Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Elie Decazes
François de Coustin  (Editions Perrin)  octobre 2020

Encore une nouvelle biographie chez Perrin avec ici un personnage qui n’est pas empereur romain mais dont le destin hors du commun mérite largement qu’on lui consacre un ouvrage. Cet homme, c’est Elie Decazes, qui dirigea un moment la France et contribua à la faire entrer dans la modernité. A la plume de cet ouvrage, c’est François de Coustin, un ancien journaliste qui a déjà rédigé un ouvrage sur Louis XIX, il y a trois ans chez Perrin, ouvrage particulièrement remarqué.

Il est beau, jeune, brillant et charmeur. Au lendemain des Cent-jours, à 35 ans, alors qu’il a servi la famille impériale, Elie Decazes accède au poste de préfet de police de la Restauration. Quelques mois plus tard, devenu le favori de Louis XVII, il est nommé ministre de la police puis ministre de l’intérieur. Il devient alors l’homme le plus puissant de France et, à 39 ans, devient l’un des plus jeunes présidents du Conseil de l’histoire. Mais la faveur du Roi, de même que la volonté de gouverner la France au centre en rejetant les extrêmes, lui attirent des haines profondes. L’assassinat du duc de Berry provoque sa chute. A moins de 40 ans, il quitte le pouvoir pour ne plus jamais l’exercer.

Commence alors la deuxième partie d’une vie, celle d’un grand notable, qui le mène jusqu’à 80 ans. Brièvement ambassadeur à Londres, il devient un pair de France influent sous la Restauration et La monarchie de Juillet. Grand référendaire de la chambre des pairs, il préside aux travaux qui donnent au palais du Luxembourg et à son jardin leur aspect d’aujourd’hui. Epris de nouveautés, il multiplie les expériences agricoles et se lance dans l’aventure industrielle avec l’exploitation des forges de l’Aveyron qui vont donner naissance à Decazeville.

Quelle belle idée que celle de consacrer une biographie à ce personnage jusque là ignoré des biographes qui ne s’intéressaient qu’à sa relation particulière avec Louis XVIII alors que sa vie fut bien plus riche et complexe que cela.

L’ouvrage fait d’Elie Decazes un véritable personnage balzacien. Sa vie, nous dit l’auteur est un roman que Balzac aurait pu écrire. Une vie en trois temps, comme les trois parties choisies par l’auteur pour nous la raconter. Il y a d’abord celle de l’ambition pour un personnage qui en déborde. L’auteur y aborde sa jeunesse en province, celle d’un jeune homme pressé rempli d’ambition.

Un deuxième temps est consacré à son action politique, à l’homme politique et l’homme d’Etat qu’il fut. On y voit un acteur important des débuts de la Restauration mais aussi de l’Empire et de la monarchie de juillet. Il s’inscrit pleinement dans l’histoire du 19ème siècle.

Le troisième temps est consacré à sa vie de notable et je dois avouer que j’ai trouvé cette partie particulièrement intéressante d’autant que j’ai appris beaucoup de choses le concernant. Decazes aurait pu continuer à vivre tranquillement chez lui à La Grave mais non, dans tout ce qu’il entreprend il voit grand, que cela soit pour une ferme dans un premier temps puis pour son expérience industrielle. Sa grande aventure, qui s’accompagne d’un fort investissement personnel et financier est industrielle. Elle lui vaut une forme de reconnaissance exceptionnelle, celle de donner son nom à une ville minière. Mais Decazes, c’est aussi le grand référendaire, celui qui intervient durant toutes les sessions de la Restauration sur les sujets concernant le droit pénal et les libertés. Ces interventions sont autant celles d’un défenseur des libertés publiques que d’un juriste. Decazes continue d’être un homme influent. Il continuera à enchaîner des postes importants jusqu’à la fin de sa vie.

Avec cet ouvrage, c’est donc la biographie d’un personnage important de notre histoire qui nous est proposée. Superbement écrite, cette biographie est particulièrement intéressante pour ceux qui souhaiteraient découvrir Elie Decazes.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 janvier 2021 : Cette semaine c'est CONCERT !

C'est reparti pour une semaine rythmée par le couvre feu, en attendant pire ? peut être. Mais d'ici là voici quelques découvertes culturelles qui espérons-le vous plairont. Par ailleurs, samedi on reprend les concerts en ligne, venez nombreux soutenir les artistes ! Et bien entendu on commence par le replay de la MAG #19.

Du côté de la musique :

"Timbaland" le mix #10 de la saison 2 de Listen In Bed à écouter en ligne
"Avenue des Falquières" de 17f
"Go" de Célia Forestier & Komorebi
"Accents" de Ensemble K & Simone Menezes
"Live recital 'Correspondance'" de Jean-Baptiste Fonlupt
"A place that has no memory of you" de Laurent Dehors & Matthew Bourne
"Là, la lumière particulière" de Léopoldine HH
"C'est une parole" de Louis Arti
"A la ligne" de Michel Cloup, Pascal Bouaziz & Julien Rufié
"Night network" de The Cribs
Interview de Yann Landry autour du nouveau label Tadam Records
et toujours :
"The missing view" de Sol Hess en concert sur la TV de Froggy le 30 janvier
"Théo Charaf" de Théo Charaf
"Welfare jazz" de Viagra Boys
"Adonais" de Bruno Ducol
"Collector" de Chapi Chapo
"Regard 1882" de Duo Neria
"Mozart piano 4 hands" de Duo Pégase
"The fates EP" de Grandma's Ashes
"Folies berbères" de Karimouche
"Wasteland : What ails our people is clear" de Lice
"Another night in" le mix #9 de Listen In Bed

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le Chemin de fortune et Le Legs" de Marivaux
"Le Pays lointain (Un Arrangement)" de Jean-Luc Lagarce
"Féminines" de Pauline Bureau
"La Chose commune" de Emmanuel Beix et David Lescot
"Treize à table" de Marc-Gilbert Sauvajon
"Le plus beau jour" de David Foenkinos
"Madame Arthur dépoussière Queen"

Expositions :

en virtuel :
"Bruce Nauman" à la Tate Modern
"David Hockney - Ma Normandie" à la Galerie Lelong
"Marc Riboud - Histoires possibles" au Musée Guimet
"Voyages d'hiver - Regards sur les collections" au MuMa Le Havre
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"Bacon en toutes lettres" au Centre Pompidou
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol

Cinéma :

at home :
"Plein Sud" de Sébastien Lifshitz
"La mécanique de l'ombre" de Thomas Kruithof
"Un chat un chat" de Sophie Fillières
"Dieu seul me voit" de Bruno Podalydès
"Au loin s'en vont les nuages" d'Aki Kaurismaki
"The Swann" de Asa Helga Hjörleifsdóttir

Lecture avec :

"Créatures" de Crissy Van Meter
"La traversée" de Pajtim Statovci
"Le rêve de l'assimilation : de la Grèce antique à nos jours" de Raphael Doan
"Les enfants de la clarée" de Raphael Krafft
"Solitudes" de Niko Tackian
"Une gifle" de Marie Simon
et toujours :
"Belladone" de Hervé Bougel
"Le chant du perroquet" de Charline Malaval
"Les grandes occasions" de Alexandra Matine
"Nos corps étrangers" de Carine Joaquim

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=