Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Aucune terre n'est promise
Lavie Tidhar  (Editions Mnémos)  janvier 2021

Voilà encore une maison d’édition et un auteur que je ne connaissais pas. A l’écriture, un certain Lavie Tidhar, écrivain d’origine israélienne, auteur d’un roman qui a remporté le World Fantasy Award 2012 mais aussi chroniqueur pour le Washington Post. Aucune terre n’est promise est un polar sur fond d’uchronie, autour d’une histoire de monde parallèles associée à Israël.

L’introduction nous explique que la génèse de l’ouvrage vient de la lecture d’un rapport d’une expédition sioniste en Afrique datant de 1904 qui avait pour but de trouver un territoire aux juifs. Une terre est alors trouvée en Ouganda, jugée inhospitalière par le congrès sioniste de l’époque. Le projet est alors abandonné.

Lavie Tidhar, lui, remet en selle ce projet, par son ouvrage. Il imagina alors que ce projet est validé et que la Palestine s’installe au cœur de l’Afrique. Evidemment, dans ce contexte, l'histoire n’est plus la même, le génocide des juifs n’existe plus et Hitler est assassiné. On a donc une histoire modifiée mais quand même une histoire qui semble se répéter, les juifs installés occupent ici un territoire peuplé par des populations africaines et Arare city, la capitale, devient la cible d’attaques terroristes contre l’occupation. Tiens, ça nous rappelle quelque chose !

Dans Aucune terre n’est promise, l’histoire tourne autour du personnage Lior Tirosh qui décide de revenir dans son pays natal, La Palestina, un pays situé en Afrique. La Palestinia est un pays qui a été donné aux juifs au début du 20ème siècle comme terre de refuge suite aux persécutions dont ils sont victimes. Cela fait déjà bien longtemps qu’il n’était pas revenu dans ce pays de naissance.

Il espère retrouver à Ararat City la chaleur du foyer mais rien ne se passe comme prévu. Il se retrouve avec un cadavre sur les bras, se retrouve donc accusé de meurtre. Il découvre un pays en proie à de nombreuses tensions, menacé par des terroristes et des pays voisins. La ville est ceinturée par un mur immense et sa nièce, une certaine Déborah, a disparu dans les camps de réfugiés africains. Traqué, soupçonné de meurtre, offert en pâture à un promoteur véreux, Lior est entraîné malgré lui dans les dédales d’une histoire qu’il contribue à écrire.

Cet ouvrage n’est pas simple à ranger dans une catégorie et il est aussi assez déroutant. Il a un côté thriller, une dimension SF et uchronique et en même temps, il nous propose une analyse philosophique qui nous pousse à la réflexion sur la situation de l’état d’Israël.

L’ouvrage est aussi déroutant par sa narration polyphonique avec trois narrateurs principaux qui se croisent et se répondent au fil des pages, avec aussi l’impression qu’ils nous interpellent directement. Tirosh, Bloom et Nur, les trois narrateurs ont en plus l’originalité de parler chacun à une personne du singulier différente. L’utilisation du "il" par Tirosh permet d’avoir une sorte de narrateur extérieur tandis que le "je" du second narrateur, Bloom, montre que Tirosh est suivi par quelqu’un qui raconte ses faits et gestes (Bloom est une sorte d’agent secret dans l’ouvrage) tandis que le "tu" de Nur , une jeune femme vient complexifier la narration, montrant une proximité avec les deux autres et nous questionnant si elle ne nous parle pas aussi.

S’il devait ressortir quelque chose d’important de ce roman, cela serait sûrement le rapport à la terre et à l’identité. On voit bien au travers de cette uchronie qu’une terre que l’on prend, que l’on impose est quasiment toujours une source d’injustice, le terreau de conflits mais aussi d’exploitation. On voit bien l’histoire bégayer ici avec toujours un occupant et un occupé. Les murs ne se ressemblent pas mais ils ont ici la même fonction.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Lavie Tidhar
Le Facebook de Lavie Tidhar


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=