Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Françoiz Breut
Flux Flou de la Foule  (Cinq7)  mai 2021

Flux Flou de la Foule ou Françoiz Breut contre la gorafisation du monde

Le gorafisme consiste à tenir avec aplomb des propos, essentiellement politiques ou de société, au but uniquement communicationnel. Le discours est alors composé d'"éléments de langage" et se moque de la véracité du propos au risque de tomber dans l'absurdité. Plutôt que d'embrasser un sujet dans sa globalité, il en donne une image parcellaire et tronquée, alimente l'analyse des "petites phrases" répétées à l'infini sur les plateaux télévisés et les réseaux sociaux, puis oubliées dès le lendemain, et participe de l'impression de perte de sens, de repères et de confiance que traverse actuellement le monde. Cette gorafisation du monde nous donne l'impression d'évoluer dans un monde flou.

Mais Françoiz Breut est là. Ses chansons nous accompagnent depuis presque un quart de siècle. Avec le temps, le timbre de sa voix a évolué mais les inflexions restent identiques. D'abord interprète, puis désormais autrice, compositrice et interprète, ses mots ne se départissent jamais d'une élégance et d'une sensibilité qui lui sont propres. D'abord cantonnée aux chansons d'amour, elle aborde ici d'autres thèmes, ceux de la ville, de la pollution, de la jungle urbaine, du déracinement, de l'énergie sexuelle ou de l'utra-moderne solitude comme dirait Souchon, tout en offrant souvent un double-niveau de lecture, celui du sensible ou celui du réel. Françoiz Breut fait confiance à l'intelligence de l'auditeur.

Entourée de Marc Melià aux claviers et à la production de Flux Flou de la Foule, ainsi que de François Schulz et Roméo Poirier, Françoiz Breut quitte ici les rivages familiers d'une chanson aux teintes volontiers sépia pour s'aventurer vers des sonorités électropop sans pour autant perdre en émotion et en sensualité. Flux Flou de la Foule aborde plusieurs thèmes, comme autant de vignettes intimes sur le monde qu'elle observe. "Mes péchés s'accumulent" s'impose déjà comme un incontournable de la discographie de Françoiz Breut en raison de sa sensualité, tout comme "Une fissure", magnifique duo avec le chanteur tunisien Jawhar. Peut-être ces vignettes musicales sont-elles le rapport avec son activité d'illustratrice, et la série de collages érotiques qui accompagnait les premiers exemplaires en vente du disque, des petits formats qui révèlent une partie de l'inconscient de l'artiste.

En quittant les mondes imaginaires de ses derniers albums, ceux sur lesquels figurent ses premiers textes teintés de surréalisme, Françoiz Breut entraîne l'auditeur pour des balades où elle dévoile un peu de son quotidien : "De légers silllons en surface / Sur l'épiderme, rien ne s'efface... Je cours pourtant comme si de rien n'était / Le corps, la tête dans mon guidon chromé" ("Mon dedans vs. mon dehors") ou encore "Cherchant notre chemin, on s'était arrêté / dans une ville éventrée, le monde s'embourbait / dans les rues encombrées" ("Dérives urbaines dans la ville cannibale"), Mais aussi ses préoccupations du moment : "D'un point à l'autre, on transite / Sans passeport, près du but. / Les étoiles nous guident, clignotent / Clins d'oeil dans nos nuits trop courtes" ("Juste de passage") ou "Il y a une faille sur le béton / Elle se lézarde, la félure / Le réacteur est en fusion" ("Une fissure").

Avec Flux Flou de la Foule, Françoiz Breut ne cherche pas à séduire l'auditeur pour mieux l'endormir. Au contraire, elle lui dévoile, avec franchise, et même une certaine naïveté, comment elle évolue dans un monde en mouvement, en train de changer, à l'avenir incertain. Et surtout, dès les premiers vers, elle imprime sa patte aux différentes chansons, cette forme de douceur élégante qui s'impose à l'auditeur comme une évidence. Cet album, donc à la fois immédiatement familier et pourtant différent de ceux que Françoiz Breut a sortis auparavant, est une balise pour l'auditeur qui sait qu'il y reviendra souvent alors que, pendant ce temps, le monde autour de lui est en train de perdre le nord.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album A l'aveuglette de Françoiz Breut
La chronique de l'album La chirurgie des sentiments de Françoiz Breut
Françoiz Breut en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (mercredi)
Françoiz Breut en concert au Nouveau Casino ( 15 mai 2009)
Françoiz Breut en concert au Café de la Danse (lundi 18 février 2013)
Françoiz Breut en concert au Trianon (mardi 15 décembre 2015)
La conférence de presse de Françoiz Breut (20 avril 2005)
L'interview de Francoiz Breut (3 janvier 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Françoiz Breut
Le Soundcloud de Françoiz Breut
Le Facebook de Françoiz Breut


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 juin 2021 : Culture à gogo

Avant la pause estivale (toute relative), on ne chôme pas sur Froggy's Delight. Avant d'attaquer le sommaire de la semaine, voici le replay de la Mare Aux Grenouilles #29 mais aussi celui de l'interview de Half Bob et Raymonde Howard pour leur Bd-Disque "the Year Loop Broke". Merci de votre soutien !

Du côté de la musique :

Rencontre avec Alice Animal à l'occasion de son CONCERT (oui oui) au Festival Poly'sons de Montbrison
"Since 1966" de Jean Philippe Fanfant
"Sentimental" de Johnny Mafia
"Nowhere land" de Karkara
"Peache of mine " de Laura Prince
"Dominique Pagani 5/5 et La Ritournelle" de Listen In Bed
"Cyclotimic songs" de Marc Sarrazy & Laurent Rochelle
"Kaboom" de Michel Meis 4tet feat. Theo Ceccaldi
"Secret place" de Noé Clerc Trio
"Gerry (music inspired by the motion picture)" de Ô Lake
"Countdown" de Simon Moullier
"Sous la peau" de Versari
et toujours :
"Cavalcade" de Black Midi
"Years in marble" de Raoul Vignal
"Damnatio Memoriae" de Syd Kvlt
"(n) Traverse Vol. 1" de Warren Walker
"Schubert, Symphonie N°5 & Haydn, Symphonie N°99" de Concentus Musicus Wien & Stefan Gottfried
"After the rain" de Indolore
"Dominique Pagani 4/5", avant dernier volet thématique de Listen in Bed
"Amore, disamore" de Olivier Longre
"Oslo tropique" de Oslo Tropique

Au théâtre :

les nouveautés :
"Tout le monde ne peut pas être orphelin" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Et c’est un sentiment qu’il faut déjà que nous combattions je crois" au Théâtre Paris-Villette
"Pelléas et Mélisande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Powder Her Face" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Aux poings" au Théâtre de la Tempête
"Je suis le vent" au Théâtre de la Bastille
"La Veilleuse, cabaret holographique" au Centquatre
les reprises :
"Soeurs" au Théâtre de la Colline
"Un Poyo rojo" au Théâtre du Rond-Point
"Sherlock Holmes et le mystère de la vallée de Boscombe" au Grand Point Virgule
"Matthieu Penchinat - Que fuis-je ?" au Théâtre du Marais

Expositions :

les nouveautés :
"Dans les têtes de Stéphane Blanquet" à la Halle Saint-Pierre
"Victor Hugo - Dessins - Dans l'intimité du génie" à la Maison de Victor Hugo
"Augustin Rouart - La peinture en héritage" au Petit Palais
déjà à l'affiche :
"L'Empire des sens de Boucher à Greuze" au Musée Cognacq-Jay
"Pierres précieuses" au Muséeum national d'Histoire naturelle
"Elles font l'abstraction" au Centre Pompidou
"Peintres femmes, 1780-1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Moriyama – Tomatsu : Tokyo "à la Maison Européenne de la Photographie
"Tempêtes et Naufrages - De Vernet à Courbet " au Musée de la Vie romantique
"Edition Limitée - Vollard, Petiet et l’estampe de maîtres" au Petit Palais
"Divas - D'Oum Kalthoum à Dalida" à l'Institut du Monde Arabe
"L'Heure bleue de Peder Severin Krøyer " au Musée Marmottan
"Dali, l'énigme sans fin" à l'Atelier des Lumières
"Gaudi, architecte de l'imaginaire" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Médecin de nuit" d'Elie Wajeman
"Seize printemps" de Suzanne Lindon
"Josée, le tigre et les poissons" de Kotaro Tamura
"Il n'y aura plus de nuit" d'Eléonore Weber
Ciné en Bref avec :
"The Father" de Florent Zeller
"Adieu les cons" d'Albert Dupontel
"Promising Young Woman" d'Emerald Fennell
"ADN" de MAïwenn
"L'Etreinte" de Ludovic Bergery
"Garçon chiffon" de Nicolas Maury

Lecture avec :

"De la guerre" de Jean Lopez
"Hamnet" de Maggie O Farrell
"Les heures furieuses" de Casey Cep
et toujours :
"Minuit à Atlanta" de Thomas Mullen
"Les pièces manquantes" de Manon Gauthier
"Le roman des damnés" de Eric Branca
"La fille à la porte" de Veronica Raimo

Du côté des jeux vidéos :

Des streams tous les jours à 21H sur la chaine twitch de Froggy's Delight.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=