Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Histoire de l'armée italienne
Hubert Heyriès  (Editions Perrin)  février 2021

Mes origines italiennes ne pouvaient que me guider vers ce très bel ouvrage portant sur l’Histoire de l’armée italienne écrit par Hubert Heyriès et publié aux éditions Perrin. Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Montpellier, l’auteur a déjà publié de nombreux ouvrages portant sur l’Italie.

L’ouvrage débute par une excellente introduction dans laquelle l’auteur revient sur deux dates. Celle de la naissance de l’armée italienne, le 4 mai 1861, au cours du processus laborieux de l’unification du pays montrant comment elle a été pour les italiens l’interprète d’un sentiment national commun et un facteur de cohésion. Il revient ensuite sur un discours du président italien Giorgio Napoletano du 4 mai 2011, discours aux soldats dans lequel il soulignait la connexion du fait militaire et du fait politique dans l’unité de la nation italienne.

Assez rapidement après sa naissance, cette armée italienne a dû faire face à un grand nombre de guerres éprouvantes qu'elles soient nationales, coloniales, mondiales ou civiles. L’armée italienne a dû aussi s’adapter à de nombreux régimes politiques de la monarchie à la République en passant par le fascisme mussolinien, en ayant subi des défaites et des débâcles importantes, mais aussi remporté des victoires.

Pour rédiger cet ouvrage, l’auteur a effectué un formidable travail de recherche, expliquant ses difficultés en introduction, montrant que l’histoire militaire italienne a connu une véritable révolution depuis une quarantaine d’années grâce aux travaux d’historiens italiens. Il s’est donc appuyé sur une vaste bibliographie et sur une quantité considérable d’archives civiles et militaires qui lui permettent de décrire minutieusement la montée en puissance de l’armée italienne par étapes successives en montrant comment et à quel point elle incarne depuis sa création les vicissitudes de l’histoire de l’Italie jusqu’à faire corps avec elle.

Le début de l’ouvrage revient sur l’héritage complexe de cette armée italienne lié à l’histoire de l’Italie, à son morcellement territorial, politique, économique et culturel dans lequel chaque Etat avait sa propre armée. Il nous raconte ensuite les premiers pas difficiles de l’armée italienne à partir de 1861 en nous montrant comment "la piémontisation" des forces armées rencontra de fortes résistances qu’il a fallu réprimer par la force et dans le sang. L’unification du jeune royaume se fit enfin par la guerre contre l’Autriche et contre le Pape à Rome. L’armée italienne dut aussi faire face au brigandage dans le sud.

L’unification du royaume permit une croissance spectaculaire des forces armées italiennes, une organisation se mit en place autour de Ricotti Magnani qui uniformisa l’armée et créa le corps des chasseurs alpins.

Cette croissance fut vite stoppée à la fin du 19ème siècle par une crise économique et sociale qui toucha l’Italie en ayant des répercussions sur l’état des forces armées italiennes. Vient alors le temps du déclin et de l’antimilitarisme. Les dépenses militaires baissent, la marine s’affaiblit et les italiens subissent une amère débâcle à Adoua en 1896.

L’armée italienne va ensuite connaître la Première Guerre mondiale, un chapitre nous explique comment Salandra rend caduque la Triplice lorsque l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie. Le 3 août 1914, l’Italie se déclare officiellement neutre, position rapidement contestée par les nationalistes et les mussoliniens.

Les chapitres suivants consacrés à l’armée et au fascisme italien m’ont particulièrement intéressé. La politisation de l’armée nous est expliquée, son questionnement sur sa fidélité et ses tentatives de sédition aussi jusqu’à son alliance avec Mussolini. On voit bien ensuite comment le Duce comptait s’appuyer sur l’armée pour faire de l’Italie un Empire, en Afrique du Nord et en Méditerranée.

Les chapitres concernant la Seconde Guerre mondiale sont riches de détails concernant l’armée italienne qui mena une guerre subalterne aux côtés de son allié nazi, situation subalterne très mal vécue par les généraux italiens, ce qui peut expliquer l’échec de la coalition italo-allemande. Les chapitres nous permettent d’appréhender l’absence d’une économie de guerre en Italie, l’échec de la mobilisation des esprits et des hommes qui aboutit à l’invasion de l’Italie en 1943, synonyme de déchirure dans cette armée italienne (qui fait aussi l’objet d’un chapitre).

La suite de l’ouvrage traite donc de l’après-guerre, du temps de la renaissance et de la refondation de l’armée italienne, des doutes qui s’installèrent dans les années 70 et 80 avec les années de plomb et de la quête plus récente d’un nouveau modèle de défense à la fin de la guerre froide.

Vous l’avez donc compris, cet ouvrage d’Hubert Heyriès est donc extrêmement complet sur le sujet de l’armée italienne. Passionnant et érudit, nul besoin d’en dire plus pour vous convaincre que c’est un ouvrage magistral et une référence sur le sujet.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=