Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Helmut Newton, l'effronté
Gero von Boehm  (juillet 2021) 

Réalisé par Gero von Boehm. Allemagne. Documentaire. 1h29 (Sortie juillet 2021).

Souvent les documentaires qu'on pourrait qualifier de "biopic" ne travaillent pas vraiment leur forme et se contentent d'aligner les documents sur le personnage concerné et les interviews de personnalités qui ont compté dans sa vie.

La réussite de "Helmut Newton, l'effronté" de Gero von Boehm, au contraire, vient de ce qu'elle construit un vrai portrait d'un créateur majeur du vingtième siècle, qui n'a pas simplement photographié ses contemporains mais dont le regard amusé fut l'un des plus avisés sur la société contemporaine, vue sous le prisme et le prétexte des photos de mode qu'on lui commandait dans les plus grands journaux du monde, d'Elle à Vogue.

Ayant déjà consacré un film au couple formé par Helmut et June Newton, devenue elle aussi une très grande photographe de mode sous le pseudonyme d'Alice Springs, et venant hélas de décéder en avril 2021, Gero von Boehm a, cette foi-ci, demandé principalement aux femmes qu'il a photographiées pendant une cinquantaine d'années pour leur plastique, certes, mais surtout pour ce qu'elles dégageaient naturellement.

Des top modèles comme Grace Jones et Claudia Schiffer aux actrices comme Charlotte Rampling et Hanna Schygulla, en passant par la célébrissime Anna Wintour et la chanteuse Marianne Faithfull, toutes les femmes qui ont été magnifiées par Newton, et qui ont été également ses amies, toutes disent combien il a compté pour elles, combien travailler avec lui fut une chance.

Toujours souriant, cet homme qui échappa à la barbarie nazie a traversé son siècle avec une bonhomie bon enfant, un air sinon effronté comme le sous-entend le titre du film mais en tout cas avec un visage rigolard et plein de malice.

Dans une séquence extraite d'un numéro d'"Apostrophes", il fait gentiment face à l'immense Susan Sontag qui le traite de macho et de misogyne, sans pour autant lui jeter l'anathème. Sans se départir de sa bonne humeur, il prétend au contraire être quelqu'un qui a toujours aimé les femmes et n'a jamais, dans toute sa carrière, proposé un cliché qui aurait été dégradant pour elles.

Pendant toute la projection d' "Helmut Newton, l'effronté" de Gero von Boehm, on aura l'occasion de voir des centaines de ses clichés et l'on pourra effectivement constater que rien n'est susceptible d'être considéré comme offensant pour la femme, rien n'entre dans la catégorie du mauvais goût.

Ce qui, un moment, à une époque, fait polémique ou scandale, entre le temps passant dans ce qu'il a réussi de meilleur. Ses photos en noir et blanc s'avèrent presque à chaque fois des marqueurs d'un temps passé.

Faire un film sur Newton, au moment où le féminisme est plus vindicatif, paraît un défi à l'ère de "Me Too" et l'on peut aussi craindre que son esthétique est vieillie. Or, il n'en est rien.

Regarder le travail d'Helmut Newton, au contraire, c'est être nostalgique d'un temps où la "futilité" qu'est la mode était prise au sérieux et produisait du beau, un beau non stéréotypé et en éternel recherche de l'étape d'après.

Comme ces femmes qui ont approché son objectif, on ressent une grande sympathie pour cet homme qui a réussi sa vie à la fois personnelle, avec June-Alice, sa muse et sa partenaire, et professionnelle en contribuant par son art subtil à donner à la mode ses quartiers de noblesse.

"Helmut Newton, l'effronté" de Gero von Boehm est un film qui convaincra de la grande valeur de ce faux-dilettante, de ce faux-provocateur et de vrai amoureux de la vie.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 avril 2024 :Un marathon de nouveautés !

Pendant que ca court dans les rues de Paris et d'ailleurs, on vous a concocté un parcours de découvertes culturelles et variées. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Caché

et toujours :
"Our decisions" de Frustration
"L'amour c'est chiant" de Vanessa Philippe
"Jaffa blossom" de Mohamed Najem
petit focus sur Lisatyd et Fishtalk
"Maurice Ravel, Complete works for solo piano" de Keigo Mukawa
"No friends no pain" de Johnnie Carwash
"Nous célébrer" de Esparto
"Don't be boring" de Dynamite Shakers
"Castèls dins la luna" de CXK

Au théâtre

les nouveautés :

"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
et toujours :
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca

"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez

"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

et toujours :
"L'été d'avant" de Lisa Gardner
"Mirror bay" de Catriona Ward
"Le masque de Dimitrios" de Eric Ambler
"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=