Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Avventura
Michelangelo Antonioni     (octobre 2020 - 1ère sortie 1960) 

Réalisé par Michelangelo Antonioni. Italie/France. Drame. 2h20 (Sortie 28 octobre 2020 - 1ère sortie 14 septembre 1960 ). Avec Gabriele Ferzetti, Monica Vitti, Lea Massari et Dominique Blanchar.

En 1960, au Festival de Cannes, "L'Avventura" de Michelangelo Antonioni obtient le prestigieux prix du jury alors que "La Dolce Vita" de Federico Fellini reçoit la Palme d'Or.

Mais, du point de vue de l'histoire du cinéma, le film le plus important, même s'il a été largement hué lors de sa présentation cannoise, ce sera le film de Michelangelo Antonioni.

Venant juste après "Le Cri", il consacre la naissance d'un cinéma vraiment moderne qui se joue de la narration classique et s'attarde sur les sentiments de personnages qui se construisent séquence après séquence avec l'aide du spectateur lui-même, amené à participer à leur élaboration, et plus généralement à donner au film son sens.

Pour certains, cette proposition d'un cinéma déconstruit, refusant comme ici de fournir toutes les clés de son récit, ou l'abandonnant au profit d'un autre, rapproche le cinéma de la littérature née partout après la guerre. "L'Avventura", pour eux, est une étape dangereuse vers un cinéma littéraire et intellectuel.

Si l'on découvre le film sans a priori, on risque surtout, soixante après sa sortie, de voir d'emblée la beauté formelle de l'oeuvre d'Antonioni. Il ne faut pas être un pur cinéphile pour découvrir que dans toute sa première partie, celle où Léa Massari est présente, puis absente et recherchée autour de l'île où elle a disparu, Antonioni est un pur virtuose, réalise des plans d'une très grande force visuelle, avec l'aide de son directeur de la photographie, Aldo Scavarda.

Ce n'est qu'après que le film bascule dans ce qui va constituer la base du cinéma "antonionesque" et que l'on retrouvera désormais dans toute son œuvre : la description hiératique de couples en plein désarroi alors qu'issus des meilleurs milieux, ils possèdent tout (argent, intelligence, beauté) pour être sinon heureux du moins satisfaits de leur existence.

Particulièrement vulnérable, cherchant à se libérer de la domination masculine, la femme aura tendance à se volatiliser, à bifurquer vers des choix imprévus, à s'empêtrer dans le "cauchemar climatisé", conséquence inattendu du triomphe du matérialisme qui est en train d'avoir raison de Dieu et des utopies.

"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni n'est que la première phase, encore schématique et pas totalement assurée ni assumée de ce cinéma de l'intimité intellectuelle, qui va correspondre pour lui à sa grande période "Monica Vitti".

Ceux qui reverront le film pour la deuxième fois seront frappés par une évidence : Gabriele Ferzetti, au jeu pourtant irréprochable, n'est pas le personnage idéal pour ajouter une dimension à l'architecte play boy qui semble papillonner autour des femmes, mus par le plus prosaïque des désirs. On voit évidemment tout de suite à qui le rôle irait comme un gant et qu'Antonioni prendra d'ailleurs pour son film suivant, "La Notte" : Marcello Mastroianni.

Parallèlement, on a l'impression que Monica Vitti, pendant la seconde partie du film, fait des essais pour le "Maestro", commence vraiment à l'intéresser, à le séduire et qu'elle ne traduira son immense potentiel qu'avec justement Mastroianni, lui aussi bientôt pris dans le dilemme de Ferzetti, cette fois-ci entre Monica et Jeanne Moreau.

Mais la "Notte" est une autre histoire... Pour l'heure, Antonioni, synchro avec la reconstruction de son pays, dont il filme d'ailleurs des moments, établit les bases d'une ère cinématographique nouvelle. A l'exception de quelques scènes qui ont vieilli, il y réussit presque parfaitement.

"L'Avventura" d'Antonioni est de loin le film le plus jeune et le plus inventif qu'on pourra voir actuellement sur les écrans

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 juin 2022 : un festival de festivals

C'est parti pour la saison des festivals, de musique, de théâtre, de cinéma, de littérature.. tout est bon pour découvrir plein de belles choses pendant l'été ! Profitez-en.

Du côté de la musique :

"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew
et toujours :
"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Romance" au Théâtre Les Déchargeurs
"Mon amant de Saint-Jean" au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet
"Les Tontons farceurs" au Théâtre L'Alhambra
"La Ménagerie de verre" au Théâtre Essaion
"Je m'appelle Momo" au Théâtre Essaion
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

dernière ligne droite pour "Pionnières, artistes d’un nouveau genre dans le Paris des Années Folles" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"J'arrive" de Bertrand Basset
"Parenthèse" de Denis Larzillière
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Nuit magique" de Xaver Böhm
"Ma fille" de Laura Bispuri
"Fiertés" une sélection de films arc-en-ciel
et (re)voir des films de Rainer Werner Fassbinder
"Lili Marleen"
"Tous les autres s'appellent Ali"
et en sortie DVD-VOD: "Todos os Mortos" de Caetano Gotardo et Marco Dutra

Lecture avec :

"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=