Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tupinilândia
Samir Machado De Machado  (Editions Métailié)  septembre 2020

Encore un livre que j’avais repéré au moment de sa sortie et pour lequel je m’étais dit qu’il me fallait le lire tant j’en avais entendu parler (en bien) un peu partout. Encore une fois, ce sont les éditions Métailié qui nous proposent cet ouvrage, confirmant qu’elles ont un véritable talent pour découvrir des nouveaux auteurs venant d’Amérique du Sud.

Ici, c’est un donc un premier roman qu’elle nous propose, celui de Samir Machado de Machado, brésilien de naissance, écrivain, scénariste, graphiste et traducteur. Ce premier roman, Tupinilândia, est bel et bien comme l’annonce le bandeau qui l’entoure, un ouvrage entre Orwell et Jurassic Park, un blockbuster littéraire. C’est en effet une très belle surprise littéraire, une très belle découverte. C’est un ouvrage divertissant qui ne manque pas de nous faire réfléchir sur la nostalgie, la mémoire et le nationalisme.

Tupinilândia se trouve en Amazonie, loin de tout. C’est un parc d’attractions construit dans le plus grand secret par un industriel admirateur de Walt Disney pour célébrer le Brésil et le retour de la démocratie à la fin des années 1980. Le jour de l’inauguration, un groupe armé boucle le parc et prend 400 personnes en otages. Silence radio et télévision.

Trente ans plus tard, un archéologue qui ne cesse de répéter à ses étudiants qu’ils ne vont jamais devenir Indiana Jones revient sur ces lieux, avant qu’ils ne soient recouverts par le bassin d’un barrage. Il découvre à son arrivée une situation impensable : la création d’une colonie fasciste orwellienne au milieu des attractions du parc dévorées par la nature.

A la tête d’une troupe de jeunes gens ignorant tout du monde extérieur qu’ils croient dominé par le communisme, il va s’attaquer aux représentants d’une idéologie qu’il pensait disparue avec une habilité tirée de son addiction aux blockbusters des années 80.

Cet ouvrage m’a beaucoup plu pour plusieurs raisons. Tout d’abord, c’est sa dimension historique qui m’a particulièrement intéressée puisque l’auteur commence par nous raconter une partie de l’histoire du Brésil, au moment où le parc se construit sous la houlette d’un riche brésilien qui a fait fortune dans la construction. Un Brésil marqué par la pauvreté et la dictature, les deux vont souvent de paire d’ailleurs, un pays qui flirte avec les idées nauséabondes nazies qui, du coup ne voit pas d’un bon œil le développement du communisme après la Seconde Guerre mondiale.

L’autre aspect du livre particulièrement agréable à lire, c’est la description du parc lors de son inauguration avec ses attractions, ses personnages et son organisation autour de thèmes différents. L’auteur parvient à nous enchanter autour de ce parc des années 80 qui, à l’époque, témoignait d’une modernité certaine.

Et puis il y a l’histoire, qui témoigne d’une imagination débordante de l’auteur avec ce parc qui change complètement après l’attaque de militaires d’extrême droite, que l’auteur n’oublie pas de railler, insistant sur leur petit côté débile accompagné de gros muscle, une caricature presque. Des anticommunistes abreuvés de capitalisme à outrance.

Une histoire qui continue trente ans plus tard, autour de l’archéologue qui va découvrir que ce parc est toujours habité par une colonie qui n’en est jamais sortie et qui vit en autarcie par peur d’être en contact avec l’extérieur qu’ils pensent être peuplé de communistes. C’est pour moi la meilleure partie de l’ouvrage, celle qui confirme le bandeau de l’ouvrage parlant d’Orwell.

Alors voilà, cet ouvrage de Samir Machado de Machado est un livre particulièrement original, un ouvrage foisonnant de bonnes idées et de bonnes pages, un livre superbement écrit qui ne manque pas d’humour tout en réfléchissant de façon particulièrement intéressante sur le totalitarisme ou la dictature. C’est au final un excellent roman qui mérite largement toutes les belles critiques obtenues à sa sortie.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Samir Machado De Machado
Le Facebook de Samir Machado De Machado


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=