Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Middlewest
Skottie Young & Jorge Corona  (Editions Urban Link)  septembre 2020

Un garçon accompagné d’un renard cynique qui entreprend un périple pour fuir la colère destructrice de son père : aujourd’hui je vous parle de Middlewest, le comics vedette des éditions Urban Link, scénarisé et illustré par Skottie Young et Jorge Corona.

Alors qu’ironiquement ses deux auteurs ont respectivement fait leurs armes chez Marvel et DC, Middlewest s’ancre parfaitement dans la ligne éditoriale moderne d’Urban Link, qui dépoussière le format classique des comics et tous les clichés qu’ils portent.

Abel vit seul avec un père violent. Lors d’une énième dispute qui les oppose, un mot de trop plonge le père du garçon dans une telle rage qu’Abel ne voit pas d’autre issue que la fuite, à tout prix.

Pour échapper à la violence paternelle, le garçon, accompagné d’un renard à l’humour tranchant, se lance alors dans un périple à travers Middlewest et voit son chemin pavé de personnages tous plus hauts en couleurs les uns que les autres parmi lesquels on retrouve un vieux sage vaguement vagabond, une orpheline mécanicienne au caractère bien trempé, une directrice de fête foraine autoritaire, un robot ou encore un troll et des écureuils sanguinaires.

Inutile de faire trop durer le suspense : Middlewest est une pépite. Le trait anguleux, parfois même abrupte et le travail des couleurs apportent une texture singulière aux planches, créant des jeux de lumières et des atmosphères qui nous happent à la manière d’un film d’animation.

La lecture de Middlewest est une expérience surprenante et j’ai compris rapidement que malgré ma tendance naturelle à anticiper tout ce que je lis ou vois, que c’était chose impossible à faire avec ces comics qui ne laissent pas d’autre choix au lecteur que d’oublier les schémas auxquels nous sommes tous habitués pour simplement se laisser porter. J’ai alors été délicieusement surprise par le déroulement du périple d’Abel.

En premier lieu par l’emprunt des codes de genres exceptionnellement divers comme le steampunk, la dystopie, le fantastique voire de contes et légendes, ainsi que l’absence volontaire de repères connus pour le lecteur, ce qui de prime abord peut être déroutant mais crée un univers intemporel d’une richesse folle.

En second lieu par les différents niveaux de lecture offerts par le récit et la qualité de la construction des personnages comme du récit lui-même qui présentent une complexité et une profondeur que je n’aurais pas soupçonnée si je me fiais à la quatrième de couverture.

Et puis, si l’idée d’un petit garçon qui voyage seul avec un renard doué de parole et qui rencontre une série de personnages fantasques peut évoquer Le Petit Prince, ce que nous proposent Skottie Young et Jorge Corona en est en fait très éloigné.

Au cœur de l’histoire d’Abel se trouve la question de l’hérédité et plus largement, le récit aborde la complexité des liens filiaux et le fait avec un formidable équilibre entre légèreté et drame, entre humour et noirceur, sans manichéisme ni raccourcis et au travers de personnages terriblement attachants. Il s’agit d’une quête d’identité effrénée, mue par la colère et la peur. Une tempête émotionnelle à tous les niveaux qui fait défiler les pages à toute vitesse.

Après le premier tome, Anger, primé à juste titre au festival d’Angoulême, le second, Fear, paru en ce début d’année, conserve le même dynamisme et continue à tenir le lecteur en haleine en creusant toujours plus dans la quête d’Abel, mais également dans la psychologie et dans les nuances des personnages.

Le troisième tome, qui est à paraître début juillet 2021 marquera la fin de cette saga déroutante et addictive adaptée à un jeune public (dès 12 ans) autant qu’à un public adulte.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Skottie Young
Le Facebook de Skottie Young


Elie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=