Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Don Juan
Théâtre national de Chaillot  (Paris)  octobre 2020

Pièce chorégraphique de Johan Inger sur une composition originale de Marc Álvarez avec les danseurs de la Fondazione Nazionale della Danza-Aterballetto.

C'est à une version volontiers plus douce et plus colorée de l'histoire de "Don Juan" que convie le chorégraphe suédois Johan Inger avec les 16 danseurs de la compagnie italienne Aterballetto.

Qu'on ne s'attende pas ici à la statue du Commandeur, à sa colère et à un sort infernal final pour Don Juan l'impie. Car le personnage du Commandeur est tout bonnement remplacé par celui de la mère de Don Juan.

Quant à lui, il n'est jamais le philosophe fanfaron du néant se jetant à corps perdu dans les conquêtes pour y perdre son âme. Sa grandiloquence est tempérée par le personnage très présent, quasi son alter ego, de son valet Leporello, devenu Leo, avec qui se développe une relation complexe écornant un peu l'idéologie machiste de Don Juan.

Pour enlever tout le côté noir et désespéré du personnage, la musique composée par Marc Alvarez se réfère plus au "Don Juan" de Glück qu'à celui de Mozart et alterne les scènes intimes et les scènes d'ensemble.

Dans son adaptation, le dramaturge Gregor Acuna-Pohl a voulu travailler la psychologie du personnage de Don Juan en creusant ses différentes rencontres, en en faisant des moments d'intimité où l'écoute des autres a plus d'importance que son propre discours qui traduit une énorme solitude, où leur présence interagit sur son propre caractère.

C'est un périple, une fuite en avant, avec ses hasards, beaux ou mauvais, qui conduit Don Juan a sa tragédie, qui prend une forme une différente puisque le Commandeur est une Commandeure et sa mère plutôt que son père.

Chorégraphe résolument moderne, Johan Inger aime le rythme, que ce soit dans les scènes d'ensemble où les danseurs multiplient les courses et les sauts, que ce soit dans les scènes intimes où Don Juan ensorcelle ses conquêtes à coups de portés. La scène du mariage où il enlève la jeune épousée est particulièrement réussie dans le mélange des genres. Comme l'est aussi la scène finale, celle d'un somptueux bal masqué où les masques vont tomber.

Inger bénéficie du remarquable travail sur la lumière de Fabiana Piccioli et de la beauté des costumes irradiant de couleurs de Bredje Van Balen, apportant une touche de légèreté au drame imposé. Est-ce vraiment comme il est dit "Don Juan à l'ère de #Metoo" ou simplement l'histoire d'un séducteur surfait dans sa suffisance, d'un homme qui doute plus qu'on ne croit de son pouvoir ?

Don Juan, vu et corrigé par Johan Inger, est un être plus complexe qui profite encore quelques instants au maximum d'un monde où il n'a plus sa place. Alors il danse bravement tant qu'il peut encore en être dans cet hymne au mouvement enfin heureux des corps que dessine le chorégraphe suédois.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 août 2022 : On prend la Route du Rock

C'est bientôt l'heure du festival La Route du Rock, notre festival de coeur ! Que vous ayez prévu d'y aller ou pas, voici de quoi réjouir votre été

Du côté de la musique :

"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
et toujours :
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia...
"Witch cults" nouveau mix signé Listen In Bed à écouter partout
"César Franck : Piano Quintet - Antonín Dvorák : String Quartet No. 14" de Quatuor Prazak & François Dumont
"Asymétrie" de Slim Abida
"Ostinatos piano solo" de Xavier Thollard
"Homemade" de Yvan Robilliard
le replay du concert et interview de SuperBravo

Au théâtre :

la nouveauté de la semaine :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
quelques suggestion de spectacles musicaux
"Paris la grande" au Théâtre Le Lucernaire
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Novocento pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :

"Molière en costumes" au Centre national du costume de scène à Moulins
"Newton, Riviera" au Nouveau Musée National de Monaco
dernière ligne droite pour :
"Christian Louboutin - L'Exhibition[niste] - Chapitre II au Grimaldi Forum à Monaco
"La Joconde" au Palais de la Bourse à Marseille
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratut :
"Trois visages" de Jafar Panahi
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Le Club Vinland" de Benoit Pilon
"Un Juif pour l'exemple" de Jacob Berger
le cinéma des frères Dardenne en 3 films

Lecture avec :

"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth
et toujours :
"La saignée" de Cédric Sire
"Le maître et l'assassin" de Sophie Bonnet
"Labyrinthes" de Franck Thilliez
"Méfiez-vous des anges" de Olivier Bal

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=