Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Simon Zaoui
Beethoven, un nouveau manifeste  (Editions Hortus)  septembre 2020

Rien n’est plus intéressant, rien n’est plus enthousiasmant qu’un disque où à la virtuosité se partage une intelligence, une véritable recherche, un geste musical. C’est le cas dans ce magnifique disque du pianiste Simon Zaoui consacré aux sonates n°1, 3 et 13 de Beethoven.

"J’avais bien évidemment envie d’apporter modestement ma pierre à cette année Beethoven, qui promettait, avant les annulations COVID, d’être bien remplie en concerts avec notamment deux intégrales des sonates, à trois pianistes, au Liban et en Espagne".

Alors un disque consacré à Beethoven mais pas simplement un disque de plus. Déjà à cause du répertoire, qui contrairement à une flopée d’autres disques ne s’intéresse pas aux dernières sonates et puis l’utilisation d’un piano Gebauhr. "Je cherchais un "angle" comme disent les journalistes, sachant que ce 250ème anniversaire serait un véritable déluge de sorties discographiques. Ayant suivi les cours de pianoforte de Patrick Cohen au CNSMDP, je suis familier avec les instruments de la fin du XVIIIème siècle. Mais je les ai toujours trouvés plus adaptés au classicisme viennois de Haydn ou à la grâce mozartienne qu’à la puissance tellurique de Beethoven. Un jour en relisant mon Charles Rosen, je suis tombé sur une phrase de la préface : "J’ai toujours pensé que les instruments issus de changements stylistiques étaient souvent préférables, pour jouer la musique qui avait été à l’origine de leur invention, à ceux, moins perfectionnés, dont disposait le compositeur." Ayant toujours eu une affinité particulière pour les pianos romantiques (Erard, Pleyel etc..), je me suis mis en quête d’un instrument qui conviendrait aux œuvres du jeune Beethoven.

C’est le restaurateur de piano Jean-Marc Touron qui m’a proposé son Gebauhr, instrument viennois des années 1850. Ce fut un véritable coup de foudre, car il me semblait avoir la puissance, la rondeur mais surtout la transparence idéale pour faire ressortir de ces sonates la substantifique moëlle. Il y a eu un gros travail en amont de la part de Jean-Marc Touron, l’instrument n’avait pas été joué depuis longtemps, et n’avait jamais servi pour un enregistrement, chose qui demande un haut niveau de fiabilité mécanique ainsi que de supprimer bon nombre de petits bruits et résonances parasites (pédale, étouffoirs, mécanique etc.)".

Fondée par Carl Julius Gebauhr en 1834 en Prusse orientale, aujourd’hui Kaliningrad en Russie, sa firme fut l’une des plus importantes firmes allemandes de facture instrumentale du XIXe siècle. Avec sa mécanique viennoise, avec ses marteaux garnis de feutre et recouverts d’une fine couche de cuir, ce piano possède une sonorité, des caractéristiques de dynamiques particulières. Des caractéristiques qui conviennent parfaitement à ce répertoire mais qui ont demandé une adaptation au pianiste : "J’ai pu disposer du piano pendant quelques mois au conservatoire de Vincennes, où j’enseigne. Préparation indispensable, car si d’un côté ce piano sonne (à mon sens) naturellement comme un orchestre romantique (on entend beaucoup la couleur du bois dans le son), son âge et sa mécanique viennoise à simple échappement rendent difficiles nombre de détails. J’étais parti dans l’idée de coller le plus possible aux tempi indiquer par Czerny, élève de Beethoven (qui dégagent souvent une grande force et logique agogique)".

Le résultat est absolument magnifique. Nous sommes conquis par cette sonorité dans tout le registre du piano, par ces phrasés, par ces dynamiques qui suscitent un véritable intérêt. Cela rend plus évident encore l’architecture de ces sonates, les motifs, l’écriture orchestrale de la sonate n°3, les mouvements de la n°13, rajoute notamment de l’ambiguïté dans le final de cette même sonate, entre humour et dramatisme... Superbe !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Gabriel Fauré : Horizons de Pierre Fouchenneret - Simon Zaoui - Raphaël Merlin - David Lefort
La chronique de l'album Reflets de Julien Hardy & Simon Zaoui

En savoir plus :
Le site officiel de Simon Zaoui
Le Soundcloud de Simon Zaoui
Le Facebook de Simon Zaoui


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=