Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Mégère apprivoisée
Artistic Théâtre  (Paris)  octobre 2020

Comédie d'après l'oeuvre éponyme de Shakespeare, adaptation et mise en scène de Frédérique Lazarini, avec Sarah Biasini (en alternance Delphine Depardieu, Cédric Colas, Pierre Einaudi, Maxime Lombard et Guillaume Veyre.

C'est aux accents du "mambo italiano" que Frédérique Lazarini a décidé d’accommoder al dente une des premières comédies du jeune William Shakespeare, "La Mégère apprivoisée".

Traditionnellement, la tumultueuse histoire d'amour entre Catarina et de Petruchio est l'occasion d'un affrontement mémorable entre deux acteurs qui ne lésinent pas sur les cris, les hurlements et les scènes de ménage. On se souvient de la version télé où Bernard Noël "dressait" Rosy Varte, de la version ciné où Franco Zeffirelli donnait l'occasion à Richard Burton et à Elisabeth Taylor de ne plus savoir où commençait le théâtre et où finissait la vie.

En situant l'action dans une salle de cinéma avec écran prêt à diffuser une bande-annonce de péplum ou une pub pour une gelati, Frédérique Lazarini rapproche Shakespeare et De Filippo et prend prétexte, pour cela, que Baptista, le père de Catarina, est de Padoue pour donner à la comédie élisabéthaine de forts airs transalpins.

Comment Baptista (Maxime Lombard) réussira-t-il à marier sa belle et acariâtre aînée Catarina (Delphine Depardieu ou Sarah Biasini) ? Comment Lucentio (Pierre Einaudi) aidé de son valet Tranio (Guillaume Veyre), parviendra-t-il à épouser Bianca, la douce sœur de Catarina en trouvant un mari à celle-ci, en l’occurrence en la personne de Petruchio (Cédric Colas), un seigneur de Vérone ignorant le caractère venimeux de la donzelle ?

Il faudra à peine une heure et demie endiablée et constamment drôle pour que ces questions soient résolues et pour que tout soit bien et finisse à peu près bien.

On peut féliciter le travail de Frédérique Lazarini qui rend légère une pièce en cinq actes de Bill Shakespeare. Pour une fois, l'utilisation de la vidéo sous forme d'écran dans la petite salle municipale aux murs et aux bancs blancs joliment imaginée par François Cabanat a sa raison d'être.

On y verra des scènes comme celle du mariage et des personnages qui ne descendront pas de l'écran mais communiqueront avec ceux qui sont sur le plateau. Ainsi les amours de Lucentio et de Bianca seront l'occasion d'un astucieux champ/contrechamp entre l'écran et la salle.

Outre le temps gagné, cet écran permet de voir des personnages off, sans avoir besoin de leur présence. Il faut dire que cette partie filmée a été confiée à Bernard Malaterre, un "authentique » cinéaste aguerri qui dirige vraiment Charlotte Durand-Raucher (Bianca), ses prétendants (Hugo Petitier et Jules Dalmas) et le prêtre marieur (Didier Lesour).

Les stratagèmes, pas très "meeto" et un tantinet machistes pour "apprivoiser" la belle font toujours rire, surtout avec Cédric Colas, magistral en Petruchio. Sa belle partenaire, Delphine Depardieu, est aussi à l'aise en panthère furieuse qu'en cœur d’artichaut fondant.

On n'a jamais l'impression que la pièce a été écrite en 1594 et toutes les allusions à l'Italie de "Vacances Romaines ou de Sophia Loren ne la figent pas non plus en 1955.

D'autant que Frédérique Lazarini a trouvé une chute astucieuse, et l'aide anachronique de la très féministe Virginia Woolf, pour ne pas finir sur les conseils hallucinants que Shakespeare, en guise de morale, donnait (hélas fort sérieusement) aux "seigneurs et maîtres" masculins pour rendre obéissantes et soumises leurs "moitiés".

Ce final le confirme : cette version à la fois décontractée et subtile de "La Mégère apprivoisée" est un régal.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=