Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce James Blake
Friends That Break Your Heart  (Republic / Polydor)  octobre 2021

Mickaël Mottet : La découverte du dernier James Blake, à l'instar et deux ans après celui d'avant, risque de décevoir les amateurs de la complexité ombrageuse des deux précédents. Blake l'avait pourtant annoncé en ouverture de Assume Form : "I'll leave the ether". C'est donc dans la continuité de ce dernier que Friends That Break Your Heart se glisse (le premier mot prononcé est d'ailleurs "And").

On y retrouve le tropisme Broadway de Assume Form (ou plutôt West End, Blake ne se départissant jamais de sa britannitude) notamment dans les chœurs, souvent déformés par des filtres et des pitcheurs. Le chanteur anglais a des petits amis sur l'épaule, des petits James Blake costumés qui reprennent ses fins de phrases comme pour alléger le message.

C'est peut-être cette légèreté du propos qui chagrinera les fans de torture. OK, on n'est plus dans la majesté acide de The Colour In Anything, mais il serait un peu injuste de lui reprocher d'aller mieux, non ?

Chasser ses propres démons et en faire une BO n'est pas un crime. D'autant plus quand on est assez malin pour faire un disque comme celui-ci, certes assez peu épais dans son premier tiers, mais dont le ton se sexualise soudainement au détour de "Frozen" : les trois morceaux qui suivent alors sont des sommets, notamment grâce au talent des invités vocaux (JID et SwaVay) dont Blake triture ludiquement le rap.

Friends That Break Your Heart est donc un album malin, qui prend son temps et qui est toujours un aussi bon coup, avec juste quelques années de plus.

Gilles Deles : Il y a un paradoxe Blake, voire deux en un.

Chaque artiste court le risque de devenir son propre stéréotype.

Pour James Blake c’est le cas dans cet album quand il est "expérimental" ou minimal disons et plus inventif à présent quand il fait de la pop.

Mais ce danger si bien connu prend une connotation particulière dans son cas car le paradoxe du stéréotype pourrait figurer dans les termes mêmes = à quoi bon être maximaliste et extrémiste dans le minimalisme. Le premier titre de l’album est à ce titre révélateur, comme une sorte de pied de nez à sa propre "tradition".

Les fantômes sont comme une influence, et devenir est un destin, pas une fatalité, mais plutôt une vertu sans causalité qui aère la voix.

L’avenir de Blake sera décisif pour inventer encore. Mon émotion me dit que ses échardes me manquent mais que je préfère aussi cette tendresse à tout forçage ou artificialité.

Mickaël Mottet : La tendresse, oui, c’est exactement ce qui est arrivé à James Blake. D’ailleurs, son histoire musicale commence à pouvoir se lire à travers celle de son vibrato. Absent au départ, car sa musique était instrumentale, puis fantomatique car peut-être difficile à assumer, ce vibrato digne d’un mellotron naît, frappant et sexy, dans sa reprise de "Limit to your love" (Feist). Après ce tournant, le vibrato de Blake devient maîtrisé, virtuose, limite caricatural jusqu’à "The Colour In Anything". Et depuis deux albums, cette signature vocale adulée autant que détestée se fait plus douce, moins forcée.

Aujourd’hui, le vibrato de Blake est tendre, naturel, mais il serait sans doute faux de le croire plus traditionnel : tout comme la pop sensuelle qu’il travaille d’un album à l’autre, celui-ci est sans doute loin d’avoir terminé ses mutations. C’est ce qui le rend passionnant.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Colour in Anything de James Blake
La chronique de l'album Assume Form de James Blake
James Blake en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
James Blake en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Vendredi 14 septembre
James Blake en concert à Pitchfork Music Festival Paris #2 (édition 2012)
James Blake en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - jeudi 1er novembre

En savoir plus :
Le site officiel de James Blake
Le Soundcloud de James Blake
Le Facebook de James Blake


Mickaël Mottet & Gilles Deles         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 décembre 2021 : Ca sent le sapin

C'est bientôt Noël ! ça sent le sapin dans les maisons et les appartements, il ne vous reste plus qu'à vous inspirer de notre sélection culturelle pour y glisser quelques beaux cadeaux dessous. Voici donc notre sélection et bien entendu le replay de la MAG #38

Du côté de la musique :

"Le cirque de consolation" de Léonie Pernet
"Elements" de Thomas Gonzalez Trio
"Pensées rotatives" de Théo Girard
"Ins & outs" de Skalli
"Ilium - Complexe" de Pierre de Bethmann
"Juste derrière toi" de Ottis Coeur
"Jonathan Richman & The Modern Lovers" est le thème de la nouvelle émission de Listen In Bed
"Still moving" de Justin Adams & Mauro Durante
"Last of the fishing days" de Jérôme Piétri
"Concerto pour piano en ré mineur, Sonates pour violon de Brahms" de Geoffroy Couteau et Amaury Coeytaux
"Tuberose" de Amanda Lear
et toujours :
"Voltiges" de Tristan Pfaff
"Tormenta" de Sweet Needles
"Padre padrone" de Nicolas Paugam
"Merci bisou" de Monokini
"En la selva numerica" de Mekanik Kantatik
"Little odetta" de Little Odetta
"Galles / Ecosse" le mix de la semaine de Listen In Bed
"Excuse my french" de Julien Bouchard
"Gottfried von der Goltz - Concerti all'arrabbiata" de Freiburger Barockorchester
"Bardainne Jaumet" de Bardainne Jaumet
Maidavale et Cavale en concert au Fil

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Music-Hall" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Belles Amies" au Théâtre du Roi René
"My dead bird" au Théâtre Les Déchargeurs
"100% Marianne" au Théâttre du Petit Gymnase
"J'ai toujours voulu faire bien" au Théâttre Les Déchargeurs
"Soixante minutes dans la vie d'une forêt" au Théâtre La Reine Blanche
les reprises :
"Là-bas - Chansons d'aller-retour" au Théâtre Le Local
"Les dézingués du vocal" à la Comédie Bastille
"Opérapiécé" au Théâtre Le Lucernaire
et les autres spectacles à l'affiche en décembre

Expositions :

"Alexej von Jawlensky - La promesse du visage" à La Piscine à Roubaix
"Jean-Jacques Henner, dessinateur" au Musée des Beaux-Arts de Mulhouse
et les autres expositions à l'affiche en décembre

Cinéma :

la semaine cinéma en 5 bandes-annonce
en streaming gratuit avec :
"Toni Erdman" de Toni Erdmann
un spécial Espions avec :
"Espions" de Nicolas Saada
"Le Dossier 51" de Michel Deville
"L'espion de la dernière chance" de Werner Klinger
"Mata Hari, Agent H21" de Jean-Louis Richard

Lecture avec :

"3 minutes pour comprendre la 2de guerre mondiale" de Benoit Rondeau
"47 cordes, première partie" de Timothé Le Boucher
"Les détectives sauvages" de Roberto Bolano
et toujours :
"American predator" de Maureen Callahan
"Je suis l'abysse" de Donato Carrisi
"La première guerre mondiale dans le pacifique" de Maxime Reynaud
"Le cabanon à l'étoile" de Hélène Legrais
"Rock'n'roll justice" de Fabrice Epstein

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=