Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Philippe Bianconi
Debussy  (La Dolce Volta)  septembre 2020

Il n’en a jamais fait secret à personne, le pianiste Philippe Bianconi aime profondément Debussy. En 2012, son magnifique enregistrement consacré à ses Préludes déjà avec le label La Dolce Volta a été plébiscité par la presse et le public, et lui a valu une nomination aux Victoires de la Musique Classique, le Grand Prix de l’Académie Charles Cros, et un Diapason d’Or de l’Année. Quand même.

Les mois qui précèdent et suivent la Première Guerre mondiale sont des moments extrêmement difficiles pour Debussy. Il est naturellement profondément bouleversé par la guerre, mais aussi un manque cruel d’inspiration amène presque au dégoût de la musique, il avoue que "le son familier du piano (lui) était devenu odieux", il a des dettes et de nombreux voyages en Angleterre, Hollande, Italie et Belgique au programme. Petit à petit, un mouvement créateur est de nouveau amorcé. Surtout Debussy commence à envisager la musique autrement. "Je réapprends la musique (…) Le total d’émotions que peut donner une mise en place harmonique, est introuvable en quelque art que ce soit ! Excusez-moi ! J’ai l’air de découvrir la musique, mais, très humblement : c’est un peu mon cas" écrit-il à son ami le chef d’orchestre Désiré-Émile Inghelbrecht. En quelques mois, il va composer En blanc et noir pour deux pianos, les études pour piano, la sonate pour violoncelle et piano et la sonate pour flûte, alto et harpe.

Le cycle des douze études est composé à Pourville entre juillet et septembre 1915 et trouve son élaboration dans la révision des études op.10 et op.25 de Chopin (les études sont dédiées à la mémoire de Frédéric Chopin) à la demande de son éditeur pour remplacer les éditions allemandes. Avec ses études, Debussy expérimente, travaille autour des intervalles (tierce, quarte, sixte, l’octave...) pour créer un matériel sonore nouveau.

On ressent dans les doigts de Bianconi tout le dramatisme poignant des études jouées comme des abstractions lyriques.

A partir de décembre 1915, celui qui rêvait de vivre un nouvel été créatif déchantera dans un hiver fait de douleurs physiques (suite à son opération d’un cancer du côlon) et psychiques. Son corpus n’augmentera pas comme il aurait tant aimé.  Si sa dernière œuvre achevée est la sonate pour violon et piano, sa dernière œuvre pour piano est : les soirs illuminés par l’ardeur du charbon. Pièce presque nostalgique, rappel du passé : le titre est un vers tiré du balcon de Baudelaire que le compositeur avait mis en musique, et la citation musicale du prélude inspiré par la poète. Mais l’œuvre nous rappelle aussi à une triste vérité : elle servira de paiement contre des sacs de charbon à son marchand, amateur de musique.

Dans ce disque, on retrouve également l’Élégie et Le martyre de saint Sébastien, suite pour piano (transcription André Caplet).

Il y a chez Philippe Bianconi une pertinence du propos, une élégance, beaucoup de musicalité. L’articulation est nette. Il y a une puissance, une intensité dans le jeu, dans la profondeur du clavier, une clarté mélodique, rythmique, harmonique. Très beau !

 

En savoir plus :
Le site officiel de Philippe Bianconi
Le Soundcloud de Philippe Bianconi
Le Facebook de Philippe Bianconi


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=