Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Situation (Jérusalem - Portraits sensibles)
L'Echangeur  (Bagnolet)  fevrier 2021

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Bernard Bloch, avec Bernard Bloch, Etienne Coquereau, Hayet Darwich, Rania El Chanati, Camille Grandville, Daniel Kenigsberg, Muranyi Kovacs, Jonathan Mallard, Zohar Wexler et le musicien Arnaud Petit ou Yannick Lestra.

Dans "La Situation", sous-titrée "Jérusalem-Portraits Sensibles", Bernard Bloch poursuit un travail sur la Palestine commencé par un livre "10 jours en terre ceinte" et développé au théâtre avec "Le Voyage de D. Cholb, penser contre soi-même".

Partant de la même conviction qu'Albert Memmi, qui répétait inlassablement qu'il n'y a au monde aucune "Terre Saine", Bernard Bloch n'a pas voulu faire entendre ni confronter des discours, mais faire entendre des paroles. Des dizaines de paroles exposant la complexité d'une situation où politique, géopolitique et faits religieux se sont mêlés inextricablement au service du pire.

Il faut préciser d'emblée que l'action du drame plein de larmes, de sang et de sueur qui est décrit ici l'est sans parti pris ni propos outrageusement passionnés, on pourrait presque dire sans élever les voix ni faire d'effets de manche,et se déroule dans un passé très récent.

Le président Trump n'est pas encore passé par là et si Jérusalem est le lieu où sont rassemblés des êtres et des populations aux destins contraires et suscite des espoirs et des désespoirs fort contrastés, elle n'a pas encore changé de statut, n'est pas encore devenue la Capitale de l'État d'Israël.

Dans "La Situation", cette dernière péripétie, que d'aucuns considèrent comme un événement fondamental, source de nouvelles tensions communautaires, n'est même pas évoquée par un seul personnage parmi les dizaines qui témoignent.

Ils sont huit comédiens (Etienne Coquereau, Hayet Darwich, Rania El Chanati, Camille Grandville, Daniel Kenigsberg, Muranyi Kovacs, Jonathan Maillard et Zohar Wexler), aussi convaincus que convaincants et de toutes origines, à interpréter les gens, généralement de bonnes volontés, que Bernard Bloch a interrogés à Jérusalem.

Dans une première partie, celle où la raison gagne sur la déraison, il part d'une école, quasi unique à Jérusalem, où les enfants, juifs et arabes, apprennent à la fois l'arabe et l'hébreu, et découvrent ensemble ce qu'ils sont ou ne sont pas. Cette belle utopie, on la retrouve chez bien des intervenants qui suivent ces premiers témoignages. On est surpris d'entendre dans des paroles parfois totalement contradictoires le même amour pour cette ville dont ils sont tous les habitants.

Dans la seconde partie, on notera plus volontiers les lignes de fracture et l'on retrouvera, hélas, le marasme dans lequel flotte la ville. Les colères et les haines sont toujours là, surtout quand règnent de criantes iniquités dont les check-point ne sont que la face immergée.

Il faudra les involontaires chants des oiseaux enfermés dans des cages placées sur quelques-unes des chaises qui peuplent une scène, occupée également par une grande tente blanche pour apporter un peu de gaité dans cet univers brutal.

Dans cette ultime partie, le fouillis de chaises a fait place à une "forêt" bien rangée, comme si les paroles et les arguments allaient devenir plus mécaniques, plus simplistes. Bernard Bloch a beau faire appel à Fassbinder et à l'idée qu'il se fait du bonheur, il sait que la route sera longue pour que ce vocable prenne sens pour tout le monde.

La "Situation" est un constat qui cherche à ne pas admettre la victoire des forces rétrogrades qui la considèrent pourtant définitive. Ce travail puissant et sans concession entame peut-être une vraie résistance à bas bruit dont on espère que les fruits seront féconds bien plus rapidement qu'on ne le pense.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=