Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nos corps étrangers
Carine Joaquim  (Editions La Manifacture de Livres)  janvier 2021

Et si les éditions de La Manufacture de livres nous refaisait le coup du livre qui sort discrètement, ravi petit à petit ses premiers lecteurs qui, par le biais du bouche à oreilles, lui font connaître le succès (grandement mérité) mais aussi des prix. Si je vous raconte cela, c’est que j’ai eu à la fin de ce livre la même sensation que j’avais eu après la lecture de l’ouvrage de Laurent Petitmangin et son superbe Ce qu’il faut de nuit. Espérons que ce premier roman de Carine Joaquim, Nos corps étrangers connaissent le même succès tant il le mérite.

Carine Joaquim vit à Paris où elle enseigne l’histoire-géographie. Si elle écrit depuis toujours, c’est depuis six ans qu’elle s’y consacre avec ardeur. Nos corps étrangers est donc le fruit de son travail, son premier roman, un livre sensible et troublant d’une grande finesse psychologique qui nous dresse des portraits de femme et d’adolescente tout en nuance.

On suit l’histoire d’une famille constituée d’Elisabeth et de Stéphane, un couple ayant une fille Maeva, qui ont décidé de quitter l’agitation parisienne pour une grande maison à la campagne. C’est pour eux un nouveau départ, ils en sont convaincus et leur grande maison leur permettra de repartir sur de nouvelles bases, de sauver leur couple, fragilisé par une infidélité de Stéphane, de réaliser de vieux rêves, de retrouver le bonheur et l’insouciance. Sauf que Maeva accepte mal son éloignement de ses copines, son nouveau collège qu’elle trouve naze. Elisabeth se remet à peindre dans sa dépendance au fond du jardin, trouvant dans son art un moyen d’exprimer ses émotions. Stéphane lui encaisse les longs trajets pour aller vers son travail comme une pénitence.

On pourrait croire que la vie de cette petite famille repart sur de bonnes bases. Il n’en est rien. Elisabeth et Stéphane sont en souffrance, chacun l’exprimant différemment et leur fille est le témoin de la déchéance de sa famille, dans une période importante pour elle puisqu’elle va connaître son premier grand amour.

Les sentiments s’entremêlent dans l’ouvrage, Stéphane n’aime plus sa femme qui elle n’arrive pas à surmonter sa trahison. Le réconfort, pour eux deux il faudra le trouver à l’extérieur de la cellule familiale, ouvrant l’ouvrage vers de multiples thématiques intéressantes, expliquant le choix du titre de l’ouvrage, ces corps étrangers auxquels vont se frotter les trois personnages principaux qui vont servir d’échappatoires.

Nos corps étrangers n’est donc pas l’histoire banale d’un couple qui se délite avec au milieu une ado qui fait office de victime collatérale. C’est un roman qui intègre avec habilité des histoires et des problème sociétaux dans l’histoire, une analyse de personnages d’une rare finesse et une fin particulièrement inattendue. Les sujets de société sont abordés avec justesse et le personnage de Maeva est d’une justesse rare, sûrement car l’auteure, enseignante, connaît très bien les adolescents.

Alors n’hésitez pas à vous lancer dans la lecture de cet ouvrage qui est déjà pour moi l’un de mes coups de cœur de ces premières lectures de l’année 2021. Les corps étrangers devrait rencontrer le succès qu’il mérite pour pourquoi pas marcher dans les pas de Laurent Petitmangin. C’est tout ce qu’on lui souhaite.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=