n'est pas stricto sensu du théâtre puisqu'il s'agit d'une nouvelle, mais qui a souvent été transposée sur scène parce qu'elle raconte la rencontre fortuite d'un acteur et d'un souffleur sur scène bien après la représentation. L'acteur, au bout de sa carrière, pour une ultime fois, va se confronter aux grands auteurs qu'il a servis toute sa vie.

Jacques Weber et Peter Stein ont une vision "farcesque" du texte et l'acteur, hirsute, mal démaquillé, habillé en vieux tragédien construit son personnage dans l'ambiguité de la démesure. Jadis, un Jacques Mauclair jouait le chuchotement mélancolique. Weber, lui, est tonitruant face à un souffleur lunaire et fantomatique (Loïc Mobihan).

Sur une scène brute, une atmosphère de coulisse, Weber entre doucement dans l'univers de Tchekhov, à la limite du contre-sens, sauvé par l'ampleur de son jeu. Mais dans "Les Méfaits du tabac", cette fois-ci un monologue sous forme de conférence, cette ampleur "énorme" est incontestable.

Placé dans un écrin de toute beauté par le scénographe Ferdinand Woegerbauer, éclairé idéalement par David Maul, il frôle dans le costume que lui a fabriqué Anne Maria Heinreich la limite du grotesque sans jamais y tomber.

Pathétique dans ses propos, il est sur le fil entre un rire qu'il provoque ou qu'il subit. Dénonçant le tabac en prisant lui-même n'arrange pas ses affaires. Malgré tout, il sait jusqu'où aller pour ne pas risquer que le malaise s'installe dans son public. Cette justesse de ton dans la dérision n'est pas à la portée de n'importe quel acteur. On comprend aussi pourquoi Peter Stein tient à être considéré comme un "metteur en scène d'acteurs".

Les deux compères vont ainsi passer au crescendo final, à l'apothéose par le théâtre avec "Une demande en mariage", cette fois-ci une vraie courte pièce à trois personnages et un canapé.

Comme dans "Les méfaits du tabac", on peut dire que le décor, les costumes, les lumières concourent à la totale réussite de l’entreprise. Il suffit de voir débarquer Jacques Weber dans sa belle tenue verte, très "russe" avec sa casquette et ses bottes.

On pourrait presque être à Moulinsart dans quelques cases d'une bande dessinée dite "ligne claire". Weber n'y est pas en position de force, il est le père observateur amusé ou faussement courroucé, qui regarde sa fille (Manon Combes) se quereller avec celui qu'elle devrait mathématiquement épouser (Loïc Mobihan).

Le travail de Peter Stein et le jeu de Weber parviennent ensemble à une perfection vertigineuse. Tout ce qui paraissait ne pas atteindre totalement son but dans les deux premières "farces" n'étaient que les banderilles pour que la corrida gagne une dimension historique dans la troisième. Ils sont incontestablement aidés par Manon Combes, parfaite en amoureuse colérique.

Rarement un spectacle réussi explique lui-même les clés de sa réussite. Dans "Crise de nerfs", le miracle se produit et la perception que l'on en a n'est soumise à aucun effort didactique. Stein et Weber ont l'évidence du génie théâtral.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=