Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Mégère apprivoisée
Artistic Théâtre  (Paris)  octobre 2020

Comédie d'après l'oeuvre éponyme de Shakespeare, adaptation et mise en scène de Frédérique Lazarini, avec Sarah Biasini (en alternance Delphine Depardieu, Cédric Colas, Pierre Einaudi, Maxime Lombard et Guillaume Veyre.

C'est aux accents du "mambo italiano" que Frédérique Lazarini a décidé d’accommoder al dente une des premières comédies du jeune William Shakespeare, "La Mégère apprivoisée".

Traditionnellement, la tumultueuse histoire d'amour entre Catarina et de Petruchio est l'occasion d'un affrontement mémorable entre deux acteurs qui ne lésinent pas sur les cris, les hurlements et les scènes de ménage. On se souvient de la version télé où Bernard Noël "dressait" Rosy Varte, de la version ciné où Franco Zeffirelli donnait l'occasion à Richard Burton et à Elisabeth Taylor de ne plus savoir où commençait le théâtre et où finissait la vie.

En situant l'action dans une salle de cinéma avec écran prêt à diffuser une bande-annonce de péplum ou une pub pour une gelati, Frédérique Lazarini rapproche Shakespeare et De Filippo et prend prétexte, pour cela, que Baptista, le père de Catarina, est de Padoue pour donner à la comédie élisabéthaine de forts airs transalpins.

Comment Baptista (Maxime Lombard) réussira-t-il à marier sa belle et acariâtre aînée Catarina (Delphine Depardieu ou Sarah Biasini) ? Comment Lucentio (Pierre Einaudi) aidé de son valet Tranio (Guillaume Veyre), parviendra-t-il à épouser Bianca, la douce sœur de Catarina en trouvant un mari à celle-ci, en l’occurrence en la personne de Petruchio (Cédric Colas), un seigneur de Vérone ignorant le caractère venimeux de la donzelle ?

Il faudra à peine une heure et demie endiablée et constamment drôle pour que ces questions soient résolues et pour que tout soit bien et finisse à peu près bien.

On peut féliciter le travail de Frédérique Lazarini qui rend légère une pièce en cinq actes de Bill Shakespeare. Pour une fois, l'utilisation de la vidéo sous forme d'écran dans la petite salle municipale aux murs et aux bancs blancs joliment imaginée par François Cabanat a sa raison d'être.

On y verra des scènes comme celle du mariage et des personnages qui ne descendront pas de l'écran mais communiqueront avec ceux qui sont sur le plateau. Ainsi les amours de Lucentio et de Bianca seront l'occasion d'un astucieux champ/contrechamp entre l'écran et la salle.

Outre le temps gagné, cet écran permet de voir des personnages off, sans avoir besoin de leur présence. Il faut dire que cette partie filmée a été confiée à Bernard Malaterre, un "authentique » cinéaste aguerri qui dirige vraiment Charlotte Durand-Raucher (Bianca), ses prétendants (Hugo Petitier et Jules Dalmas) et le prêtre marieur (Didier Lesour).

Les stratagèmes, pas très "meeto" et un tantinet machistes pour "apprivoiser" la belle font toujours rire, surtout avec Cédric Colas, magistral en Petruchio. Sa belle partenaire, Delphine Depardieu, est aussi à l'aise en panthère furieuse qu'en cœur d’artichaut fondant.

On n'a jamais l'impression que la pièce a été écrite en 1594 et toutes les allusions à l'Italie de "Vacances Romaines ou de Sophia Loren ne la figent pas non plus en 1955.

D'autant que Frédérique Lazarini a trouvé une chute astucieuse, et l'aide anachronique de la très féministe Virginia Woolf, pour ne pas finir sur les conseils hallucinants que Shakespeare, en guise de morale, donnait (hélas fort sérieusement) aux "seigneurs et maîtres" masculins pour rendre obéissantes et soumises leurs "moitiés".

Ce final le confirme : cette version à la fois décontractée et subtile de "La Mégère apprivoisée" est un régal.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 janvier 2021 : Voir le bon côté des choses

Dans ce couvre-feu avancé à 18h il faut voir le bon côté des choses, vous aurez du temps pour lire, écouter des disques, voir des films et des capataions de spectacles et surtout pour nous rejoindre sur la TV de Froggy's Delight sur laquelle nous vous préparons une nouvelle Mare Aux Grenouilles et une nouvelle série de concerts en direct ! Suivez la chaine, c'est gratuit, pour ne rien manquer !

Du côté de la musique :

"The missing view" de Sol Hess en concert sur la TV de Froggy le 30 janvier
"Théo Charaf" de Théo Charaf
"Welfare jazz" de Viagra Boys
"Adonais" de Bruno Ducol
"Collector" de Chapi Chapo
"Regard 1882" de Duo Neria
"Mozart piano 4 hands" de Duo Pégase
"The fates EP" de Grandma's Ashes
"Folies berbères" de Karimouche
"Wasteland : What ails our people is clear" de Lice
"Another night in" le mix #9 de Listen In Bed
et toujours :
"Vivaldi, Le quattro stagioni" de Alexandra Conunova
"Contrastes" de Duo W
"Beethoven, si tu nous entends" de La Symphonie de Poche & Nicolas Simon
"Ras la trompe" de Lila Tamazit Trio
"La sélection de Julien Bousquet" émission #6 de Listen In Bed
"Fleurs" de Mélody Louledjian & Antoine Palloc
"Monks of nothingness" de Olivier Lasiney & Yantras
"In paradisum" de Schola Cantorum of the Cardinal Vaughan Memorial School

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le Jeu des ombres" de Valère Novarina
"Nous l"Europe : le banquet des peuples" de Laurent Gaudé
"Les Justes" d'Albert Camus
"Icone" de Gérard Watkins
"Hamlet Kebab" de Rodrigo Garcia
"Comme il vous plaira" de Shakespeare
"Figaro divorce" de Odon von Orvath
"Ebauche d'un portrait" de Jean-Luc Lagarce
"Pichet Klunchun and myself" de Jérôme Bel et Pichet Klunchun

Expositions :

en virtuel :
"Joan Miro Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Turner, peintures et aquarelles - Collections de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Delacroix" au Musée du Louvre
"Berthe Morisot" au Musée d'Orsay
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon

Cinéma :

at home :
"L'Exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Caché" de Michael Haneke
"Métisse" de Mathieu Kassovitz
"Sauvage" de Nicolette Krebitz
"Arlington Road" de Mark Pellington
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Fin du monde" de Carolina Hellsgard
et un Spécial Georges Méliès
avec "Le mystère Méliès" documentaire de Eric Lange et 13 courts métrages

Lecture avec :

"Belladone" de Hervé Bougel
"Le chant du perroquet" de Charline Malaval
"Les grandes occasions" de Alexandra Matine
"Nos corps étrangers" de Carine Joaquim
et toujours :
"Inside story" de Martin Amis
"Là où nous dansions" de Judith Perrignon
"Le bonheur est au fond du couloir à gauche" de J.M. Erre
"Les douze morts de Napoléon" de David Chanteranne
"Tiger" de Eric Richer
"Un papillon, un scarabée, une rose" de Aimee Bender

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=