Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Mégère apprivoisée
Artistic Théâtre  (Paris)  octobre 2020

Comédie d'après l'oeuvre éponyme de Shakespeare, adaptation et mise en scène de Frédérique Lazarini, avec Sarah Biasini (en alternance Delphine Depardieu, Cédric Colas, Pierre Einaudi, Maxime Lombard et Guillaume Veyre.

C'est aux accents du "mambo italiano" que Frédérique Lazarini a décidé d’accommoder al dente une des premières comédies du jeune William Shakespeare, "La Mégère apprivoisée".

Traditionnellement, la tumultueuse histoire d'amour entre Catarina et de Petruchio est l'occasion d'un affrontement mémorable entre deux acteurs qui ne lésinent pas sur les cris, les hurlements et les scènes de ménage. On se souvient de la version télé où Bernard Noël "dressait" Rosy Varte, de la version ciné où Franco Zeffirelli donnait l'occasion à Richard Burton et à Elisabeth Taylor de ne plus savoir où commençait le théâtre et où finissait la vie.

En situant l'action dans une salle de cinéma avec écran prêt à diffuser une bande-annonce de péplum ou une pub pour une gelati, Frédérique Lazarini rapproche Shakespeare et De Filippo et prend prétexte, pour cela, que Baptista, le père de Catarina, est de Padoue pour donner à la comédie élisabéthaine de forts airs transalpins.

Comment Baptista (Maxime Lombard) réussira-t-il à marier sa belle et acariâtre aînée Catarina (Delphine Depardieu ou Sarah Biasini) ? Comment Lucentio (Pierre Einaudi) aidé de son valet Tranio (Guillaume Veyre), parviendra-t-il à épouser Bianca, la douce sœur de Catarina en trouvant un mari à celle-ci, en l’occurrence en la personne de Petruchio (Cédric Colas), un seigneur de Vérone ignorant le caractère venimeux de la donzelle ?

Il faudra à peine une heure et demie endiablée et constamment drôle pour que ces questions soient résolues et pour que tout soit bien et finisse à peu près bien.

On peut féliciter le travail de Frédérique Lazarini qui rend légère une pièce en cinq actes de Bill Shakespeare. Pour une fois, l'utilisation de la vidéo sous forme d'écran dans la petite salle municipale aux murs et aux bancs blancs joliment imaginée par François Cabanat a sa raison d'être.

On y verra des scènes comme celle du mariage et des personnages qui ne descendront pas de l'écran mais communiqueront avec ceux qui sont sur le plateau. Ainsi les amours de Lucentio et de Bianca seront l'occasion d'un astucieux champ/contrechamp entre l'écran et la salle.

Outre le temps gagné, cet écran permet de voir des personnages off, sans avoir besoin de leur présence. Il faut dire que cette partie filmée a été confiée à Bernard Malaterre, un "authentique » cinéaste aguerri qui dirige vraiment Charlotte Durand-Raucher (Bianca), ses prétendants (Hugo Petitier et Jules Dalmas) et le prêtre marieur (Didier Lesour).

Les stratagèmes, pas très "meeto" et un tantinet machistes pour "apprivoiser" la belle font toujours rire, surtout avec Cédric Colas, magistral en Petruchio. Sa belle partenaire, Delphine Depardieu, est aussi à l'aise en panthère furieuse qu'en cœur d’artichaut fondant.

On n'a jamais l'impression que la pièce a été écrite en 1594 et toutes les allusions à l'Italie de "Vacances Romaines ou de Sophia Loren ne la figent pas non plus en 1955.

D'autant que Frédérique Lazarini a trouvé une chute astucieuse, et l'aide anachronique de la très féministe Virginia Woolf, pour ne pas finir sur les conseils hallucinants que Shakespeare, en guise de morale, donnait (hélas fort sérieusement) aux "seigneurs et maîtres" masculins pour rendre obéissantes et soumises leurs "moitiés".

Ce final le confirme : cette version à la fois décontractée et subtile de "La Mégère apprivoisée" est un régal.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 avril 2024 : En avril, de la culture tu suivras le fil

Un peu de soleil, des oiseaux qui chantent, le calme avant la tempête olympique. En attendant, cultivons-nous plutôt que de sauter dans la Seine. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch
"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard
et toujours :
"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Cach

Au théâtre

les nouveautés :
"Tant que nos coeurs flamboient" au Théâtre Essaïon
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
zt toujours :
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
et toujours :
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=