Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nanar Story ... and the winner is...
 #11 à 17 

#11 - Le Boob's Land de Russ Meyer

En 1950, Russ Meyer, surnommé 'le Walt Disney du porno", invente le genre du "nudie" avec un film muet intitulé "The Immoral Mr. Teas" et devient dans les années 70 "Le saint des seins" avec notamment la série des Vixens, aux 'emblématiques et kitchissimes opus, avec pour protagonistes des nymphomanes vengeresses pourvues d'une d'opulente et exubérante poitrine écumant joyeusement la campagne américaine.

A juger sur pièce en DVD

//player.allocine.fr/19377939.html

#12 - Jean Girault explose le box office avec la saga des Gendarmes de Saint Tropez

Inscrit dans le genre du film comique des années 60 avec des opus au titre significatif, "Les pique-assiettes" "Le mille-pattes fait des claquettes" et "Les murs ont des oreilles", le réalisateur et scénariste Jean Girault décroche la timbale en 1964 avec "Le Gendarme de Saint-Tropez".

Le film avec au générique avec Louis de Funès et ses autres acteurs fétiches - Michel Galabru, Jean Lefebvre, Guy Grosso, Michel Modo, Christian Marin et Claude Gensac, explose le box office tout comme les cinq autres épisodes de cette saga des tribulations franchouillardes de la marée-chaussée tropézienne.

//player.allocine.fr/19377939.html

#13 - Jean Rollin, roi incontesté du bide

Cinéaste aux multiples pseudonymes, Jean Rollin n'est pas prophète en son pays mais culte aux Etats-Unis avec une filmographie de 31 films, notamment opérée dans les décennies 70-80.

En effet, il ne connaitra pas le succès du public potentiel pour ses oeuvres de commande notamment dans le registre X ni pour ses créations ressortant à un syncrétisme fantastico-érotico-poétique dont les topos, les femmes vampires en nuisette et l'érotisme saphique, sont déclinés dès ses premières réalisations.

Et pas davantage l'éventuelle reconnaissance de la critique pour ses productions expérimentales personnelles dont les dernières "La Nuit des horloges" avec Ovidie, "Lèvres de sang" avec Claudin Beccarie, "Les Raisins de la mort" avec Brigitte Lahaie et "Le Masque de la Méduse".

#14 - Roger Corman, le Pape du cinéma de genre

Réalisateur de films de série B "low cost" notamment dans le genre du fantastique et de l'épouvante façon "Grand Guignol" et à la manière "American Gothic, l'américain Roger Corman s'avère le Speedy Gonzalès du tournage, ayant établi un record inégalé à ce jour avec le long métrage "La Petite boutique des horreurs" bouclé en moins de trois jours considéré néanmoins comme une réussite.

Egalement prolifique producteur au sein de son studio l'American International Pictures qui a donné leur chance à de nombreux cinéastes, et inspiré beaucoup d'autres dont Tim Burtonet révélés des acteurs aujourd'hui aussi reconnus que "bankables" de Martin Scorsese à Francis Ford Coppola en passant autres, par Peter Bogdanovich et Joe Dante, et de Jack Nicholson à Sylvester Stallone et Robert de Niro.

Comme il l'indique dans ses mémoires "sans perdre un centime", l'ensemble de sa prolifique carrière, pour le meilleur et pour le pire et comme il l'indique dans ses mémoires sans avoir perdu un centime, lui a valu un Oscar d'honneur en 2010.

Une carrière qui navigue de l'horrifique, qu'il invente, à la science-fiction et de l'aventure sous testostérone avec bikers et motoracers au genre W.I.P. avec femmes dénudées et même au psychédélique en acteur de la contre culture ("The Trip" avec à l'affiche Peter Fonda, Susan Strasberg, Dennis Hopper et Bruce Dern)

Et certains de ses opus, dont, au début des années 60, les adaptations des nouvelles d’Edgar Allan Poe, avec notamment Vincent Price, constituent de véritables pépites à découvrir d'urgence.


#15 - Michel Lemoine le champion du nanar érotique made in France

De l'érotisme bon enfant ("Les Petites saintes y touchent") au pornographique ("Marilyn, mon amour") en passant par une tentative surréalistico-horrifique ("Les Week-ends maléfiques du Comte Zaroff"), l'acteur et réalisateur Michel Lemoine signe sous on nom et divers pseudonymes une belle filmographie dans le registre du cinéma d'exploitation des années 70 dans lesquels il décline ses goûts personnels et paye souvent de sa personne.

#16 - Les Frères Norris font la paire

Icône du nanar-action et action-movie star des décennies 80-90 Chuck Norris tourne une vingtaine de films durant cette période dont plusieurs sous la direction de son cadet Aaron Norris qui sévit dans le même registre mais de manière moins stakhanoviste.

Et ils se retrouvent une dernière fois en 2005 dans une version cinématograhique de la fameuse série télévisée fleuve etculte "Walker, Texas Ranger" dans laquelle Chuck Norris tient le rôle principal.

#17 - Dario Argento le Maître du Giallo

Meurtre sanglant, épouvante et érotisme constituent les codes du film d'exploitation transalpin, le "giallo", qui a sévit dans les décennies 1960-80 dans lequel s'inscrit la filmographie emblématique du réalisateur italien Dario Argento qui n'a pas raccroché la caméra avec "Dracula 3D" en 2012 et dont est attendu la sortie en 2021 de l'opus intitulé "Lunettes noires".

Esthétique baroque, bandes-son mémorables, dont celles composées par Ennio Morricone et le groupe de rock progressif groupe Goblin, accompagnent les exactions commises par des psychokillers et hybridation du fantasme et du cauchemar caractérisent une filmographie foisonnante.

Du meilleur inspiré des années 70 avec notamment la triologie dite animalière ("L'oiseau au plumage de cristal", "Le Chat à neuf queues" et "Quatre mouches de velours gris") et "Les Frissons de l'angoisse" au pire de la ringardise kitsch des années 90 ("Trauma", "Le Fantôme de l'Opéra")

alternant avec une incursion dans le fantastique avec la trilogie des Enfers ("Suspiria", "Inferno" et "La Troisième mère") voire le surnaturel ("Phenomena").

 

        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=