Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Vivre la nuit, rêver le jour
Christophe  (Editions Denoël)  avril 2021

Vous connaissez tous, je suppose, ma passion pour ce chanteur français disparu l’an dernier pendant le confinement. Christophe est un artiste qui m’aura accompagné tout au long de ma vie, de ma plus tendre enfance où j’écoutais ses disques dans la voiture de mon père, de ma vie d’étudiant quand je fredonnais ses chansons en très bonne compagnie le soir sur les plages bas-normandes jusqu’à des périodes plus récentes où je prenais un très grand plaisir à écouter ses derniers albums dans mon salon.

Alors l’arrivée d’une biographie du maître ne pouvait m’échapper. Christophe s’apprêtait à publier ses souvenirs quand la mort l’a emportée. Ses souvenirs, et cet ouvrage paraissent donc à l’occasion du premier anniversaire de son décès, publié chez Denoël. A l’intérieur de cet ouvrage, nous retrouvons les souvenirs incandescents de la plus singulière étoile de la chanson française.

Esthète, décadent, obsessionnel, Christophe était un artiste unique, le seul à avoir jeté un pont entre variété et musique expérimentale, le seul à réunir dans ses concerts (des performances poétiques et intimes) un public transgénérationnel et hétéroclite, amateur de tubes autant de frisson underground.

Dandy moderne, il a traversé avec élégance les époques sans jamais se démoder des années 60 et 70 marquées par le succès de "Aline" et de "Les mots bleus" à sa réinvention en icone de la chanson française dans les années 2000 sous l’impulsion de la jeune génération, notamment Sébastien Tellier.

Ce dont nous parle l’ouvrage c’est une existence hors cadre, à contretemps et toujours sur un fil. Christophe s’y dévoile sans filtre, sans jamais se renier. Il nous offre ses souvenirs qui dessinent une autre histoire de la chanson française de ces cinquante dernières années, dont il fut une des plus singulières étoiles.

En lisant l’ouvrage, je me suis rendu compte de la grande sensibilité de cet artiste, mieux compris pourquoi il se couchait si tard, avait tendance à vivre la nuit. Christophe nous parle de son père, de sa famille, de la création du titre "Aline", de sa rencontre avec Jean-Michel Jarre. J’ai découvert certaines de ses amitiés que je ne connaissais pas. J’ai été surpris d’apprendre qui était l’un de ses meilleurs amis, un artiste dont je ne vous dévoilerai pas le nom pour vous donner envie de lire l’ouvrage (voilà quand même ses initiales, D.C, car je sais que cela ne vous permettra pas de le découvrir). On y découvre aussi ses inimités avec un chanteur français célèbre (ici pas d’initiales car vous trouveriez direct qui il est).

Christophe nous parle de son âme collectionneuse, de sa passion pour le juke-box mais aussi pour toutes les sortes de clavier. Il nous parle aussi beaucoup des femmes, de son côté fétichiste, beau parleur mais aussi beau menteur. Le grand amour de sa vie fut Véronique, la mère de sa fille Lucie qui vécut avec lui pendant trente ans.

Sa rencontre avec Bashung, la création de l’album Bevilacqua, sa passion pour les voitures et Enzo Ferrari, sa fille Lucie, son amour du poker, les paradis artificiels, le superbe album Aimer ce que nous sommes construit comme un film sont autant de chapitres passionnants que l’on trouve dans l’ouvrage.

Christophe nous dévoile aussi les artistes qu’ils aimaient comme Sébastien Tellier, David Bowie, Massive Attack, Muse ou encore Lou Reed. La fin de l’ouvrage est constituée d’un recueil de poèmes qui nous prouve que l’artiste, en plus d’être un grand compositeur était aussi un grand écrivain.

L’ouvrage, particulièrement touchant, fait partie de ceux que je vais garder précieusement dans ma bibliothèque.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Christophe
Le Facebook de Christophe


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=