Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Exécuteur 14
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  octobre 2020

Monologue dramatique de Adel Hakim interprété par Swann Arlaud accompagné par la musicienne Mahut dans une mise en scène de Tatiana Vialle.

Pour sa première pièce, en 1991, Adel Hakim, auteur italo-égypto-libanais, a frappé fort. Avant Swann Arlaud, qui reprend le rôle de ce monsieur-tout-le-monde devenu une machine à tuer dans une guerre sans pitié entre les Adamites et les Zélites, c'était Jean-Quentin Châtelain qui avait marqué ce monologue sans temps mort.

Ceux qui l'ont vu disent avoir du mal à concevoir un autre acteur dans le rôle. C'est la même réflexion que devraient faire les spectateurs qui assisteront à la performance toute en nuances de Swann Arlaud, qui n'en est qu'à sa troisième expérience sur les planches dans une décennie où il a gagné une place de choix dans le cinéma français, avec notamment ce "Petit Paysan" (2017) d'Hubert Charuel qui lui a valu le César de la meilleure interprétation masculine.

Depuis il enchaîne des rôles très différents, pouvant passer d'un rôle noir chez François 0zon à une composition lunaire dans "Perdrix" d'Erwann Le Duc.

Avec ce qu'il propose dans "Exécuteur 14", c'est désormais du côté des Molière qu'il pourrait ramasser très vite de nouveaux lauriers. Convaincu sans jamais forcer, on a l'impression qu'il est constamment au repos, qu'il dit les choses, des choses graves, sans aucun pathos dans la voix et sans passer par une gestuelle quelconque.

Il permet au texte d'Adel Hakim de gagner en universalité car son personnage n'est pas prédestiné à ce qu'il va devenir. Il n'a pas besoin d'un physique particulier, d'un phrasé particulier. Swann Arlaud et Tatiana Vialle qui le met en scène font croire justement qu'il suffit de se poser sur un coin du plateau, de raconter son histoire pour qu'elle prenne tout son sens et toute sa force.

En oubliant qu'il y a un acteur exceptionnel devant lui, le spectateur, n importe quel spectateur, peut vraiment s'identifier à ce jeune homme bâti peu à peu pour le pire. Khmer rouge ou enfant-soldat, garde-chiourme de l'horreur ou fonctionnaire de la mort, il est, même si on aimerait penser le contraire, un homme semblable aux autres.

La qualité du texte d'Adel Hakim oblige à s'interroger sur ce que la guerre veut dire, sans tomber dans la naïveté de tout excuser ou de tout condamner. La force de ce monologue est de donner le temps à un homme sans qualité, un homme jeté dans la confusion de l'irrémédiable, sinon de se justifier au moins de dire ce qu'il peut encore formuler pour rester parmi les humains.

Aidé par les sons discrets mais parfaitement distillés de Mahut, le vieux complice d'auteurs-interprètes comme Jacques Higelin et Bernard Lavilliers, qui auraient pu eux-aussi jouer cet "Executeur 14", Swann Arlaud a l'évidence modeste des grands artistes. Et pourtant, les applaudissements très nourris qui surgissent sont d'abord pour sa très belle prestation.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=