Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Avventura
Michelangelo Antonioni     (octobre 2020 - 1ère sortie 1960) 

Réalisé par Michelangelo Antonioni. Italie/France. Drame. 2h20 (Sortie 28 octobre 2020 - 1ère sortie 14 septembre 1960 ). Avec Gabriele Ferzetti, Monica Vitti, Lea Massari et Dominique Blanchar.

En 1960, au Festival de Cannes, "L'Avventura" de Michelangelo Antonioni obtient le prestigieux prix du jury alors que "La Dolce Vita" de Federico Fellini reçoit la Palme d'Or.

Mais, du point de vue de l'histoire du cinéma, le film le plus important, même s'il a été largement hué lors de sa présentation cannoise, ce sera le film de Michelangelo Antonioni.

Venant juste après "Le Cri", il consacre la naissance d'un cinéma vraiment moderne qui se joue de la narration classique et s'attarde sur les sentiments de personnages qui se construisent séquence après séquence avec l'aide du spectateur lui-même, amené à participer à leur élaboration, et plus généralement à donner au film son sens.

Pour certains, cette proposition d'un cinéma déconstruit, refusant comme ici de fournir toutes les clés de son récit, ou l'abandonnant au profit d'un autre, rapproche le cinéma de la littérature née partout après la guerre. "L'Avventura", pour eux, est une étape dangereuse vers un cinéma littéraire et intellectuel.

Si l'on découvre le film sans a priori, on risque surtout, soixante après sa sortie, de voir d'emblée la beauté formelle de l'oeuvre d'Antonioni. Il ne faut pas être un pur cinéphile pour découvrir que dans toute sa première partie, celle où Léa Massari est présente, puis absente et recherchée autour de l'île où elle a disparu, Antonioni est un pur virtuose, réalise des plans d'une très grande force visuelle, avec l'aide de son directeur de la photographie, Aldo Scavarda.

Ce n'est qu'après que le film bascule dans ce qui va constituer la base du cinéma "antonionesque" et que l'on retrouvera désormais dans toute son œuvre : la description hiératique de couples en plein désarroi alors qu'issus des meilleurs milieux, ils possèdent tout (argent, intelligence, beauté) pour être sinon heureux du moins satisfaits de leur existence.

Particulièrement vulnérable, cherchant à se libérer de la domination masculine, la femme aura tendance à se volatiliser, à bifurquer vers des choix imprévus, à s'empêtrer dans le "cauchemar climatisé", conséquence inattendu du triomphe du matérialisme qui est en train d'avoir raison de Dieu et des utopies.

"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni n'est que la première phase, encore schématique et pas totalement assurée ni assumée de ce cinéma de l'intimité intellectuelle, qui va correspondre pour lui à sa grande période "Monica Vitti".

Ceux qui reverront le film pour la deuxième fois seront frappés par une évidence : Gabriele Ferzetti, au jeu pourtant irréprochable, n'est pas le personnage idéal pour ajouter une dimension à l'architecte play boy qui semble papillonner autour des femmes, mus par le plus prosaïque des désirs. On voit évidemment tout de suite à qui le rôle irait comme un gant et qu'Antonioni prendra d'ailleurs pour son film suivant, "La Notte" : Marcello Mastroianni.

Parallèlement, on a l'impression que Monica Vitti, pendant la seconde partie du film, fait des essais pour le "Maestro", commence vraiment à l'intéresser, à le séduire et qu'elle ne traduira son immense potentiel qu'avec justement Mastroianni, lui aussi bientôt pris dans le dilemme de Ferzetti, cette fois-ci entre Monica et Jeanne Moreau.

Mais la "Notte" est une autre histoire... Pour l'heure, Antonioni, synchro avec la reconstruction de son pays, dont il filme d'ailleurs des moments, établit les bases d'une ère cinématographique nouvelle. A l'exception de quelques scènes qui ont vieilli, il y réussit presque parfaitement.

"L'Avventura" d'Antonioni est de loin le film le plus jeune et le plus inventif qu'on pourra voir actuellement sur les écrans

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=