Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Françoiz Breut
Flux Flou de la Foule  (Cinq7)  mai 2021

Flux Flou de la Foule ou Françoiz Breut contre la gorafisation du monde

Le gorafisme consiste à tenir avec aplomb des propos, essentiellement politiques ou de société, au but uniquement communicationnel. Le discours est alors composé d'"éléments de langage" et se moque de la véracité du propos au risque de tomber dans l'absurdité. Plutôt que d'embrasser un sujet dans sa globalité, il en donne une image parcellaire et tronquée, alimente l'analyse des "petites phrases" répétées à l'infini sur les plateaux télévisés et les réseaux sociaux, puis oubliées dès le lendemain, et participe de l'impression de perte de sens, de repères et de confiance que traverse actuellement le monde. Cette gorafisation du monde nous donne l'impression d'évoluer dans un monde flou.

Mais Françoiz Breut est là. Ses chansons nous accompagnent depuis presque un quart de siècle. Avec le temps, le timbre de sa voix a évolué mais les inflexions restent identiques. D'abord interprète, puis désormais autrice, compositrice et interprète, ses mots ne se départissent jamais d'une élégance et d'une sensibilité qui lui sont propres. D'abord cantonnée aux chansons d'amour, elle aborde ici d'autres thèmes, ceux de la ville, de la pollution, de la jungle urbaine, du déracinement, de l'énergie sexuelle ou de l'utra-moderne solitude comme dirait Souchon, tout en offrant souvent un double-niveau de lecture, celui du sensible ou celui du réel. Françoiz Breut fait confiance à l'intelligence de l'auditeur.

Entourée de Marc Melià aux claviers et à la production de Flux Flou de la Foule, ainsi que de François Schulz et Roméo Poirier, Françoiz Breut quitte ici les rivages familiers d'une chanson aux teintes volontiers sépia pour s'aventurer vers des sonorités électropop sans pour autant perdre en émotion et en sensualité. Flux Flou de la Foule aborde plusieurs thèmes, comme autant de vignettes intimes sur le monde qu'elle observe. "Mes péchés s'accumulent" s'impose déjà comme un incontournable de la discographie de Françoiz Breut en raison de sa sensualité, tout comme "Une fissure", magnifique duo avec le chanteur tunisien Jawhar. Peut-être ces vignettes musicales sont-elles le rapport avec son activité d'illustratrice, et la série de collages érotiques qui accompagnait les premiers exemplaires en vente du disque, des petits formats qui révèlent une partie de l'inconscient de l'artiste.

En quittant les mondes imaginaires de ses derniers albums, ceux sur lesquels figurent ses premiers textes teintés de surréalisme, Françoiz Breut entraîne l'auditeur pour des balades où elle dévoile un peu de son quotidien : "De légers silllons en surface / Sur l'épiderme, rien ne s'efface... Je cours pourtant comme si de rien n'était / Le corps, la tête dans mon guidon chromé" ("Mon dedans vs. mon dehors") ou encore "Cherchant notre chemin, on s'était arrêté / dans une ville éventrée, le monde s'embourbait / dans les rues encombrées" ("Dérives urbaines dans la ville cannibale"), Mais aussi ses préoccupations du moment : "D'un point à l'autre, on transite / Sans passeport, près du but. / Les étoiles nous guident, clignotent / Clins d'oeil dans nos nuits trop courtes" ("Juste de passage") ou "Il y a une faille sur le béton / Elle se lézarde, la félure / Le réacteur est en fusion" ("Une fissure").

Avec Flux Flou de la Foule, Françoiz Breut ne cherche pas à séduire l'auditeur pour mieux l'endormir. Au contraire, elle lui dévoile, avec franchise, et même une certaine naïveté, comment elle évolue dans un monde en mouvement, en train de changer, à l'avenir incertain. Et surtout, dès les premiers vers, elle imprime sa patte aux différentes chansons, cette forme de douceur élégante qui s'impose à l'auditeur comme une évidence. Cet album, donc à la fois immédiatement familier et pourtant différent de ceux que Françoiz Breut a sortis auparavant, est une balise pour l'auditeur qui sait qu'il y reviendra souvent alors que, pendant ce temps, le monde autour de lui est en train de perdre le nord.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album A l'aveuglette de Françoiz Breut
La chronique de l'album La chirurgie des sentiments de Françoiz Breut
Articles : Listen in Bed - La sélection de Françoiz Breut (émission 13 saison 3)
Françoiz Breut en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (mercredi)
Françoiz Breut en concert au Nouveau Casino ( 15 mai 2009)
Françoiz Breut en concert au Café de la Danse (lundi 18 février 2013)
Françoiz Breut en concert au Trianon (mardi 15 décembre 2015)
La conférence de presse de Françoiz Breut (20 avril 2005)
L'interview de Francoiz Breut (3 janvier 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Françoiz Breut
Le Soundcloud de Françoiz Breut
Le Facebook de Françoiz Breut


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=