Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Helmut Newton, l'effronté
Gero von Boehm  (juillet 2021) 

Réalisé par Gero von Boehm. Allemagne. Documentaire. 1h29 (Sortie juillet 2021).

Souvent les documentaires qu'on pourrait qualifier de "biopic" ne travaillent pas vraiment leur forme et se contentent d'aligner les documents sur le personnage concerné et les interviews de personnalités qui ont compté dans sa vie.

La réussite de "Helmut Newton, l'effronté" de Gero von Boehm, au contraire, vient de ce qu'elle construit un vrai portrait d'un créateur majeur du vingtième siècle, qui n'a pas simplement photographié ses contemporains mais dont le regard amusé fut l'un des plus avisés sur la société contemporaine, vue sous le prisme et le prétexte des photos de mode qu'on lui commandait dans les plus grands journaux du monde, d'Elle à Vogue.

Ayant déjà consacré un film au couple formé par Helmut et June Newton, devenue elle aussi une très grande photographe de mode sous le pseudonyme d'Alice Springs, et venant hélas de décéder en avril 2021, Gero von Boehm a, cette foi-ci, demandé principalement aux femmes qu'il a photographiées pendant une cinquantaine d'années pour leur plastique, certes, mais surtout pour ce qu'elles dégageaient naturellement.

Des top modèles comme Grace Jones et Claudia Schiffer aux actrices comme Charlotte Rampling et Hanna Schygulla, en passant par la célébrissime Anna Wintour et la chanteuse Marianne Faithfull, toutes les femmes qui ont été magnifiées par Newton, et qui ont été également ses amies, toutes disent combien il a compté pour elles, combien travailler avec lui fut une chance.

Toujours souriant, cet homme qui échappa à la barbarie nazie a traversé son siècle avec une bonhomie bon enfant, un air sinon effronté comme le sous-entend le titre du film mais en tout cas avec un visage rigolard et plein de malice.

Dans une séquence extraite d'un numéro d'"Apostrophes", il fait gentiment face à l'immense Susan Sontag qui le traite de macho et de misogyne, sans pour autant lui jeter l'anathème. Sans se départir de sa bonne humeur, il prétend au contraire être quelqu'un qui a toujours aimé les femmes et n'a jamais, dans toute sa carrière, proposé un cliché qui aurait été dégradant pour elles.

Pendant toute la projection d' "Helmut Newton, l'effronté" de Gero von Boehm, on aura l'occasion de voir des centaines de ses clichés et l'on pourra effectivement constater que rien n'est susceptible d'être considéré comme offensant pour la femme, rien n'entre dans la catégorie du mauvais goût.

Ce qui, un moment, à une époque, fait polémique ou scandale, entre le temps passant dans ce qu'il a réussi de meilleur. Ses photos en noir et blanc s'avèrent presque à chaque fois des marqueurs d'un temps passé.

Faire un film sur Newton, au moment où le féminisme est plus vindicatif, paraît un défi à l'ère de "Me Too" et l'on peut aussi craindre que son esthétique est vieillie. Or, il n'en est rien.

Regarder le travail d'Helmut Newton, au contraire, c'est être nostalgique d'un temps où la "futilité" qu'est la mode était prise au sérieux et produisait du beau, un beau non stéréotypé et en éternel recherche de l'étape d'après.

Comme ces femmes qui ont approché son objectif, on ressent une grande sympathie pour cet homme qui a réussi sa vie à la fois personnelle, avec June-Alice, sa muse et sa partenaire, et professionnelle en contribuant par son art subtil à donner à la mode ses quartiers de noblesse.

"Helmut Newton, l'effronté" de Gero von Boehm est un film qui convaincra de la grande valeur de ce faux-dilettante, de ce faux-provocateur et de vrai amoureux de la vie.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 septembre 2021 : Au revoir l'été

Il n'a jamais fait aussi beau qu'en cette fin d'été, profitons-en pour sortir, au théâtre, au cinéma, au musée, dans vos librairies et chez vos disquaires. Si vous manquez d'idées, voici notre petite sélection de la semaine.

Du côté de la musique :

"Chausson - Ravel - Enescu" de David Grimal & Les Dissonnances
"Marcel Lattès : le diable de Paris" de Les Frivolités Parisinnes
"The Free Design", nouveau mix de la nouvelle saison de Listen In Bed
"Onze heures onze orchestra volume 3" de Onze Heures Onze Orchestra
découvrez Temps Calme, Eau Rouge, The Blinds Suns, Ottis Coeur et The Soulphoenixs dans cette petite sélection
"Hard days fuzzy nights" de The Freaky Buds
"De pelicula" de The Liminanas et Laurent Garnier
"Spaceshipone" de The Volunteered Slaves
et toujours :
"Fever dreams" de Villagers
"Sankofa" de Amaro Freitas
"Incidents" de Black Ink Stain
"Les géantes" de Duo du Bas
"Apocalypsna" de Eliz Murad qui nous en parle en interview
"Saturday night, sunday morning" de Jake Bugg
"Jean Baptiste Lully : Ballet royal de la naissance de Vénus" de Les Talens Lyriques
"Froggy's Delight", le meilleur titre d'émission jamais trouvé, et c'est celui de la première émission de Listen In Bed pour sa saison 3 !
"Vivaldi, l'âge d'or" de Marianne Piketty & le Concert Idéal
"Chrysta bell sings The Cure" de Strange as Angels

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet. Not a musical, not at all" au Théâtre 13-Glacière
"Tu es vraiment si pressé ?" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Le Grand départ" au Théâtre La Flèche
"Guten Tag Madame Merkel" au Théâtre La Flèche
"Premier Amour" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
les reprises :
"Correspondance avec la Mouette" au Théâtre La Reine Blanche
"Al Atlal, chant pour ma mère" à la MC93 à Bobigny
"Karine Dubernet - "Souris pas !" à l'Apollo Comedy
et les autres spectacles de la rentrée

Expositions :

"Vivian Maier" au Musée du Luxembourg
dernière ligne droite pour :
"L'Heure bleue de Peder Severin Krøyer"au Musée Marmottan-Monet
"Divas - D'Oum Kalthoum à Dalida" à l'Institut du Monde Arabe
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
dans le registre Oldies but Goodies "Via Margutta" de Mario Camerini
en streaming gratuit :
"La Fille inconnue" de Jean-Pierre Dardenne et Luc Dardenne
"Sibel" de Guillaume Giovanetti et Cagla Zencirci
un cyle Brunot Dumont en 5 flms
"Twentynine Palms"
"Hadewijch"
"La Vie de Jésus"
"Flandres"
"L'Humanité"

Lecture avec :

"Celle qui brûle" de Paula Hawkins
"Okoalu" de Véronique Sales
"Poudre blanche Sable d'or" de Matthieu Luzak
"Quand tu viens me voir ?" de Charles Berberian
"Shuggie bain" de Douglas Stuart
"Si maintenant j'oublie mon ile" de Serge Airoldi
et toujours :
"L'enfant de poussière, la peste et la vigne" de Patrick K. Dewdney
"L'éternel fiancé" de Agnès Desarthe
"La commode aux tiroirs de couleurs" de Olivia Ruiz
"Les soeurs de Montmorts" de Jérôme Loubry
"Nouvelle histoire de la Shoah" de Alexandre Bande, Pierre Jérôme Biscarat & Olivier Lalieu
"Plasmas" de Céline Minard
"Une autre guerre" de John A. Lynn II

Du côté des jeux vidéos :

"Chivalry 2" sur PS4, PS5, Xbox Series et Windows
"Ghosts'n Goblins Resurrection" sur Switch, PS4, Xbox One et Windows
Des streams tous les jours à 21H sur la chaine twitch de Froggy's Delight.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=