Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Moriyama – Tomatsu : Tokyo
Maison Européenne de la Photographie   (Paris)  Du 19 mai au 24 octobre 2021

La Maison Européenne de la Photographie présente l'exposition-événement "Moriyama – Tomatsu : Tokyo" consacrée à deux des photographes qui constituent le quatuor des maîtres de la photographie japonaise de l’après-guerre tous nés dans les années 1930.

Après le Musée Guimet qui, en 2016, a consacré une exposition monographique au sulfureux Nobuyoshi Araki surnommé "le diablotin de la pop culture japonais, et l'édition 2017 des Rencontres de la Photographie d'Arles qui a rendu hommage à Masahisa Fukase, le tourmenté, en 2021, la MEP complète le panorama avec un florilège des oeuvres de Shomei Tomatsu et Daido Moriyama.

Et ce dans une exposition bipartite assurée sous le commissariat de Simon Baker, Frédérique Dolivet et Pascal Hoël, respectivement directeur de la MEP, responsable adjointe des collections et responsable de la collection de photographies et chargé d’exposition.

Sa particularité tient à son élaboration à partir d'une monstration conçue par les artistes eux-même lors du vivant de Shomei Tumatsu décédé en 2012, et enrichie par la MEP, Daido Moriyama et Mme Yasuko Tomatsu avec la collaboration du galeriste et éditeur d'art Akio Nagasawa.

Tomatsu/Moriyama : deux regards pour une photographie documentaire subjective

Centrée sur la capitale japonaise et un travail sériel autour de thématiques intrinsèques à l'urbanité tokyoïte, notamment le très animé quartier de Shinjuku considéré comme le coeur de la contre-culture japonaise, la très large sélection d'oeuvres proposées, dont la plupart inédites en France, et essentiellement en noir et blanc, permet au visiteur d'apprécier le travail de Shomei Tomatsu l'aîné, et de son cadet Daido Moriyama dont il fut l'inspirateur, dans leur approche commune qui ressort à la photographie documentaire.

Une approche subjective avec notamment des scènes saisies au vol et une pratique de la photographie de rue en rupture tant avec l'académisme du genre qu'avec "l'instant décisif" à la Cartier-Bresson.

Shomei Tomatsu, figure culte et presque tutélaire pour ses homologues générationnels, se positionne comme un inlassable chroniqueur du Japon depuis sa reconstruction après le cataclysme nucléaire avec la croyance en la capacité politique de transformer le monde, voire le réinventer, de la photographie.

A ne pas rater son autoportrait et le portrait des trois autres mousquetaires, tous scénarisés tel celui de Fukase en bucolique Adam chasseur de papillons.

Aux espaces à la chromatique poudrée dédiées à Tomatus, succède des salles aux cimaises bleu nuit plongées dans la quasi obscurité pou rintroduire l'univers de Daido Moriyama.

Si comme son maître, il use des flous, liés au mouvement des personnes par exemple, il ne conserve pas les contrastes naturels au tirage, il mise sur des contrastes violents et l'hypersaturation pour accentuer la brutalité et la violence intrinsèque du sujet (séries "Scandalous", "Death and Disaster") qu'il considère comme suffisants sans y ajouter un message informatif ou politique et bannit toute démarche esthétique conception qu'il véhicule dans la bien nommée revue "Provoke" dont il est un des co-fondateurs en 1968.

Comme Tomatsu, Moriyama va évoluer vers un langage plasticien avec la série "Tights in Shimotakaido" pour "créer une belle image" et les série "Lights and shadow" et "Monochrome".

Il se convertit au numérique et à la couleur et la dernière salle présente son travail récent avec "Pretty woman" en 2016, son magazine-rétrospective "Record" publié par Akio Nagasawa et ses différentes techniques de l'argentique au caisson lumineux en passant par le Polaroid.

En (sa)voir plus sur le site officiel de Daido Moriyama.

 
En savoir plus :

Le site officiel de la Maison Européenne de la Photographie

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de la Maison Européenne de la Photographie


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=