Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Don Juan
Théâtre national de Chaillot  (Paris)  octobre 2020

Pièce chorégraphique de Johan Inger sur une composition originale de Marc Álvarez avec les danseurs de la Fondazione Nazionale della Danza-Aterballetto.

C'est à une version volontiers plus douce et plus colorée de l'histoire de "Don Juan" que convie le chorégraphe suédois Johan Inger avec les 16 danseurs de la compagnie italienne Aterballetto.

Qu'on ne s'attende pas ici à la statue du Commandeur, à sa colère et à un sort infernal final pour Don Juan l'impie. Car le personnage du Commandeur est tout bonnement remplacé par celui de la mère de Don Juan.

Quant à lui, il n'est jamais le philosophe fanfaron du néant se jetant à corps perdu dans les conquêtes pour y perdre son âme. Sa grandiloquence est tempérée par le personnage très présent, quasi son alter ego, de son valet Leporello, devenu Leo, avec qui se développe une relation complexe écornant un peu l'idéologie machiste de Don Juan.

Pour enlever tout le côté noir et désespéré du personnage, la musique composée par Marc Alvarez se réfère plus au "Don Juan" de Glück qu'à celui de Mozart et alterne les scènes intimes et les scènes d'ensemble.

Dans son adaptation, le dramaturge Gregor Acuna-Pohl a voulu travailler la psychologie du personnage de Don Juan en creusant ses différentes rencontres, en en faisant des moments d'intimité où l'écoute des autres a plus d'importance que son propre discours qui traduit une énorme solitude, où leur présence interagit sur son propre caractère.

C'est un périple, une fuite en avant, avec ses hasards, beaux ou mauvais, qui conduit Don Juan a sa tragédie, qui prend une forme une différente puisque le Commandeur est une Commandeure et sa mère plutôt que son père.

Chorégraphe résolument moderne, Johan Inger aime le rythme, que ce soit dans les scènes d'ensemble où les danseurs multiplient les courses et les sauts, que ce soit dans les scènes intimes où Don Juan ensorcelle ses conquêtes à coups de portés. La scène du mariage où il enlève la jeune épousée est particulièrement réussie dans le mélange des genres. Comme l'est aussi la scène finale, celle d'un somptueux bal masqué où les masques vont tomber.

Inger bénéficie du remarquable travail sur la lumière de Fabiana Piccioli et de la beauté des costumes irradiant de couleurs de Bredje Van Balen, apportant une touche de légèreté au drame imposé. Est-ce vraiment comme il est dit "Don Juan à l'ère de #Metoo" ou simplement l'histoire d'un séducteur surfait dans sa suffisance, d'un homme qui doute plus qu'on ne croit de son pouvoir ?

Don Juan, vu et corrigé par Johan Inger, est un être plus complexe qui profite encore quelques instants au maximum d'un monde où il n'a plus sa place. Alors il danse bravement tant qu'il peut encore en être dans cet hymne au mouvement enfin heureux des corps que dessine le chorégraphe suédois.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=