Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hans Rott
Orchestral Works  (Capriccio)  janvier 2021

"Von dem Manne werden Sie noch Großes hören!" Anton Bruckner

"It is completely impossible to estimate what music has lost in him : His genius soars to such heights even in this first symphony, written at the age of twenty. It makes him, without exaggeration, the founder of the new symphony as I understand it." Gustav Mahler

"The founder of the new symphony as I understand it" Gustav Mahler

26 ans, ce n’est pas un âge pour mourir, jamais, surtout quand on a un immense talent.

A la fin des années 1980, le musicologue Paul Banks découvre, dans les archives de la Bibliothèque nationale autrichienne, la partition de la Symphonie en mi majeur de Hans Rott. C’est Gerhard Samuel qui la dirigera pour la première fois avec l'Orchestre philharmonique de Cincinnati. Suivrons, pas forcément dans cet ordre : Simon Rattle, Russell Davies et surtout Constantin Trinks avec le Mozarteum Orchestra Salzburg ou Paavo Järvi avec l’Orchestre symphonique de la Radio de Francfort.

Paul Banks n’a pas fait simplement revenir du fin fond de l’oubli une œuvre importante d’un jeune compositeur, qui avait alors 20 ans, et indéniablement talentueux mais il a permis à Hans Rott de retrouver un peu, de lumière. La découverte de cette symphonie provoqua de vives réactions : Hans Rott était-il Mahler avant Mahler ? Sans Rott point de Mahler ? Mahler aurait-il pillé l’œuvre de son ami ? Le temps faisant son affaire les esprits se sont apaisés et nuancés.

Hans Rott est né le 1er août 1858 à Vienne. Il est le fils du comédien Carl Mathias Rott et de la chanteuse et comédienne Maria Rosalia Lutz. Il fait ses études musicales au Conservatoire de musique avec Hermann Grädener (harmonie), Leopold Landskron (piano) mais surtout avec Anton Bruckner (classe d’orgue). Un lien fort s’établit entre les deux hommes qui s’apprécient et s’estiment mutuellement. Rott montre très rapidement des envies de composition : Symphonie en la bémol majeur pour orchestre à cordes, Ouverture d’Hamlet, Ouverture de Julius Caesar, des lieder...

Mais l’œuvre dont il est le plus fier et sur laquelle il fait reposer le plus d’espérance est sa symphonie en mi majeur. Aidé de son mentor, il essaie de la faire jouer par le chef d’orchestre pro musiques nouvelles Hans Richter. Mais ce dernier refuse de la diriger. Rott doit ensuite la montrer à Brahms pour l’obtention d’une bourse d’état. Le refus est cinglant, le compositeur lui conseillant même de renoncer à la composition. Entre Brahms et le jeune Rott se joue une lutte esthétique entre défenseurs d’une certaine tradition conservatrice (Brahms) et un axe plus novateur avec Wagner et Bruckner. Rott doit alors trouver un emploi stable et décide d’accepter le poste de directeur de la musique et chef de chœur d'une chorale à Mulhouse.

Le 22 octobre 1880, il est dans le train qui l’emmène en France. Durant le voyage, un passager près de lui s'apprête à allumer son cigare. Que se passe-t-il vraiment dans la tête de Rott ? D’un coup, il dégaine son revolver et menace l'homme, craignant que Brahms n'ait rempli le train de dynamite... Le 23 octobre, il est emmené à la clinique psychiatrique de l'Hôpital général de Vienne, "dans un état de confusion totale avec délire de persécution". Il n’en ressortira plus. Après une tentative de suicide début 1881, il est interné à l’asile du land de Basse-Autriche. Il y décèdera le 25 juin 1884.

Cette intégrale des œuvres orchestrales et donc un excellent moyen de se rendre compte, n’en déplaise à Brahms, mais il n’est plus là pour en discuter, des qualités d’un grand compositeur en devenir.

Ce n’est pas un secret de dire que l’on entend tout au long de ces œuvres les très fortes influences de Wagner (plus particulièrement dans le Prélude Orchestral en mi majeur, dans les nombreuses citations des Maitres chanteurs, de Lohengrin ou l’Or du Rhin dans la symphonie…) et Bruckner, et que parfois elles peuvent évoquer Mahler dans les expressions, les couleurs, l’harmonie ou les choix d’instrumentations. Les deux étaient amis, rien de surprenant donc.

La première et plutôt imposante symphonie avec ses sonorités héroïques et majestueuses, son écriture dévoilant sa virtuosité et un petit côté studieux (la superbe fugue du final, superbe mais sonnant comme un passage obligé) ne doit absolument occulter le reste des œuvres qui méritent amplement d’être découvertes, comme par exemple la belle ouverture d’Hamlet entre tensions et lyrisme, Christopher Ward et le Gürzenich Orchester Köln se montrent à la hauteur de la tâche avec un un allant communicatif, un sens des dynamiques, du grandiose parfois, un équilibre sonore qui font les belles versions. A découvrir absolument donc !

 

En savoir plus :
Le site officiel de Gürzenich Orchester Köln
Le Facebook de Gürzenich Orchester Köln


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=