Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Baiser ou faire des films
Chris Kraus  (Editions Belfond)  janvier 2021

Après la claque reçue par la lecture du premier ouvrage publié en France de Chris Kraus, un certain La fabrique des salauds, j’avais hâte de lire un autre ouvrage de cet auteur allemand qui nous avait offert un roman d’une grande ambition, salué par la critique.

Ce dernier ouvrage, au titre particulièrement original, mais surtout plutôt provoquant brille par sa légèreté et la fantaisie quand son précédent roman se caractérisait par sa gravité. Ici, c’est un roman plutôt puissant et drôle qu’il nous propose, raconté sous la forme d’un journal posthume, dans lequel Chris Kraus poursuit son exploration de ces familles qui sont hantées de fantômes nazis. Le tout sur un fond d’hommage au cinéma et à la scène artistique et littéraire des années 90.

Au cœur de cet ouvrage se trouve un jeune étudiant Berlinois, un certain Jonas Rosen qui cherche dans le New-York des années 90 l’inspiration au film qui doit lui servir de projet d’études. Là, dans un quartier malfamé où résonnent encore les pas de Kérouac et Ginsberg, Jonas fait des rencontres surprenantes comme celle avec Jeremiah, ponte du cinéma, obèse et dépressif, qui l’introduit dans le milieu de l’underground. Il rencontre Nele aussi, une étudiante allemande qui deviendra un temps sa muse.

Ce que tente d’oublier Jonas, c’est Mah, son amour mythomane et jalouse, restée à Berlin mais aussi Paula, une tante qui vit à New-York et qu’il refuse de voir, tant il cherche à échapper à son histoire, une histoire familiale complexe et terrible autour du nazisme, qui ferait pourtant un sujet idéal pour un film. Son grand-père qu’il aimait beaucoup fut un chef SS, responsable de la mort de nombreux juifs en Lettonie. Un grand-père qui a sauvé Paula de la mort. Une histoire de grand-père qui hante l’œuvre de cet auteur puisque le précédent ouvrage parlait déjà de son grand-père.

L’histoire nous est donc racontée par la fille du narrateur qui dès le début de l’ouvrage nous explique son choix, en moins de trois pages, de publier le journal de bord de son père, tenu pendant son voyage à New-York. Jonas nous le dit dès les premières pages, il ne veut pas faire "un film à la con sur les nazis", il préfère s’orienter sur un film sur le sexe (mais sans sexe).

Même si j’ai apprécié l’humour de cet ouvrage et les passages parfois hilarants, je dois bien avouer que j’ai quand même préféré La fabrique des salauds qui malgré sa densité importante m’a beaucoup plus intéressé. Baiser ou faire des films reste une rafraîchissante lecture qui croise plusieurs histoires dans l’Histoire, nous faisant rencontrer des personnages extravagants.

De la dérision et une bonne dose d’humour, il n’en faut pas plus pour avoir la sensation d’avoir lu, non pas l’un des livres de l’année, mais un bon bouquin d’un auteur que je vais continuer de suivre car je m’interroge sur le sujet qu’il pourra prendre pour son prochain roman.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "La fabrique des salauds" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Chris Kraus


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=