Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Histoire de l'Art - Les Grands Peintres de la Modernité
 

#1- Henri Matisse

Deux expositions en 2020 dédiée à Henri Matisse, le leader des Fauves et le sculpteur de la couleur constituent une belle occasion de revenir aux fondamentaux de l'art moderne

Il est régulièrement à l'affiche des musées du monde et à l’occasion du 150ème anniversaire de sa naissance, le Musée national d'art moderne-Centre Pompidou a programmé la rétrospective-hommage "Matisse, comme un roman".

en vidéo :
la visite commentée par la commissaire Aurélie Vierder
le dossier documentaire du musée national d'art moderne

En parallèle, avec la monstration "Matisse-Métamorphoses", le Musée Matisse à Nice s'est intéressé à l'aspect encore méconnu de son oeuvre, celui de la sculpture, qui a ensuite été présentée au Kunsthaus de Zurich.

en vidéo un tour d'horizon commenté

L'oeuvre de Matisse suuscite également de nombreuses expositions thématiques tant en France qu'à l'étranger.

Sous le titre "Tout va bien monsieur Matisse", le Musée Matisse au Cateau-Cambrésis, créé par l'artiste, présente en 2020 une réflexion sur l'influence matissienne.

Et ce dans un dialogue circonstancié entre cette figure tutélaire et les artistes contemporains Erró, Ben, Marco Del Re, KRM, Patrick Montagnac et Rania Werda avec une carte blanche au sculpteur Frédéric Bouffandeau.

Par ailleurs, en 2017, le Musée des Beaux Arts de Lyon s'est intéressé à l'oeuvre graphique de Matisse avec la monstration "Henri Matisse - Le laboratoire intérieur".

Auparavant, en 2014, a été proposée l'exposition "Henri Matisse : The Cut-Outs" à la Tate Modern à Londres puis au MoMA à New York consacrée aux gouaches découpées.

en vidéo :
le reportage de la journaliste Alastair Sooke

Et en 2012, le Centre Pompidou abordait la pratique sérielle de Matisse avec "Matisse - Paires et séries".

en vidéo :
l'analyse de la commissaire Cécile Debray sur les toiles "Intérieur bocal de poissons rouges" et "Poissons rouges et palette"

également à consulter :
en audio l'entretien de Henri Matisse avec Georges Charbonnier en 1950
en vidéo autres focus

#2 : Edouard Manet

Refusant de s'inscrire à l'Ecole des Beaux-Arts considérée comme le chantre d'un conservatisme compassé et de l'rat pompier, Edouard Manet est formé par le peintre non moins académique Thomas Couture dont il apprend tous les codes qu'il va récuser en prônant une révolution esthétique.

Et ce en navigant entre le réalisme, pour la représentation figurative, et l'impressionnisme, pour ses tropismes thématiques, et en réhabilitant la scène de genre considérée comme mineure dans la hiérarchie picturale, ce qui l'inscrit comme peintre de la modernité.

Ainsi, en 2011, le Musée d'Orsay lui a consacré un exposition-rétrospective intitulée "Manet, inventeur du moderne"

Affilié de manière prépondérante à l'Impressionnisme, son oeuvre est régulièrement célébrée à l'étranger comme en 2019 avec l'exposition "Manet et la Beauté moderne" au Getty Museum

la visite commentée
la conférence "Toward a Modern Beauty" de l'historien d'art Richard Brettell

en 2013 à la Royal Academy à Londres avec l'exposition "Manet - Portraying Life"

et au Palais des Doges de Venise avec la monstration focale "Manet - Retour à Venise"

Auparant, en 2004 l'Espagne avait célébré l'inspiration hispanisante du peintre avec l'exposition "Manet et l'Espagne" au Musée du Prado à Madrid.

 

#3: Claude Monet

En 2011, la RMN-Grand Palais et le Musée d’Orsay organisait une grande rétrospective de l'oeuvre de Claude Monet la figure de proue de l'Impressionisme.

En 2015, son musée dédié, le Musée Marmottan-Monet avait présenté l'exposition "Monet, Impression soleil levant" qui constituait une approche "biographique" décryptant l'emblématique chef d'oeuvre qui scellait le destin de ce mouvement pictural.

Et d'un peintre plébiscité à l'étranger avec de nombreuses monstrations régulières.

Ainsi, et entre autres, en 2018, "Monet - Les chefs d'oeuvre du Musée Marmottan-Monet" au Vittoriano à Rome.

En 2019 "Claude Monet - Le monde flottant" à l'Albertina Art Musem à Vienne

 

Egalement avec "Monet - The Immersive Experience" à la Galerie Horta à Bruxelles sur le mode de la réalité virtuelle.

Et en 2020 au Kunstmuseum à Bâle avec l'exposition "Tuinien van verbeelding" sur la thématique du jardin

#4 : Raoul Dufy

Le Musée de Montmartre a programmé pour 2021 l'exposition "Le Paris de Dufy" dédiée au peintre surnommé "le peintre de la joie".

Raoul Dufy, qui se définissait comme comme "un moderne classique", à du réalisme impressionniste au post-impressionniste et du fauvisme au cubisme, a exploré tous les langages plastiques des avant-gardes pour forger un style unique privilégiant la couleur, avec une chatoyante palette chromatique, pour traduire tant la lumière que le mouvement.

Ce qui apportait à ses toiles qui déclinaient les thèmes de la modernité, telles l'urbanité et la balnéarité, un air festif et chaleureux, selon sa conception de l’Art, de la Beauté et de la Joie, et valant à celui surnommé "le peintre de la joie" la faveur de la critique, des collectionneurs et du public de son temps comme de ceux d'aujourd'hui avec de nombreuses et régulières expositions notamment en France.

D'autant qu'il s'est également consacré aux arts décoratifs en étant une des figures du mouvement Art déco, de la production textile avec le couturirer Paul Poiret à l'art de la céramique en passant par la gravure et la tapisserie.

En 2017 :

"Raoul Dufy, les couleurs du bonheur" au Musée Jean Cocteau à Nice

la rétrospective "Raoul Dufy, le bonheur de vivre" au Palais Lumière d’Evian

 

 

En 2019 :

"Raoul Dufy au Havre" au MuMa Le Havre

"Dufy, les Années folles" au Musée des Beaux-arts de Quimper

En 2020 :

"Dufy, Londres-Paris-New York" au Palais des Beaux-arts de Lille

à voir en vidéo le documentaire de Jacques Vichet dans le cadre de la série Les Maîtres de la peinture moderne" diffusée sur la chaîne TVmonde

 

        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=