Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Darius
Théâtre Essaion  (Paris)  février 2022

Comédie dramatique de Jean-Benoît Patricot, mise en scène d'André Nerman, avec Catherine Aymerie et François Cognard.

En mettant en scène "Darius" de Jean-Benoît Patricot, André Nerman s’attèle à un triple défi : celui de l’histoire à la fois solaire et bouleversante, celui du style toujours compliqué à adapter sur scène - le roman épistolaire - et celui enfin du sujet des nez, car comment convoquer les émotions et les senteurs uniquement par des mots? Gageure magnifiquement relevée cependant.

Darius c’est ce jeune homme polyhandicapé, né sourd et muet et dont la maladie le fait décliner progressivement, le paralysant peu à peu, l’empêchant de voir, jusqu’à réduire son horizon à un seul sens: l’odorat.

Sa mère, Claire, s'est cependant toujours battue pour ouvrir son fils au monde, l’initiant au cinéma, le faisant voyager. Mais voilà, le jour vient où le voyage n’est plus possible pour Darius. Claire  trouve alors un stratagème astucieux en faisant appel à Paul Lagarce, célèbre parfumeur. Elle le charge de recréer toutes les senteurs de la vie de Darius - lieux, personnes, film - pour maintenir intacte la flamme de son enfant et poursuivre par les sens leurs échanges incessants.

Paul de son côté a abandonné ses activités créatives et vivote depuis la mort de sa compagne, bradant son talent sur les marchés de Provence. Ce n’est qu’à reculons qu’il accepte cette étrange proposition.

Au fil des échanges épistolaires et échanges de flacons se noue néanmoins  entre ces deux âmes bien différentes une relation faite de défi, de créativité, d’imaginaire, d’humour, de tendresse, dans ce qui devient peu à peu une quête à la quintessence de l’existence elle-même. D’anecdotes en confidences, ils se racontent avec pudeur, apprennent de leurs échecs, partagent leurs tourments, évoquent le bonheur.

L’écriture de Jean-Benoît Patricot est brillante: la langue est fine, vivante, savante. Les références au cinéma et à la littérature sont nombreuses - Proust, Stendhal, Flaubert, Demy, Lucas - tout comme aux sens et aux parfums, avec une richesse d'évocation visuelle d’une rare puissance. Il fait de cet échange de lettres un double dialogue intérieur en ping-pong, à la fois vif et profond. Les personnages sont attachants et profondément justes, humains.

Le déclin progressif de Darius, mis en regard du parcours intérieur de Paul et de Claire, est mis en avant sans apitoiement ni sensiblerie mal placée, Jean-Benoît Patricot voulant (et c’est le personnage de Claire qui le dit lui-même) se placer quoi qu’il arrive du côté de la vie.

La mise en scène d’André Nerman efface habilement la distance physique supposée des deux personnages. Ils semblent en effet se parler et s’écouter mutuellement, séparés seulement d’une cloison invisible et immatérielle. Leur espace scénique est disjoint mais leurs regards et leur intention sont bien dans l’échange.

Catherine Aymerie est époustouflante dans le rôle de Claire. Sa présence solaire malgré son lourd bagage, son air facétieux et grave, sa voix profonde et un peu cassée la place toujours sur la crête des sentiments avec une justesse de ton et d’interprétation incroyable. François Cognard ne démérite pas face à sa partenaire dans le rôle de Paul, le passionné écorché par la vie, aussi convaincant dans ses colères que ses émerveillements.

André Nerman offre ainsi un Darius d’une grande subtilité, vivant, émouvant, vibrant, sans jamais verser dans le pathos. Une histoire d’amour et de résilience d’une très grande beauté.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=