Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yalda, la nuit du pardon
Massoud Bakhshi     (octobre 2020) 

Réalisé par Massoud Bakhshi. Iran/France/Allemagne/Suisse/Luxembourg. Drame. 1h31 (Sortie 7 octobre 2020). Avec Sadaf Asgari, Behnaz Jafari, Babak Karimi et Fereshteh Sadre Orafaee.

Le cinéma iranien est un constant expérimentateur de formes. On le sait depuis Abbas Kiarostami ou Jafar Panahi. C'est également un grand raconteur d'histoires, qui ne cesse de se renouveler.

"Yalda" de Massoud Bakhshi est ce qu'on appelait au temps d'André Cayatte un "cinéma de procès".

Attention, pas un simple film avec débats et audition de témoins. Car, dans le cap qui préoccupe Massoud Bakhshi, le procès dont le suspect déjà presque déclaré coupable doit aboutir à une condamnation à mort. Et pour rendre les choses encore plus spectaculaires et inimaginables dans l'Iran austère des mollahs, le procès est télévisé et récolte une audience dépassant tous les scores des télés en clair.

Fait encore plus incroyable, le réalisateur n'invente rien car ce qui est raconté dans "Yalda" est authentique : la télé iranienne a perfectionné la télé-réalité jusqu'au pire. Ces enjeux, désormais ne sont pas d'éliminer un candidat, celui qui aura le moins la faveur d'un public qui punit quiconque a mal parler de ces compagnons de loft ou a trahi la confiance de celui ou celle avec qui il ou elle formait un couple d'opérette...

Non ! Dans "Yalda" de Massoud Bakhshi, la mort est au rendez-vous et le juge-arbitre est le Coran. La jeune Maryam a été mariée à un homme trois fois plus âgé qu'elle. Selon des circonstances obscures qui sont développées dans le film, elle l'a tuée.

Accident ou acte préméditée, ce n'est pas au spectateur d'en décider in fine. Lui peut simplement téléphoner pour conseiller Mona la fille de Nasser, la victime. Mona, seule en son âme et conscience doit décider si elle pardonne ou pas à Maryam. Si elle ne pardonne pas, le verdict sera la mort pour la veuve de son père...

Bien entendu, le vote du public qui est indicatif compte énormément. Si celui-ci réclame la clémence et qu'elle n'est pas accordée par Mona, comment celle-ci pourra-t-elle supportée le mécontentement d'un nation entière ? On apprendra ans pour corser l'affaire que Maryam sauvée, elle pourra toucher une partie de l'héritage censé revenir à sa rivale...

Ceux qui regarderont "Yalda" de Massoud Bakhshi seront sidérés par la force d'un récit qui décrit les tensions d'un procès hors norme et qui montre toutes les contradictions d'une société où la religion est tellement partout qu'elle finit par n'être plus que la règle d'un jeu spectaculaire.

Si l'on exagère un peu, le film prendra sa place dans les grands films de procès, type "12 hommes en colère" ou "Autopsie d'un meurtre". Il vaut aussi pour la qualité de sa distribution, notamment du côté des femmes, confirmant une fois encore la qualité des acteurs et actrices iraniens.

"Yarda" de Massoud Bakhshi, à l'image d'autres films venus de l'Iran, montre un peuple éduqué, subtil, plein de ressources et qui se tient debout malgré les contraintes imposées par un régime sur lequel on ne dit rien, ce qui veut dire en réalité beaucoup.

Qu'il puisse inventer un dispositif comme celui contenu dans "Yalda", laisse à penser qu'il est largement à bout de souffle et conduit par un tel cynisme qu'il pourrait bien un jour ou l'autre s'effondrer de lui-même.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=