Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Loin de vous j'ai grandi
Marie Dumora  (novembre 2021)  2021

Réalisé par Marie Dumora. France. Documentaire. 1h30 (Sortie 17 novembre 2021).

En 2010, on avait beaucoup aimé un des premiers films de Marie Dumora, "Je voudrais aimer personne" qui racontait l'histoire d'une toute jeune fille de la banlieue de Mulhouse, Sabrina, enceinte mineure et placée en foyer dans l'attente de la naissance de son fils, Nicolas.

On avait comparé Marie Dumora aux plus grands documentaristes français, de Jean Rouch à Raymond Depardon. On était allé jusqu'à trouver qu'elle filmait les "gens de peu" comme John Ford filmait ses communautés d'Irlandais ou les "Oakies" des "Raisins de la Colère".

On misait donc gros sur la jeune cinéaste et, en voyant "Loin de vous j'ai grandi", la suite des "aventures" de Sabrina et de Nicolas, on peut affirmer qu'elle n'a pas déçu.

Entre temps, on avait pu voir dans un festival à la Cinémathèque du documentaire du Centre Pompidou un autre très beau travail de Marie Dumora, "Forbach forever" où elle suivait des jazzman manouches, tous installés à Forbach, foyer de plusieurs générations de guitaristes sédentarisés.

Aujourd'hui, avec "Loin de vous j'ai grandi", Marie Dumora s'inscrit dans cette féconde génération de documentaristes dans laquelle on peut citer Claire Simon, Dominique Cabrera, Claudine Bories et Marianne Otero.

Son regard qu'on qualifiait de juste pour suivre la jeune Sabrina dans "Je voudrais aimer personne" a encore gagné en humanité. Il faut dire qu'elle connaît très bien cette famille alsacienne puisqu'elle lui a aussi consacré un autre film, "Belinda" (2017), cette fois centré sur la sœur de Sabrina.

Cette proximité n'est absolument pas gênante. Au contraire. Elle est désormais en immersion dans ce milieu. On verra ainsi différents membres de la famille, à commencer par le grand-père maternel des deux filles.

Toujours loin de la compassion, on sent Marie Dumora débarrassée de tout problème "moral" : elle n'est jamais dans le voyeurisme. Ces gens qui parlent un français approximatif, avec un fort accent de l'Est de la France, ne sont ni jugés ni magnifiés. Sabrina est une jeune femme trentenaire qui a maintenant quatre enfants et l'on imagine bien quel discours certains pourraient tenir.

On la découvre toujours battante et pleine d'amour pour ce premier fils qu'elle n'a pas pu élever. Celui-ci est un adolescent attachant, aimant lire un livre sur "Ulysse" et découvrant Jack London. On a évidemment peur pour lui dans quelque temps, quand il vas se retrouver hors du foyer, hors de l'influence de sa mère, à l'âge où il va se retrouver majeur, libre...

Dans "Loin de vous j'ai grandi" de Marie Dumora, le puzzle de la famille de Sabrina se complète. On apprend pourquoi les baptêmes sont si importants et la religion si présente pour elle et ses proches : ces gens ne sont pas sociologiquement des sous-prolétaires. Ils ont une histoire qui commence au Struthof, le seul camp de concentration situé en France...

En effet, les arrière-grands parents de Belinda et Sabrina se sont connus là, où ils étaient déportés comme yeniches, ces nomades voisins des tsiganes. Voilà donc une singularité qui marque la famille actuellement sédentarisée, qui explique en partie pourquoi Sabrina comme Nicolas fuguaient sans raison apparente.

Mais eux-mêmes n'en font pas le marqueur de leur destin, qui les inscriraient dans une espèce de marginalité éternelle. Non, comme sa mère, Nicolas aspire avec courage à une vie "normale" et fera sans doute beaucoup d'effort pour y parvenir.

Peut-être Marie Dumora continuera-t-elle à donner périodiquement de ses nouvelles. En tout cas, on espère que tout se passera bien et qu'elle le filmera toujours avec une égale justesse. Sa caméra est bien présente, certes mais elle n'est jamais intrusive et l'on sent que ses sujets l'ont complètement oublié. On se doute pourtant que d'être ainsi filmés depuis des années rétroagit sur eux, les oblige à parler plus qu'ils ne le feraient eux qui paraissent tous taiseux.

Au fond, tant mieux si la caméra n'est pas neutre et si elle leur permet, comme c'est le cas pour Sabrina, d'avancer dans la vie et d'être filmée à son avantage, celui d'une belle personne pleine de courage et consciente qu'elle va construire quelque chose si elle ne se laisse jamais aller.

"Loin de vous j'ai grandi" de Marie Dumora est une œuvre qui met en valeur des personnes qu'on voit à peine ou qu'on méprise quand on les voit. Que les préjugés puissent tomber ou reculer grâce à un film, c'est la grandeur du cinéma que pratique Marie Dumora.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2024 : La culture en forme Olympique

Avignon se termine et on fait le plein de spectacles formidables que nous avons découverts au festival OFF. Un peu de musique, des festivals, de quoi passer un bon été, sportif ou non ! Et pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

Festival des Vieilles Charrues #32 et toutes les photos sur Taste Of Indie
retour sur le Hellfest #17 avec Green Lung, Houle, Satyricon et beaucoup d'autres
Festival Chauffer dans la Noirceur #32 :
le vendredi avec Mike Love, Gogol Bordello, Psychotic Monks et d'autres
le samedi avec TTrruuces, Faada Freddy, Slift et quelques autres
"In the sky wirh" Gérard Loussine
"Summer sampler #11" de Howlin' Banana Bands
"Mesdames" de Mesdames
2 petites découvertes : Alfs et Harun
et toujours :
"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Hamlet take away" au Théâtre de l'Atelier Florentin
"Toutes les choses géniales" au Théâtre La Condition des Soies
"Agathe Royale" au Théâtre des Gémeaux
"Comme on brûle encore" au Théâtre du Cabestan
"Entrée des artistes" au Théâtre des Halles
"J'aimerais arrêtée" au Théâtre Luna / Quartier Luna
"Les enfants du diable" au Théâtre L'Oriflamme
"Momentos" au Théâtre Girasole
"Venise, récit chanté d'un corp" au Théâtre le 11
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chappelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :
"Gondola" de Veit Helmer
"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini
un DVD avec "Berlin boys" de David Wnendt
"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé
"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat
"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=