Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Silence Radio
Alice Oseman  (Editions Nathan)  juin 2017

L’adolescence, aussi ingrate que fascinante, période de construction, de déconstruction, d’interrogations diverses et, surtout, source d’inspiration inépuisable pour la littérature et le cinéma, entre autres supports artistiques, qui se posent alors en fantastiques témoins d’une époque et d’une génération.

Du haut de ses 26 ans, Alice Oseman, jeune autrice britannique traduite et publiée dans le monde entier, a déjà à son actif la parution de quatre romans, deux romans courts ainsi qu’une saga de romans graphiques en quatre tomes pour laquelle elle a signé une adaptation avec Netflix.

Si chacun de ses livres peut être lu indépendamment des autres (à l’exception des romans graphiques qui se suivent), il est intéressant de voir son œuvre comme un ensemble puisqu’on y retrouve d’un ouvrage à l’autre des personnages gravitant dans un même microcosme. Une publication après l’autre, l’autrice crée ainsi une fresque sur laquelle le lecteur assiste à l’évolution d’un groupe d’adolescents écrits dans un réel souci de représenter avec réalisme une jeunesse très actuelle, dans toute sa diversité et avec les problématiques qui lui sont propres.

Bien que je considère tous les ouvrages d’Alice Oseman intéressants à leur manière, c’est ici son second roman que j’ai envie d’aborder, traduit en français aux éditions Nathan sous le titre de Silence Radio (Radio Silence dans sa version originale).

On y fait la connaissance de Frances, secrètement passionnée par un podcast de fiction dont elle fait des illustrations qu’elle poste sur les réseaux sociaux. Sortie de ce jardin secret, elle est une jeune fille studieuse se consacrant corps et âme à ses études en espérant intégrer Cambridge. Pourtant, sa rencontre forcée avec son taciturne voisin d’en face, Aled, va ébranler ses certitudes et bouleverser son quotidien.

À travers Frances et Aled, Alice Oseman raconte une quête d’identité et d’émancipation sur fond de rapport aux réseaux sociaux et de pop culture. Avec beaucoup de naturel et de douceur, mettant au centre de son récit une amitié forte et touchante, la jeune écrivaine propulse le lecteur et ses personnages au cœur de la jeunesse anglaise, où se mêlent des thèmes tels que la course à l’excellence, la pression sociale, la santé mentale, les relations familiales ou encore l’orientation sexuelle.

L’autrice écrit pour un public qui lui ressemble, pavant ses récits de références comme autant de clins d'œil entendus adressés à ses lecteurs qui se retrouvent aisément dans son univers et aiment y revenir, un "safe space" dans lequel chacun peut trouver sa place.

Alice Oseman, que je comparerais sans mal à Rainbow Rowell (Eleanor & Park, Fangirl), captive et fascine avec simplicité et donne, grâce à sa plume, de la profondeur à une histoire d’apparence banale mais soutenue par des personnages bien écrits et crédibles auxquels on s’attache avec une facilité déconcertante. Prenant des distances avec les clichés qui collent habituellement à la littérature adolescente, Alice Oseman porte à travers son travail un regard critique sur sa génération, qu’elle dépeint avec beaucoup de sincérité, de sensibilité et de fraîcheur tout en célébrant sa diversité. Se plonger dans ses œuvres nous ramène à la douceur de teen movies intemporels et intelligents que l’on regarderait en boucle.

Un roman et une autrice que j’aurais adoré découvrir il y a quelques années, à faire lire aux adolescents comme à ceux qui ne le sont plus.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Alice Oseman
Le Facebook de Alice Oseman


Elie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 juin 2021 : Culture à gogo

Avant la pause estivale (toute relative), on ne chôme pas sur Froggy's Delight. Avant d'attaquer le sommaire de la semaine, voici le replay de la Mare Aux Grenouilles #29 mais aussi celui de l'interview de Half Bob et Raymonde Howard pour leur Bd-Disque "the Year Loop Broke". Merci de votre soutien !

Du côté de la musique :

Rencontre avec Alice Animal à l'occasion de son CONCERT (oui oui) au Festival Poly'sons de Montbrison
"Since 1966" de Jean Philippe Fanfant
"Sentimental" de Johnny Mafia
"Nowhere land" de Karkara
"Peache of mine " de Laura Prince
"Dominique Pagani 5/5 et La Ritournelle" de Listen In Bed
"Cyclotimic songs" de Marc Sarrazy & Laurent Rochelle
"Kaboom" de Michel Meis 4tet feat. Theo Ceccaldi
"Secret place" de Noé Clerc Trio
"Gerry (music inspired by the motion picture)" de Ô Lake
"Countdown" de Simon Moullier
"Sous la peau" de Versari
et toujours :
"Cavalcade" de Black Midi
"Years in marble" de Raoul Vignal
"Damnatio Memoriae" de Syd Kvlt
"(n) Traverse Vol. 1" de Warren Walker
"Schubert, Symphonie N°5 & Haydn, Symphonie N°99" de Concentus Musicus Wien & Stefan Gottfried
"After the rain" de Indolore
"Dominique Pagani 4/5", avant dernier volet thématique de Listen in Bed
"Amore, disamore" de Olivier Longre
"Oslo tropique" de Oslo Tropique

Au théâtre :

les nouveautés :
"Tout le monde ne peut pas être orphelin" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Et c’est un sentiment qu’il faut déjà que nous combattions je crois" au Théâtre Paris-Villette
"Pelléas et Mélisande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Powder Her Face" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Aux poings" au Théâtre de la Tempête
"Je suis le vent" au Théâtre de la Bastille
"La Veilleuse, cabaret holographique" au Centquatre
les reprises :
"Soeurs" au Théâtre de la Colline
"Un Poyo rojo" au Théâtre du Rond-Point
"Sherlock Holmes et le mystère de la vallée de Boscombe" au Grand Point Virgule
"Matthieu Penchinat - Que fuis-je ?" au Théâtre du Marais

Expositions :

les nouveautés :
"Dans les têtes de Stéphane Blanquet" à la Halle Saint-Pierre
"Victor Hugo - Dessins - Dans l'intimité du génie" à la Maison de Victor Hugo
"Augustin Rouart - La peinture en héritage" au Petit Palais
déjà à l'affiche :
"L'Empire des sens de Boucher à Greuze" au Musée Cognacq-Jay
"Pierres précieuses" au Muséeum national d'Histoire naturelle
"Elles font l'abstraction" au Centre Pompidou
"Peintres femmes, 1780-1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Moriyama – Tomatsu : Tokyo "à la Maison Européenne de la Photographie
"Tempêtes et Naufrages - De Vernet à Courbet " au Musée de la Vie romantique
"Edition Limitée - Vollard, Petiet et l’estampe de maîtres" au Petit Palais
"Divas - D'Oum Kalthoum à Dalida" à l'Institut du Monde Arabe
"L'Heure bleue de Peder Severin Krøyer " au Musée Marmottan
"Dali, l'énigme sans fin" à l'Atelier des Lumières
"Gaudi, architecte de l'imaginaire" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Médecin de nuit" d'Elie Wajeman
"Seize printemps" de Suzanne Lindon
"Josée, le tigre et les poissons" de Kotaro Tamura
"Il n'y aura plus de nuit" d'Eléonore Weber
Ciné en Bref avec :
"The Father" de Florent Zeller
"Adieu les cons" d'Albert Dupontel
"Promising Young Woman" d'Emerald Fennell
"ADN" de MAïwenn
"L'Etreinte" de Ludovic Bergery
"Garçon chiffon" de Nicolas Maury

Lecture avec :

"De la guerre" de Jean Lopez
"Hamnet" de Maggie O Farrell
"Les heures furieuses" de Casey Cep
et toujours :
"Minuit à Atlanta" de Thomas Mullen
"Les pièces manquantes" de Manon Gauthier
"Le roman des damnés" de Eric Branca
"La fille à la porte" de Veronica Raimo

Du côté des jeux vidéos :

Des streams tous les jours à 21H sur la chaine twitch de Froggy's Delight.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=