Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Mégère apprivoisée
Artistic Théâtre  (Paris)  octobre 2020

Comédie d'après l'oeuvre éponyme de Shakespeare, adaptation et mise en scène de Frédérique Lazarini, avec Sarah Biasini (en alternance Delphine Depardieu, Cédric Colas, Pierre Einaudi, Maxime Lombard et Guillaume Veyre.

C'est aux accents du "mambo italiano" que Frédérique Lazarini a décidé d’accommoder al dente une des premières comédies du jeune William Shakespeare, "La Mégère apprivoisée".

Traditionnellement, la tumultueuse histoire d'amour entre Catarina et de Petruchio est l'occasion d'un affrontement mémorable entre deux acteurs qui ne lésinent pas sur les cris, les hurlements et les scènes de ménage. On se souvient de la version télé où Bernard Noël "dressait" Rosy Varte, de la version ciné où Franco Zeffirelli donnait l'occasion à Richard Burton et à Elisabeth Taylor de ne plus savoir où commençait le théâtre et où finissait la vie.

En situant l'action dans une salle de cinéma avec écran prêt à diffuser une bande-annonce de péplum ou une pub pour une gelati, Frédérique Lazarini rapproche Shakespeare et De Filippo et prend prétexte, pour cela, que Baptista, le père de Catarina, est de Padoue pour donner à la comédie élisabéthaine de forts airs transalpins.

Comment Baptista (Maxime Lombard) réussira-t-il à marier sa belle et acariâtre aînée Catarina (Delphine Depardieu ou Sarah Biasini) ? Comment Lucentio (Pierre Einaudi) aidé de son valet Tranio (Guillaume Veyre), parviendra-t-il à épouser Bianca, la douce sœur de Catarina en trouvant un mari à celle-ci, en l’occurrence en la personne de Petruchio (Cédric Colas), un seigneur de Vérone ignorant le caractère venimeux de la donzelle ?

Il faudra à peine une heure et demie endiablée et constamment drôle pour que ces questions soient résolues et pour que tout soit bien et finisse à peu près bien.

On peut féliciter le travail de Frédérique Lazarini qui rend légère une pièce en cinq actes de Bill Shakespeare. Pour une fois, l'utilisation de la vidéo sous forme d'écran dans la petite salle municipale aux murs et aux bancs blancs joliment imaginée par François Cabanat a sa raison d'être.

On y verra des scènes comme celle du mariage et des personnages qui ne descendront pas de l'écran mais communiqueront avec ceux qui sont sur le plateau. Ainsi les amours de Lucentio et de Bianca seront l'occasion d'un astucieux champ/contrechamp entre l'écran et la salle.

Outre le temps gagné, cet écran permet de voir des personnages off, sans avoir besoin de leur présence. Il faut dire que cette partie filmée a été confiée à Bernard Malaterre, un "authentique » cinéaste aguerri qui dirige vraiment Charlotte Durand-Raucher (Bianca), ses prétendants (Hugo Petitier et Jules Dalmas) et le prêtre marieur (Didier Lesour).

Les stratagèmes, pas très "meeto" et un tantinet machistes pour "apprivoiser" la belle font toujours rire, surtout avec Cédric Colas, magistral en Petruchio. Sa belle partenaire, Delphine Depardieu, est aussi à l'aise en panthère furieuse qu'en cœur d’artichaut fondant.

On n'a jamais l'impression que la pièce a été écrite en 1594 et toutes les allusions à l'Italie de "Vacances Romaines ou de Sophia Loren ne la figent pas non plus en 1955.

D'autant que Frédérique Lazarini a trouvé une chute astucieuse, et l'aide anachronique de la très féministe Virginia Woolf, pour ne pas finir sur les conseils hallucinants que Shakespeare, en guise de morale, donnait (hélas fort sérieusement) aux "seigneurs et maîtres" masculins pour rendre obéissantes et soumises leurs "moitiés".

Ce final le confirme : cette version à la fois décontractée et subtile de "La Mégère apprivoisée" est un régal.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=