Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce DevilZ : Survival
Microsoft Windows  (DevilZ Team)  novembre 2020

DevilZ : Survival – Un survival indépendant et français dans un monde infesté de Zombies redoutables

Si vous êtes, comme moi, des passionnés de jeu de survie et de zombies, vous avez dû en tester énormément ces derniers temps, car ils sont sortis en masse depuis quelques années. Mais il y en a un qui a vraiment lancé le genre et c’était à l’époque un mode d’ArmA II Operation Arrowhead qui s’appelait DayZ-Mods.

Depuis, ce jeu est sorti en standalone et j’avoue qu’il a perdu de sa superbe avec le temps, aujourd’hui nous passons plus de temps à fouiller partout afin de trouver à boire et à manger pour ne pas mourir bêtement de soif ou de faim. Certes, de nombreux Moddeurs ont travaillé à son amélioration, mais si vous recherchez un jeu qui regroupe tout ce qui faisait l’intérêt de DayZ-Mods à sa grande époque, ne cherchez pas plus loin, ce jeu existe et il s’appelle DevilZ : Survival.

Mais qu’est donc DevilZ : Survival ?

DevilZ est un formidable jeu de survie dans un monde post-apocalyptique. 5 ans auparavant, une épidémie virale a décimé la population (ndlr : tiens, ça me rappelle une certaine pandémie récente… enfin bon, je m’égare), laissant derrière elle des hordes de zombies dans les villes, villages, sur les routes… et croyez-moi, vous ne souhaitez pas les rencontrer.

À l’heure où j’écris ces lignes, le jeu est en closed alpha et nous pouvons jouer sur Oklanya qui est la première carte du jeu et croyez-moi, il y a déjà de quoi faire.

Vous pourrez retrouver sur celle-ci des autoroutes sur lesquelles différents véhicules sont stoppés et qui regorgent de zombies qui ne demandent qu’à vous dévorer, des villages avec différents types de zombies plus ou moins résistants, des villes avec des zones radioactives qu’il vous faudra éviter si vous n’avez pas la tenue adéquate, et des boss qui vous matraqueront jusqu’à ce que mort s’en suive.

Des étendues de forêts et de montagnes dans lesquelles vous pourrez gambader mais vous ne serez pas à l’abri de quelques zombies perdus qui pourront vous assaillir par surprise.

D’autres maps suivront par la suite et la carte fera jusqu’à 150km² de superficie, de quoi passer de longues heures à chasser du zombie.

Pourquoi jouer à DevilZ : Survival plutôt qu’un autre ?

C’est très simple, si comme moi vous en avez marre de passer votre temps à chercher de quoi boire et manger pour ne pas mourir, de chercher un ouvre-boîte pour ouvrir vos conserves, de mourir de froid car vous êtes mouillé et que les zombies sont le cadet de vos soucis, alors foncez sur DevilZ. On trouve de quoi manger et boire assez facilement dans les villes ou les villages, les armes à feu sont trouvables dans les zones ou véhicules militaires, les soins dans les hôpitaux et caserne de pompier, bref vous aurez compris la localisation des items se veut logique.

De plus, quand vous serez confronté à un zombie, il vous faudra mettre plusieurs coups pour le tuer mais il pourra vous tuer également en quelques coups, il vous faudra donc éviter si vous êtes seul de vous confronter à une horde de zombies affamés. Si vous êtes en groupe et bien armés, vous pourrez aller affronter les boss zombies qui, croyez-moi, frappent fort et sont très résistants, autant avoir suffisamment de balles sur vous.

La nuit vous fera également réfléchir différemment car à moins d’avoir des lunettes de vision nocturne (que l’on peut trouver en jeu), il vous faudra vous armer d’une lampe torche pour voir devant vous et la lampe torche sera alors votre seule arme car si vous utilisez une arme à feu, vous n’aurez plus la lampe torche en main.

Vous l’aurez donc compris, DevilZ est un jeu de survie exigeant mais qui ne tombe pas dans les travers de Scum ou DayZ. Votre objectif sera de looter de quoi vous équiper et vous armer en vous souciant principalement des zombies qui vous entourent.

Mais c’est fabuleux, où puis-je donc trouver cette merveille ?

C’est très simple, le jeu est aujourd’hui en alpha mais l’équipe de développeurs a fait un travail de fou et patche le jeu très souvent pour répondre aux différents retours des joueurs donc vous pourrez jouer sur cette version alpha sans souci. Pour cela, vous pouvez vous rendre sur ce site.

Le jeu est très abordable :

Pour info, les prix augmenteront légèrement à la sortie de la bêta donc foncez de suite et retrouvez-moi sur le jeu qu’on éradique cette vermine Zombie !

Petit bonus

J’ai la chance d’être en contact avec l’équipe derrière le développement de DevilZ et en plus d’être réactifs sur les retours des joueurs afin de patcher le jeu et corriger les quelques défauts qu’on peut rencontrer, ils sont aussi super sympa. Voici donc l’interview que j’ai pu avoir avec eux :

Comment est né le projet du jeu DevilZ ?

Le projet a commencé en fin 2014. Il a été créé par un groupe d'amis virtuels ayant chacun leurs propres compétences et domaines préférés. Nous voulions un jeu qui nous représenterait que ce soit sur l'aspect du gameplay ou de l'immersion.

Depuis quand avez-vous commencé les développements ?

Il faut savoir que l'équipe de DevilZ : Survival a commencé son périple avec le minimum de connaissance. Au tout début du développement, nous étions uniquement des passionnés de jeux de survie. Nous avons acquis certaines compétences avec le temps. Les premières années ont été les plus longues, car avec le minimum d’expérience que nous possédions, il nous fallait apprendre les bases pour commencer le projet.

Nous travaillions déjà sur DevilZ avant de le développer sérieusement. Mais après quelques années, nous avons décidé d'accélérer la cadence et de pouvoir proposer des éventuelles images du jeu. En somme, le développement officiel du jeu a commencé début 2016.

De combien de personnes se compose l’équipe de DevilZ ? Et quel est le rôle respectif de chacun ?

L'équipe de DevilZ : Survival est particulièrement petite, d'où le temps nécessaire du développement. Nous sommes actuellement quatre dans l'équipe. Voici chaque personne suivie de ces compétences liées à DevilZ.

Fondateurs du projet :
- Sefa : Programmeur, Game Designer, Lead Game Designer, Level Designer, Gestion serveurs, Gestion site web, Gestion API, Gestion bases de données, Sécurité.
- Letsep : Game Designer, Level Designer, Infographiste, Responsable communication, Testeur, Sécurité.

Administrateur du projet :
- Qyra : Gestion Discord, Level Designer, Testeur, Modeleur numérique, Support, Sécurité.

Modérateur du Projet :
- SkyPlasma : Level Designer, Testeur, Support, Modeleur numérique, Sécurité.

Quelles technologies avez-vous utilisées pour le développement, modélisations ?

Plusieurs programmes tiers sont utilisés pour développer DevilZ : Survival. Voici quelques programmes que nous utilisons ainsi que leurs descriptions :
- Autodesk 3ds Max : permet la création d'objets, de bâtiments, animations, etc.
- Visual Studio : permet de programmer le jeu, ainsi que toutes les autres parties du serveur,
- FMOD Designer : permet de gérer l'utilisation de tous les sons présents dans DevilZ : Survival,
- ainsi que d'autre logiciels permettant de créer et gérer des bases de données.

Pourquoi avoir opté pour ces technologies ?

Nous avons choisi d'utiliser ces programmes pour leur facilité d'adaptation ainsi que leurs stabilités et leurs fiabilités. Et surtout pour des questions de compatibilités d'extension.

Pourquoi avoir opté pour le financement par la vente de clé pour un accès à la closed alpha plutôt qu’un financement participatif type kickstarter ?

Nous avons essayé des sites comme Tipeee pour financer le jeu, mais notre influence étant de bas niveau, nous sommes donc passés par des systèmes de communication tel que Discord et Twitch pour faire connaître le projet.

Comment gérez-vous les infrastructures serveurs du jeu ?

Nous fonctionnons sur des serveurs européens afin de proposer la meilleure qualité de jeu en ligne possible.

Pouvez-vous nous teaser quelques évolutions prévues pour la suite ?

Nous pouvons vous dire qu'il y aura bientôt la bêta de DevilZ : Survival qui ne devrait plus tarder. Elle aura majoritairement des gros changements graphiques, des gains de performances immenses ainsi que plusieurs correctifs et nouveautés à la clé. Nous ne pouvons pas en dire plus pour le moment.

Avez-vous déjà des idées pour de prochains jeux ?

Nous ne prévoyons pas de nouveau jeu pour le moment, nous préférons nous concentrer sur l’évolution de DevilZ Survival. C’est un jeu qui pourra grandement évoluer avec le temp. Nous espérons que le jeu vous plaira le plus longtemps possible.

 

En savoir plus :
Le site officiel de DevilZ Survival
Le Facebook de DevilZ Survival


Ezaechiel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=