Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jack the ripper - Syd Matters
Le Trianon  (Paris)  1er février 2006

Pour les fans de la première heure, chaque concert de Jack the ripper, toujours trop rare, revêt un caractère d'événement.

Après deux albums d'une rare qualité, leur 3ème opus Ladies first sorti en XXX révèle la grande maturité d'un groupe singulier qui a su réunir autour d'un frontman, chanteur-auteur, charismatique des musiciens de qualité, et dont les compositions prennent une belle ampleur.

Cet album abouti et riche dans lequel on retrouve le son et l'univers uniques du groupe reçoit un accueil plus que mérité.

Ambiance feutrée, le public est assis et attend les Jack The Ripper de pied ferme. Syd Matters, en formation réduite à un trio qui paraît minuscule sur le devant de la grande scène du Trianon, ouvre la soirée. 3 guitares, parfois un clavier, et 40 minutes parsemées de quelques belles mélodies de pop acoustique.

Car le coeur n'y est pas vraiment, ni du côté du public qui attend l'univers dense des Jack the ripper, même s'il ne faillit pas aux applaudissements de politesse, ni du côté de Syd Matters qui, un peu désenchanté, lâche un "Salut, on est la première partie" et "Bon là faut qu'on remercie les Jack the ripper de nous faire jouer ce soir".

Quelques minutes pour le changement de scène, et la grande scène du Trianon devient presque trop exigüe pour les 9 membres de Jack the ripper qui ont choisi d'interpréter "From my veins to the sea" en ouverture.

Le concert démarre timidement d'abord.

Puis les vrombissements de la batterie et de la basse nous emportent immédiatement dans l'univers paradoxalement sombre et joyeux de Jack the ripper.

Au chant, Arnaud, très pale, les yeux cernés de noir, maîtrise parfaitement sa voix atypique et les ovations ne se font pas attendre.

Au programme les nouveaux titres bien évidemment avec "From my veins to the sea", "Hungerstrike at the supermarket", le dissonant "Goin' down", "I was born a cancer" sur lesquels les duos de voix avec une jeune femme ou les chœurs assurés par le trompettiste ou le violoniste en renforcent l'effet.

Débordants d'énergie les musiciens ont gagné en assurance et confiance au fil des tournées.

Leur grande complicité rend leur jeu plus naturel, plus fluide et moins appliqué.

Le groupe nous gratifie également d'une reprise de Léonard Cohen ("Manhattan") et a invité Sébastien Schuller pour un duo étonnant et détonnant, tant pour la voix que le look, sur "Old stars"

Les morceaux emblématiques de leurs précédents opus I'm coming ("Escape", "Martha" et son violon rageur, la ballade d "Her ghost") et The book of lies ("Prayer in a tango", "Dog meets wolf", "The assassin" toujours aussi furieux) constituent des incontournables qui donnent sur scène toute leur puissante et leur richesse.

Le public est comme fou quand le tambour est amené sur scène, ce tambour sur lequel Arnaud frappe comme un dément et qui est devenu un des must cathartiques du groupe "Party downtown".

Ces anciens titres graves et poétiques, se mêlent brillamment aux nouveaux, tout simplement beaux, dans une unité confondante démontrant si besoin était la forte cohérence de ce groupe tant artistique qu'humaine et leur capacité à maintenir un son unique

Doux, puissant, inspiré, émancipé de ses influences (Nick Cave en tête), Jack The Ripper est devenu une excellente référence qui a prouvé ce soir qu'il était un vrai groupe de scène en pleine évolution.

Le set s'achève sur un "Feral buddleia" apocalyptique. La salle est en liesse et n'en finit pas d'applaudir et de trépigner.

En rappel, le très beau et émouvant "Son of…" rarement joué en concert sur lequel Arnaud s'installe sur une chaise avec une guitare et "I used to be a charming prince" tout en montée progressive en puissance affectionnée par le groupe.

Insatiable, la salle demande un second rappel qui ne pourra être effectif, malgré la bonne volonté du groupe, sa playlist confirmant la programmation d'autres titres, en raison des contraintes horaires de fermeture des salles de spectacles parisiennes ainsi que l'explique Bruno fort contrit.

Qu'à cela ne tienne ! Il suffit de retourner les voir au cours de leur tournée "First lady tour" qui passera notamment par la Flèche d'Or le jour des amoureux.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album I'm Coming de Jack the Ripper
La chronique de l'album Ladies first de Jack the Ripper
Jack the ripper en concert à L'Européen (12 juin 2003)
Jack the ripper en concert à La Clef (14 novembre 2003)
Jack the ripper en concert à l'Elysée Montmartre (9 juin 2004)
Jack the ripper en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (dimanche)
Jack the ripper en concert au Poste à Galène (19 mai 2006)
Jack the ripper en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Jack the ripper en concert à Passagers du Zinc (6 octobre 2006)
L'interview de Jack the ripper (10 avril 2003)
L'interview de Jack the ripper (13 novembre 2003)
L'interview de Jack the Ripper (13 octobre 2005)
L'interview de Jack The Ripper (30 avril 2006)
La chronique de l'album Ghost days de Syd Matters
La chronique de l'album Brotherocean de Syd Matters
Syd Matters en concert à La Cigale (5 octobre 2005)
Syd Matters en concert à L'Antipode (5 novembre 2005)
Syd Matters en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
Syd Matters en concert au Splendid (dimanche 17 avril 2011)
Syd Matters en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - dimanche
Syd Matters en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
L'interview de Syd Matters (14 décembre 2007 )

En savoir plus :

Le site officiel de Jack the ripper
Le site officiel de Syd Matters

Crédits photos : David (plus de photos sur Taste of indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Syd Matters (14 décembre 2007)


# 13 juin 2021 : Culture à gogo

Avant la pause estivale (toute relative), on ne chôme pas sur Froggy's Delight. Avant d'attaquer le sommaire de la semaine, voici le replay de la Mare Aux Grenouilles #29 mais aussi celui de l'interview de Half Bob et Raymonde Howard pour leur Bd-Disque "the Year Loop Broke". Merci de votre soutien !

Du côté de la musique :

Rencontre avec Alice Animal à l'occasion de son CONCERT (oui oui) au Festival Poly'sons de Montbrison
"Since 1966" de Jean Philippe Fanfant
"Sentimental" de Johnny Mafia
"Nowhere land" de Karkara
"Peache of mine " de Laura Prince
"Dominique Pagani 5/5 et La Ritournelle" de Listen In Bed
"Cyclotimic songs" de Marc Sarrazy & Laurent Rochelle
"Kaboom" de Michel Meis 4tet feat. Theo Ceccaldi
"Secret place" de Noé Clerc Trio
"Gerry (music inspired by the motion picture)" de Ô Lake
"Countdown" de Simon Moullier
"Sous la peau" de Versari
et toujours :
"Cavalcade" de Black Midi
"Years in marble" de Raoul Vignal
"Damnatio Memoriae" de Syd Kvlt
"(n) Traverse Vol. 1" de Warren Walker
"Schubert, Symphonie N°5 & Haydn, Symphonie N°99" de Concentus Musicus Wien & Stefan Gottfried
"After the rain" de Indolore
"Dominique Pagani 4/5", avant dernier volet thématique de Listen in Bed
"Amore, disamore" de Olivier Longre
"Oslo tropique" de Oslo Tropique

Au théâtre :

les nouveautés :
"Tout le monde ne peut pas être orphelin" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Et c’est un sentiment qu’il faut déjà que nous combattions je crois" au Théâtre Paris-Villette
"Pelléas et Mélisande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Powder Her Face" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Aux poings" au Théâtre de la Tempête
"Je suis le vent" au Théâtre de la Bastille
"La Veilleuse, cabaret holographique" au Centquatre
les reprises :
"Soeurs" au Théâtre de la Colline
"Un Poyo rojo" au Théâtre du Rond-Point
"Sherlock Holmes et le mystère de la vallée de Boscombe" au Grand Point Virgule
"Matthieu Penchinat - Que fuis-je ?" au Théâtre du Marais

Expositions :

les nouveautés :
"Dans les têtes de Stéphane Blanquet" à la Halle Saint-Pierre
"Victor Hugo - Dessins - Dans l'intimité du génie" à la Maison de Victor Hugo
"Augustin Rouart - La peinture en héritage" au Petit Palais
déjà à l'affiche :
"L'Empire des sens de Boucher à Greuze" au Musée Cognacq-Jay
"Pierres précieuses" au Muséeum national d'Histoire naturelle
"Elles font l'abstraction" au Centre Pompidou
"Peintres femmes, 1780-1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Moriyama – Tomatsu : Tokyo "à la Maison Européenne de la Photographie
"Tempêtes et Naufrages - De Vernet à Courbet " au Musée de la Vie romantique
"Edition Limitée - Vollard, Petiet et l’estampe de maîtres" au Petit Palais
"Divas - D'Oum Kalthoum à Dalida" à l'Institut du Monde Arabe
"L'Heure bleue de Peder Severin Krøyer " au Musée Marmottan
"Dali, l'énigme sans fin" à l'Atelier des Lumières
"Gaudi, architecte de l'imaginaire" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Médecin de nuit" d'Elie Wajeman
"Seize printemps" de Suzanne Lindon
"Josée, le tigre et les poissons" de Kotaro Tamura
"Il n'y aura plus de nuit" d'Eléonore Weber
at home :
"Les garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour au temps du no man's land" de Florian Aigner
"Volt" de Tarek Ehlail
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Kanal, ils aimaient la vie" de Andrzej Wajda
"New York 1997" de John Carpenter

Lecture avec :

"De la guerre" de Jean Lopez
"Hamnet" de Maggie O Farrell
"Les heures furieuses" de Casey Cep
et toujours :
"Minuit à Atlanta" de Thomas Mullen
"Les pièces manquantes" de Manon Gauthier
"Le roman des damnés" de Eric Branca
"La fille à la porte" de Veronica Raimo

Du côté des jeux vidéos :

Des streams tous les jours à 21H sur la chaine twitch de Froggy's Delight.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=