Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mondo Cane
Ce qui suit EP  (Autoproduit)  septembre 2020

Non, je ne vais pas vous parler de l'album du même nom de Mike Patton (mais c'est à écouter, c'est un classique). Je ne vais pas non plus parler de ce groupe d'électropop italien qui partage le même patronyme (mais c'est à écouter, c'est amusant). Enfin, je ne vous parlerai pas davantage de Mondo Cane (traduit en français par Chienne de vie), célèbre docu-fiction voyeuriste de 1962 qui envoyait à la face des occidentaux bien dans leur peau quelques claques dans la gueule sur le reste du monde (et dont la BO est signée Riz Ortolani et Nino Oliviero et vaut aussi l'écoute, et ça devrait plaisir à notre ami Sy! à n'en pas douter).

Non, je vais vous parler du nouveau projet de Rabih Gebeile, Mondo Cane, dont le titre est tout de même un hommage au film sus cité. La boucle est bouclée et le ton est donné. Rabih envoie à la face du monde son constat sur la société actuelle et ses injustices.

Rabih est franco-libanais et c'est dans un contexte de confinement, suivi des évènements multiples et dramatiques au Liban que cet EP est né. Voilà pour le contexte.

Mondo Cane, malgré son nom italien, est aussi la première incursion de Rabih Gebeile dans le monde de la "chanson française". Ses projets précédents évoluant dans la langue de Shakespeare (nous vous avions parlé notamment il y a quelques années de l'excellent Murmuration que je vous invite à découvrir si vous étiez passé à coté ou encore son projet précédent Backbone Party, et l'album Beirutopia).

Bref, Mondo Cane est là pour qu'on l'écoute, mais aussi pour qu'on l'entende. Ecrit et produit pendant le confinement de mars à mai 2020 (oui, on ne sait jamais, ce fut une première mais peut-être pas une dernière, autant le dater), ce EP de 5 titres porte bien son nom : Ce qui suit... Les politiques parlent souvent de nouveau normal... Tout est dit.

Mais avant de parler de ce qui nous attend, Mondo Cane fait un triste état des lieux de notre monde actuel. L'avenir sera-t-il plus brillant ? "Ce qui suit" n'ambitionne pas d'y répondre mais tout cela ne tient au final qu'à nous tous.

"Ce qui suit va vous étonner" chante-t-il... A n'en pas douter en effet. Loin du "c'était mieux avant" cependant, Rabih tire un bilan des derniers évènements qui ont marqué notre société. En France et au Liban bien sûr (la pochette représente d'ailleurs les silos du port de Beyrouth avec l'explosion survenue en aout 2020) mais le constat est mondial. Confinement, manifestations, catastrophes industrielles, violences policières, société de consommation ou réseaux sociaux, tout y passe.

Au travers de l'électro pop assez sombre, les mots en français, bien choisis, sauront se faire un chemin au travers votre esprit, portés par la voix grave et étrangement apaisante de Rabih Gebeile. Nul besoin de hurler quand on peut murmurer. Décidément. Et bien que nous ne soyons pas sur un terrain type crooner mielleux, comment ne pas être sous le charme du chant notamment sur "Le phare du bout du monde" ou "A la racine".

Je ne peux pas dire à sa place si en passant par le français Rabih a trouvé sa voix (ou sa voie) mais une chose est certaine, on est heureux qu'il ait franchi le cap avec ces 5 titres qui en appellent, je l'espère, quelques autres.

Un EP sombre mais pas désespéré, et surtout hautement recommandable, à acheter sur Bandcamp sans plus attendre.

En bonus un clip de confinement collectif. Une reprise de Niagara, "Pendant que les champs brulent" qui résume assez bien tout ce qui est dit dans Ce qui suit.

 

En savoir plus :
Le Bandcamp de Mondo Cane
Le Facebook de Mondo Cane


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 4 avril 2021 : La Culture encore Chocolat

Vaccins pour tous avant le retour de la culture pour tous ? On espère pourtant que les lieux de cultures (et les restaurants) réouvriront avant que tout le monde soit vacciné... L'espoir fait vivre. En attendant voici de quoi se faire du bien chez soi avec notre sélection culturelle hedbomadaire. On commence par le replay de la MAG #24

Du côté de la musique :

"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites décourtes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone
et toujours :
"Blue shaman" de Abaji
"Separated" de Bingo Club
"World's most stressed out gardener" de Chad VanGaalen
"Hymnes à l'amour, deuxième chance" de Christophe Monniot & Didier Ithursarry
"A principiu" de L'Alba
"L'ambulancier" de L'Ambulancier à retrouver également en interview
"Heavy grounds" de Liquid Bear
"Live" le mix 17 de la saison 2 de Listen In Bed à écouter en ligne
"Nouveux mondes" de Samuel Strouk
"Love leave traces" de Stéphanie Lemoine
"Tail man was here" de Surnaturel Orchestra

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Bigre, mélo burlesque " de Pierre Guillois, Olivier Martin-Salvan et Agathe L'Huillier
"Einstein on the beach" de Philip Glass et Robert Wilson
"Les Justes" d'Albert Camus
"Le dépeupleur " de Michel Didym
"Vacances de rêve" d'Olivier Lejeune
"Les Caves" des Frères Taloche"
"Max Bird - L'Encyclo-spectacle"
“Acqua Alta” de Adrien B et Claire M
"Madame Arthur dépousiière Queen"
et un concert "L'Oiseau de feu" d'Igor Stravinski

Expositions :

en virtuel :
"Amour, une histoire des manieres d'aimer" au Louvre-Lens
"Pharaon, Osiris et la Momie" au Musée Granet
L'œil de Huysmans. Manet, Degas, Moreau" au Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
"Global(e) Resistance" au Centre Pompidou
"Christian Dior, couturier du rêve" au Musée des Arts Décoratifs
"Correspondances (Gérard Garouste - Marc-Alain Ouaknin)" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home en vidéo gratuite :
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"Caramel" de Nadine Labaki
"Syngué Sabour - Pierre de patience" de Atiq Rahimi
"De bruit et de fureur" de Jean-Claude Brisseau
"Le Retour de Martin Guerre" de Daniel Vigne
"L'âme du tigre" de François Yang
"Comme des voleurs (à l'Est) Comme des voleurs de Lionel Baier
en VOD :
"The Last Tree" de Shola Amoo

Lecture avec :

"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth
et toujours :
"Autopsie d'un drame" de Laurent Combalbert
"Histoire antique, histoire ancienne ?" de François Lefèbre
"L'appel du cacatoès noir" de John Danalis
"Lily a des nénés" de Geoff
"Malamute" de Jean-Paul Didierlaurent
"No war" de Anthony Pastor

Du côté des jeux vidéos :

N'hésitez pas à nous suivre sur la TV de Froggy's Delight et profiter des directs et des replays jeux vidéo tout au long de la semaine

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=