Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Christophe Honoré, les corps libérés
Mathieu Champalaune  (Editions Playlist Society)  octobre 2020

Voilà une récente maison d’édition qui gagne à être connue de par ses récentes publications avec notamment la publication d’un essai sur un homme dont j’apprécie particulièrement le travail, un certain Christophe Honoré. Christophe Honoré est connu pour ses réalisations dans le domaine du cinéma avec notamment un film qui fait partie de mes films préférés, Les chansons d’amour (que je vous conseille vivement de regarder si vous ne le connaissez pas). Il est aussi écrivain (roman classique et romans jeunesse), dramaturge, metteur en scène de théâtre et d’opéra.

Christophe Honoré compte parmi les artistes français les plus singuliers de son époque. De son premier film, 17 fois Cécile Cassard, à l’autofiction Plaire, aimer, courir vite, il fait dialoguer l’intime et l’universel, et décline son amour pour la création artistique sous une multitude de formes.

Le travail de Christophe Honoré se nourrit de nombreuses influences, notamment de la nouvelle vague, ainsi que de sa complicité avec ses acteurs fétiches et le musicien Alex Beaupain. Observateur des mœurs modernes et des sentiments, attaché à la représentation des corps, il met en scène des personnages en quête d’affranchissement.

Avec son ouvrage, Mathieu Champalaune, journaliste et critique de cinéma, de littérature et de théâtre retrace le parcours de cet artiste qui interroge notre place dans le monde et dans le temps, tout en cultivant sa mythologie personnelle.

L’univers de Christophe Honoré m’a passionné, ses réalisations se nourrissent de son vécu, de son passé d’étudiant à Rennes (l’ouvrage revient sur son parcours d’étudiant), de sa passion pour la pop anglaise.

La musique est centrale chez Christophe Honoré, tout comme l’analyse des sentiments qu’il ausculte dans de nombreux films. Christophe Honoré utilise la musique de différentes manières et pense ses films en accord avec elle. Dans ses œuvres, la pop anglaise côtoie la chanson française avec Alain Barrière dans La Belle personne, Anne Sylvestre dans Plaire, aimer et courir vite mais aussi Jean Ferrat et Charles Aznavour dans Chambre 212. On peut aussi retrouver de la musique classique (Mozart, Ravel) dans Métamorphose, du jazz dans Dans Paris.

Dans Les Chansons d’amour, la musique prend une place importante. A l’inverse de Parapluies de Cherbourg, ce film n’est pas uniquement chanté. Dans ce film, le chant permet aux personnages d’exprimer les sentiments pour lesquels la parole ne suffit plus. Il intervient aux moments essentiels de l’histoire, où les protagonistes se révèlent, dévoilent leurs blessures et leurs espoirs, expriment divers sentiments.

L’ouvrage nous montre que Christophe Honoré est aussi un lecteur passionné et un cinéphile assidu. Certains de ses films sont des adaptations libres d’œuvres littéraires, comme La Belle personne inspirée de La princesse de Clèves. Ma mère est inspiré du roman inachevé de Georges Bataille. Avec Métamorphoses, c’est dans l’univers d’Ovide qu’il nous plonge.

L’ouvrage nous parle de ses acteurs fétiches, nous montre de l’amour qu’il porte à ceux-ci, de Béatrice Dalle qui joue dans 17 fois Cécile Cassard à Louis Garrel, Léa Seydoux, Anaïs Demoustier et bien d’autres comme Grégoire Leprince-Ringuet. Il existe d’ailleurs une grande complicité entre ces acteurs.

Dans les films de Christophe honoré, la ville prend une place importante que cela soit Paris pour de nombreux films, Rennes pour Plaire, aimer et courir vite ou Londres, Prague et Montréal pour Les biens-aimés. Les scènes d’intérieur sont souvent dans des chambres (d’étudiants, conjugales, d’hôtel) qui apparaîssent comme une sorte de refuge face au tumulte urbain.

L’intime est aussi prépondérant dans l’œuvre de Christophe Honoré, du décès accidentel de son père (dont il s’inspire dans des livres et des films), du décès brutal de la petite amie d’Alex Beaupain qui inspirera Les chansons d’amour mais aussi de l’homosexualité, très présente aussi dans ses films.

D’autres thématiques sont abordées dans l’ouvrage au travers des œuvres de l’artiste que je vous laisse découvrir notamment celle de la place de la famille.

L’ouvrage est vraiment excellent, j’ai appris beaucoup de choses concernant Christophe Honoré et compris davantage son travail et son œuvre. Il a confirmé tout le bien que je pense de Christophe Honoré et m’a donné l’envie d’aller me replonger dans ses films et ses livres.

Alors n’hésitez pas à acheter ce petit ouvrage qui se lit très rapidement et n’hésitez pas à aller voir les publications de Playlist Society qui parlent d’autres cinéastes mais aussi de séries télévisées. Vous trouverez sûrement votre bonheur.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Mathieu Champalaune
Le Facebook de Mathieu Champalaune


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=